Sénat: L’honorable Auguy Ilunga répond à Tambwe Mwamba

Le sénateur Auguy Ilunga Civuila est sorti de son silence pour fixer l’opinion sur les pétitions contre les membres du bureau du Sénat mis à la porte le vendredi 5 février dernier. En effet, « le sauveur » de Samy Badibanga Ntita souligne dans une correspondance parvenue à notre rédaction ce lundi 8 février en réaction aux propos qu’il qualifie non fondés d’Alexis Tambwe Mwamba que la motion de déchéance contre le Président du Sénat et aux autres membres du bureau est un droit reconnu par la constitution de la République et le Règlement intérieur qui régit le Sénat:

«  la motion de déchéance est une sanction politique organisée« , affirme-t-il.

Il argumente ensuite que la convocation de la session extraordinaire en date du 02 février 2021 est prévue par les articles 116 de la Constitution et 83 du Règlement intérieur:

« les pétitions de déchéances contre les membres du bureau ont été déposés en date du 02 février 2021, tous les membres du bureau ont été mis en cause et c’est l’article 28 du Règlement intérieur qui devrait être d’application. Le Président du bureau ne pouvait pas présider la séance plénière du 02 février , car il n’avait pas qualité, conformément aux dispositions en date de l’article 28 du Règlement intérieur , c’est le bureau d’âge qui allait présider. L’installation du bureau d’âge date du 04 février 2021.C’est le fait conformément au Règlement intérieur, aucune disposition constitutionnelle ou du Règlement intérieur du Sénat a été violée. Il est aberrant de débiter des affirmations qui discréditent l’assemblée plénière après toutes les années de sagesse qu’a le Sénat. En tant que votre serviteur dans la chambre haute, le strict respect du Règlement intérieur et de la Constitution prime surtout et je dois comprendre que le simple juridisme s’arrête là où l’intérêt du peuple commence comme le veut la vision du Président de la République et Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi Tshilombo: le peuple au centre de toute action« .

Du patriotisme pris comme bouc émissaire

Le Sénateur Ilunga Civuila enfonce l’imposture de l’ancien Président du Sénat qui brandit le patriotisme qui devraient animer les sénateurs en lui rappelant que le patriotisme est une valeur sacrosainte que tout congolais manifeste pour l’intérêt du Congo et personne ne doit ne doit évoquer le patriotisme sur fond de cautionner les antivaleurs:

 » le peuple n’est pas dupe, alors, arrêtons de faire du patriotisme un bouc émissaire quand on est engagé sur le chemin de la crise éthique. c’est au peuple et à l’opinion d’apprécier à juste titre de quel côté se trouve le patriotisme. Le Sénat est l’école de la sagesse et de la modestie. Donc, aucun triomphalisme ni acharnement contre les membres du bureau mais c’est le peuple d’abord qui gagne ».

Du régime de la pensée unique

Sans coup férir, l’honorable sénateur Auguy Ilunga Civuila rappelle à l’ancien PDG de l’Office congolaise de contrôle dans un régime démocratique comme c’est le cas sous Félix Tshisekedi la pluralité des pensées est de mise et la pensée unique est bannir:

«  Il s’agit là d’une intention qu’on tente de prêter, quand on lutte contre les antivaleurs et compromissions. Les années monolithiques sont également révolues avec le MPR et le régime passé, l’actuel régime est dans la logique de pluralité des pensées, l’instauration d’un état de droit caractérisé par la liberté de penser demeure un droit fondamental à tous telle est la vision du Président de la République et Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi Antoine Tshilombo.

Touche pas à l’IGF

Dans cette importante mise au point, l’Honorable Sénateur s’est aussi apaisé sur la descente de l’Inspection Général des Finances, IGF, dont les enquêtes avaient révélé de cas de détournement et interpellé l’ancien Président du Bureau Alexis Tambwe Mwamba. Sur ce, l’homme qui a déniché et dénoncé la tricherie à ciel ouvert sur la liste des pétitionnaires qui demandaient la déchéance du 1er Vice-président de cette chambre, le sénateur Samy Badibanga Ntita, ce dernier a tout simplement dit qu’il serait impérieux de laisser cette institution de grande importance faire son travail et que la justice fera le sien:

« Nous ne pouvons pas nous ingérer dans les affaires qui relèvent de l’IGF, ni de la justice ». Il a aussi souligner que concernant la chasse aux sorciers qu’évoque l’ancien ministre de la Justice et garde des sceaux sous Kabila, que le sorcier doit quitter le village. Il a martelé aussi que le fameux refrain souvent répété par le FCC doit cesser car s’il y a violation de la constitution, l’organe compétent pour constater cela est la Cour constitutionnelle« .

In fine, l’illustre Sénateur Auguy Ilunga Civuila a brandi la constitution et le Règlement intérieur en son article 28 comme seul outils indispensables ont été observés dans le respect de la procédure:

«  le bureau d’âge a été installé et a même été bel et bien respecté. A ce jour, le climat à la chambre haute est calme et serein, le Premier vice président, l’honorable Samy Badibanga va présider la plénière assisté par les deux benjamins du Sénat. Le Sénat est une chambre de sagesse et l’heure est arrivée comme l’a dit le Président de la République dans son discours sur l’état de la nation : » Kisalu me banda, Kazi ina andja, Mudimu wa bangi , mosala ebandi ». En tant que Sénateur nous attendons de plain pied le nouveau bureau qui va venir et répondre aux intérêts du peuple à travers le contrôle parlementaire. L’heure du peuple à travers le contrôle parlementaire. L’heure du développement législatif a sonné pour une vivre l’expérience de la démocratie« .

Jacques Kalokola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.