Revue du vendredi 20 janvier.

Plusieurs journaux parus ce vendredi 20 janvier 2023 reviennent sur les 3 journées ville morte décrétées par le mouvement des sociétés civiles du Nord kivu contre la force de l’EAC à Goma.

Radio okapi.net singe que le gouvernement congolais a appelé, mercredi 18 janvier, la population qui projette des manifestations contre la force de l’EAC à Goma (Nord-Kivu) au calme.
Son porte-parole, Patrick Muyaya l’a dit à l’issue d’une réunion de sécurité que le Premier ministre a présidée, à Kinshasa, sur instruction du chef de l’Etat.
Le gouvernement redoute qu’à travers ces manifestations, la population fasse le jeu de l’ennemi.

7sur7.cd note également que l’appel a été lancé au terme d’une réunion tenue à la Primature à Kinshasa, le mercredi 18 janvier 2023, à laquelle ont pris part quelques membres du gouvernement mais aussi des officiers supérieurs de l’armée et de la Police.
« Par rapport à ce qui s’est tenu ce matin (mercredi, ndlr) à Goma, les manifestations qui ont été annoncées contre la force régionale, c’est un appel au calme que nous lançons à nos populations. Nous comprenons évidemment les frustrations et la colère accumulées depuis l’activisme du M23 et le gouvernement est engagé sur différents fronts pour régler et qu’il faudrait éviter de faire le jeu de l’ennemi, car c’est dans ces types de manifestations qu’il peut y avoir des infiltrations qui ne feront qu’aggraver la situation et qui peuvent conduire au drame. Donc, c’est un appel au calme que nous réitérons, mais c’est aussi un appel au soutien à nos forces qui sont engagées dans la défense du territoire et nous restons confiant en la stratégie portée par le président de la République », a déclaré à la presse Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement, au terme de cette rencontre.

Politico.cd ajoute que le gouvernement a appelé la population de l’Est de la République démocratique du Congo au calme, lors de la réunion hebdomadaire de sécurité tenue mercredi à la Primature, en réaction à la dernière marche organisée à Goma, au motif d’exiger le retrait de la Force régionale de l’EAC. « Par rapport à ce qui s’est tenu ce matin à Goma, les manifestations qui ont été annoncées contre la force régionale, c’est un appel au calme que nous lançons à nos populations. Nous comprenons évidemment les frustrations et la colère accumulées depuis l’activisme du M23 et le Gouvernement est engagé sur différents fronts pour régler et qu’il faudrait éviter de faire le jeu de l’ennemi, car c’est dans ces types de manifestations qu’il peut y avoir des infiltrations qui ne feront qu’aggraver la situation et qui peuvent conduire au drame », a déclaré le Porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, à l’issue de cette réunion présidée par le Premier ministre Sama Lukonde.

« Donc c’est un appel au calme que nous réitérons, mais c’est aussi un appel au soutien à nos forces qui sont engagées dans la défense du territoire et nous restons confiant en la stratégie portée par le Président de la République« , a-t-il conclu.

ACP indique pour sa part qu’au cours de cette première réunion hebdomadaire de la nouvelle année, les membres du gouvernement et les officiers supérieurs de l’armée et de la police nationale ont fait le point de la situation sécuritaire générale du pays. « (…..) Le Premier ministre a obtenu du Commandant suprême l’autorisation de tenir ces réunions régulièrement. Aujourd’hui, on a évidemment fait le point de la situation sécuritaire, en commençant par l’attentat malheureux de Kasindi qui a conduit à la mort de 15 compatriotes.
Nous avons parlé de la situation dans la province du Nord-Kivu, particulièrement à Rutshuru et tout ce qui s’y déroule, notamment l’activisme du M23. Mais on a pu faire aussi le tour d’horizon de la situation sécuritaire dans la partie Ouest, notamment à Kwamouth, Bagata et Kenge, et nous avons été briffés à ce propos par la Police », a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

Dans le même chapitre sécuritaire,Actu7 informe que dans un communiqué de presse daté du mardi 17 janvier 2023, le Gouvernement congolais par biais du Vice-premier ministre, Ministre des Affaires étrangères Christophe Lutundula a dénoncé la non application du communiqué du mini-sommet de Luanda du 23 novembre 2022 par les terroristes du M-23 soutenus par le Rwanda, de « quitter les zones occupées en territoire congolais pour le rétablissement de l’autorité de l’État dans ces zones et le retour de la population congolaise déplacée à leurs domiciles ».

Actualité.cd déclare que le Rwanda accuse la RDC de faire une lecture sélective des décisions du communiqué de Luanda du 23 novembre 2022. Dans une déclaration ce jeudi, le gouvernement rwandais accuse Kinshasa d’être derrière les manifestations organisées la veille contre la force régionale de l’EAC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *