Revue du vendredi 18 novembre.

ACP se penche sur la situation sécuritaire qui sévit en République démocratique du Congo.
L’agence note que la campagne de sensibilisation et de conscientisation « Défendons la patrie », dans le cadre du front médiatique, a été lancée jeudi, par le ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya, au cours d’un échange avec les responsables de la presse nationale à Kinshasa.
« Défendons la patrie, Bendele ekweya té », c’est la campagne de mobilisation que nous lançons ce jour en faveur de l’unité nationale, de la vigilance tous azimuts », a-t-il déclaré le ministre.
Le Journal enchaine : « Agression de la RDC par le Rwanda sous couvert du M23, Sama Lukonde met toutes les batteries en marche pour que les FARDC arrivent à la victoire finale très attendue par la population ».
Rapportant une dépêche de la primature, ce tabloïd indique que sur instruction du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde a présidé dans la soirée de ce mardi 15 novembre 2022, une importante réunion du conseil de sécurité, à laquelle ont pris part quelques membres du Gouvernement, le chef d’Etat-Major Général des FARDC, des officiers militaires et policiers et les responsables des services de renseignement.

Pour La Tempêtes des tropiques, la prise en charge est donc en préparation pour la victoire des FARDC, faisant ainsi allusion à cette réunion sécuritaire tenue par le Premier ministre qui a eu pour finalité, selon elle, « de bien se pencher sur la prise en charge en rapport avec l’appel de la mobilisation du Chef de l’Etat ».
Et face à cet appel du Chef de l’Etat, Olenghankoy rétorque et « demande à Felix Tshisekedi d’entreprendre des consultations politiques », rapporte pour sa part L’Avenir.

Actualité.cd note qu’en prélude de cette situation sécuritaire toujours dans la partie EST de la RDC,le parti politique de l’ancien premier Adolphe Muzito, Nouvel Élan a organisé une marche ce jeudi 17 novembre pour soutenir les FARDC et dénoncer l’occupation des territoires congolais par le M23 soutenu par le Rwanda et l’Ouganda, selon ce parti. Le secrétaire général de cette formation politique, Blanchard Mongomba, a qualifié la Communauté des Etats de l’Afrique de L’Est (CEAC) d’une structure « hypocrite » qui tolèrent que deux pays membres soutiennent le M23 pour déstabiliser la RDC.

7sur7.cd rajoute que l’épouse de l’ancien premier-ministre Adolphe Muzito, Chantal Ngalula Muzito, a également pris part à la marche du parti Nouvel Élan organisée ce jeudi 17 novembre 2022, contre l’agression rwandaise dans l’Est de la République démocratique du Congo.
Se confiant à la presse à l’issue de cette marche, Chantal Muzito a appelé les femmes congolaises en général et celles des acteurs politiques et des militaires en particulier, à se tenir aux côtés de leurs maris afin d’agrandir le front contre l’agression rwandaise sous couvert du M23.
Forum des As note aussi que dans le mémo lu au Palais du peuple à la chute de la marche, le Secrétaire général de Nouvel Élan, Blanchard Mongomba, exige la confirmation de la suspension de la compagnie aérienne Rwandair, la fin d’exploitation commune de l’or congolais avec le Rwanda, la fin du transit des données de communication congolaises par le Rwanda en suspendant notamment des entreprises de communication du pays des Mille collines opérant en République démocratique du Congo.

La situation tendue à l’Udps interresse aussi les médias congolais ce vendredi. Forum des As titre les combattants de l’Udps vent debout contre Augustin Kabuya. Ce Tabloïd constate des frustrations au sein de principaux partis et regroupements de l’Union sacrée de la Nation (USN). A la base, les ordonnances du Président Félix Tshisekedi du 11 novembre courant, portant nomination à la tête de plus d’une vingtaine d’entreprises publiques.

A l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social), parti présidentiel, c’est la totale ! Mécontents à la suite de ces nominations, les combattants sont désormais vent debout contre Augustin Kabuya, Secrétaire général du parti. Pas plus tard que dans l’après-midi d’hier jeudi 17 novembre, deux factions rivales des combattants UDPS (des pros et des anti-Kabuya), munis d’armes blanches (machettes, barres de fer et gourdins), se sont échangé des projectiles. On se croirait à une séquence de film Western. Pourtant !    

Remontés et imparables, les anti-Kabuya ont brulé des pneus. Juste à côté du portail bleu, entrée principale de la parcelle abritant le siège national du parti, sur la 11ème rue Limete, quartier résidentiel de la commune de Limete. En plein boulevard Lumumba. Sur cette principale artère de forte affluence, qui relie l’Est à l’Ouest de la très vaste capitale rd congolaise, la panique est généralisée. La circulation perturbée. Les passants et autres automobilistes pris en tenaille, ont droit à un cocktail Molotov servi par des manifestants. Non sans déplorer quelques cas de dommages sur des véhicules des particuliers.

Échauffourées au siège de l’Udps : des jeunes du parti contre la nouvelle mise en place dans les entreprises publiques, signale mediacongo.net

Ça bouillonne dans les environs de Limete 10e rue où se trouve le siège de l’Udps, le parti présidentiel, apprend t-on de ce média en ligne.
Des jeunes de cette formation politique manifestent contre la nouvelle mise en place opérée mardi 15 novembre dernier dans les entreprises publiques. « Nous les jeunes avons, une fois de plus, été sacrifiés, au profit de ceux qui n’ont jamais combattu au sein de l’Udps. Ce comportement doit prendre fin », a dit un combattant irrité.

ACP informe que le prévenu Shimiyimana Prince Marco, accusé d’être l’auteur du tir mortel sur l’ambassadeur d’Italie Luca Attanasio, le 22 février 2021 près de Goma, a clamé son innocence comme les autres prévenus, mercredi devant le tribunal militaire de garnison de Kinshasa/Gombe.
« Je n’ai jamais touché à une arme. Je n’avais même pas entendu parler de la mort de l’ambassadeur. Je n’ai signé les procès-verbaux qu’après avoir été terriblement battu », a-t-il soutenu en swahili.
Un deuxième prévenu, Amidu Sembinja Babu, a lui aussi nié avoir dénoncé Prince Marco. « Comme je ne sais ni lire, ni écrire, ils ont écrit des choses, avant de signé de mon empreinte », a-t-il dit.

Actualité.cd note en outre qu’un autre prévenu dans le procès sur le meurtre de deux experts de l’ONU est mort ce mercredi 16 novembre 2022 à la prison militaire de Ndolo (Kinshasa) où il était détenu avec d’autres coprévenus. L’un des avocats de la défense qui rapporte la nouvelle à actualité.cd indique que l’infortuné s’était pourtant présenté à la première audience lors de la reprise du procès en appel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *