Revue du mercredi 17 août

L’ancien conseiller spécial du chef de l’état en matière de sécurité, François Beya bénéficie de la liberté provisoire. Selon « 7SUR7.CD », c’est en raison de la détérioration de son état de santé. 

Au cours de l’audience précisé « ACTUALITE.CD », la nouvelle composition a autorisé cette libération provisoire pour permettre à François Beya de bénéficier d’une prise en charge médicale. 

Cette liberté provisoire explique « ACTU7.CD » lui est accordée en raison de la détérioration de son état de santé, comme le souligne un rapport des médecins de la commission médicale chargée de l’examiner. 

Cette liberté provisoire souligne « RFI », est assortie de trois conditions que François Beya devra absolument respecter. Il lui est par exemple interdit de tenir des déclarations de nature à troubler l’ordre public. La cour demande aussi à l’ancien chef de sécurité nationale de participer à toutes les audiences et lui interdit de quitter le pays sans en aviser les juges. 

De son côté « CONGO NOUVEAU » estime que la bataille juridique et judiciaire de ses avocats a payé. 

Pour le collectif Free Beya, relayé par « ECHOCONGO.NET », la liberté provisoire de François Beya met de facto fin à sa détention illégale et arbitraire longue de 193 jours. 

Au regard du caractère apparemment sérieux des infractions mises à sa charge, « FORUM DES AS » estime que sa libération provisoire soulève des questions de fond quant à l’authenticité des faits en cause. Surtout, poursuit le journal, losqu’on se rappelle que le porte-parole du chef de l’état, Kasongo Mwema, a affirmé qu’il s’agit des faits qui menacent sérieusement la sûreté nationale.  

François Beya, rappelle « LA PROSPERITE », est poursuivi devant la haute cour militaire pour notamment « tentative d’atteinte à la sûreté de l’état » et « propos injurieux » à l’égard du chef de l’état. 

Malade et affaibli, « AFRICANEWS » révèle que François Beya va se rendre en France dans les prochaines heures pour des soins médicaux appropriés. 

La Ministre de la Justice, Rose Mutombo a reçu hier mardi une délégation de la commission ad hoc multisectorielle en charge de la mise en place du fonds de réparation des victimes des violences sexuelles liées aux conflits et autres crimes contre la paix et la sécurité de l’humanité. Selon « LA PROSPERITE », la délégation a présenté à la Ministre l’avant-projet de loi pour que la RDC ait un cadre légal pour la réparation des victimes. 

Dans le reste de l’actualité. Kinshasa accueille ce mercredi au palais du peuple le 42ème sommet de la SADC. A ce sujet, « ACP » nous apprend que plusieurs chefs d’état et de gouvernement séjournent déjà depuis hier mardi à Kinshasa, pour participer à ces assises. 

Au cours de ces assises, « AFRICANEWS » nous apprend que Félix Tshisekedi va succéder à son homologue Lazarus McCarthy Chakwera, Président du Malawi qui a assumé la présidence de la SADC depuis le 17 Août 2021. Mais le journal rappelle que cette présidence d’un an fait partie de la routine des organisations internationales. 

En marge de ce sommet qui s’ouvre ce mercredi, « FORUM DES AS » signale que le Président de la république Félix Tshisekedi a reçu hier mardi en bilatérale son homologue Malawite, le Docteur Lazarus McCarthy Chakwera. 

De son côté, « L’AVENIR » rappelle que c’est pour la deuxième fois que la RDC va accueillir un sommet de la SADC, après celui de 2009. 

Politique « OBJECTIF-INFO.CD » annonce un imminent tête-à-tête entre Muzito et Fayulu. Cette rencontre explique le média en ligne, c’est en perspective des joutes électorales. 

Situation sécuritaire avec cette triste nouvelle. D’après « OURAGANFM.CD », une nouvelle attaque d’un site d’exploitation d’or attribuée à des miliciens a fait hier mardi seize morts dans la province de l’Ituri.

Education. Dans un communiqué de l’EPST, parvenu hier mardi à « OKAPINEWS.NET », on annonce la publication des résultats de l’examen d’état avant la fin de cette semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.