Revue du mercredi 13 décembre.

Des journaux parus ce mercredi à Kinshasa reviennent sur le partenariat signé entre l’Hôtel de ville de Kinshasa et la société brassicole BRACONGO dans la lutte contre le phénomène de banditisme urbain « Kuluna » dans la capitale.

Forum des As rapporte que BRACONGO et l’Hôtel de ville de Kinshasa ont signé, mardi 12 décembre, une convention dans le cadre du projet « Bilenge Ya Lokumu, Tia Na Se ! », permettant la réinsertion de plus de 500 jeunes anciens kuluna. Ce quotidien note que la réinsertion sociale de ces jeunes délinquants se fera par le biais d’une activité économique, notamment la vente ambulante des boissons gazeuses BRACONGO à travers la capitale. Selon le responsable commercial boisson gazeuse à la BRACONGO, indique ce tabloïd, cette réinsertion se fera d’une manière ordonnée. Dans un premier temps, note ce portail, BRACONGO va lancer ces jeunes dans 6 communes déjà opérationnelles de Kinshasa, à savoir : Ndjili, Kalamu, Kintambo, Gombe, Ngaliema et Lemba. La volonté de la BRACONGO dans le cadre de ce projet, précise ce journal, explique son Directeur général, Emmanuel Médard, est de créer de la valeur sociale en permettant à ces jeunes de se livrer à une activité économique. Au-delà de son rôle de fabricant, souligne Forum des As, vendeur et distributeur des boissons, la BRACONGO a aussi, dans cet environnement kinois et congolais, la responsabilité sociétale qui fait qu’elle se mobilise pour accompagner au mieux des projets sociétaux.

Sur la même page, fait savoir la Prospérité, cette initiative émane d’une forte volonté de créer de la valeur sociale en permettant à ces jeunes de se livrer à une activité économique notamment, la vente ambulante des boissons gazeuses BRACONGO à travers la ville de Kinshasa. L’hôtel de Ville de Kinshasa, explique ce quotidien, à travers le ministre provincial de l’Intérieur de Kinshasa, Gratien Tsakala, a manifesté son ambition d’augmenter le bien-être des populations locales en renforçant la sécurité des habitants de la ville de Kinshasa, en luttant contre la délinquance juvénile due au phénomène  » kuluna « , dont l’ampleur s’avère alarmante. En ce qui concerne la mécanique du projet, note ce tabloid, le Responsable Commerciale Boissons Gazeuses à la BRACONGO, Eric Mulumba, a présenté à l’assistance les challengeurs qui les accompagneront dans ce projet, et révélé que les activités seront opérationnelles dans les 5 communes de Kinshasa. Dans le même ordre d’idée, souligne ce portail, l’Hôtel de ville travaillera en collaboration avec des ONG ayant pour mission de réinsérer les jeunes kulunas, par le biais d’un encadrement au travers de différents types d’activités. Selon ce journal, BRACONGO sélectionnera ceux qui ont démontré une véritable volonté de se réinsérer socialement et une enquête de fonds sera menée sur chaque jeune afin de recenser les membres de famille et leurs attachements.com

Le Potentiel change de chapitre et signale que La Maison des élections de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a accueilli, mardi 12 décembre, plus de 120 électeurs dans le cadre de la sensibilisation à l’usage de la nouvelle application CENI Mobile en vue de leur permettre de localiser facilement leurs bureaux de vote. Sous la direction de la coordinatrice de la Maison des élections, Marie Laure Yaone, écrit ce quotidien, les participants à cette formation ont été mis au parfum du fonctionnement de cette application en ligne en faisant œuvre de pédagogie mettant en avant la tolérance et l’acceptation des résultats. En effet, rappelle ce tabloïd, la CENI a mis, depuis mercredi 29 novembre, en ligne l’application  »CENI RDC Mobile » pour permettre aux électeurs de localiser leurs bureaux de vote via le portable ou la tablette connecté à internet. Selon ce portail, l’occasion leur était donnée de se familiariser avec le Dispositif électronique de vote (DEV) avec la démonstration du fonctionnement et la simulation d’une opération de vote ainsi que sa durée moyenne.  » Dans le cadre d’un des objectifs de la Maison des élections, qui est d’amener les parties prenantes à ac[1]céder à l’information élec[1]torale ainsi qu’aux outils mis à jour par la CENI, nous avons reçu aujourd’hui plus de 120 participants à la séance d’échanges et de réflexions sur le processus électoral », indique Marie Laure Yaone, reprise dans les colonnes de ce journal.

La Référence Plus note que la Maison des élections a sensibilisé, à cette occasion, sur l’éducation civique et électorale en mettant en avant la tolérance et l’acceptation des résultats. Par la suite, souligne ce quotidien, cette structure a expliqué le déroulement de l’opération proprement dite de vote et le dépouillement. « A la fin nous avons procédé à la démonstration du Dispositif électronique de vote. Leur faire comment ils vont voter le 20 décembre 2023 de 6 à 17h, durée d’ouverture de différents bureaux de vote. Chacun des participants a pu s’imprégner du fonctionnement par une simulation faite séance tenante. Et nous avons pu chronométrer le temps que cela prend », a précisé Marie Laure Yaone. En rappel, rapporte ce tabloïd, c’est depuis le 23 août dernier que la Maison des élections, inaugurée par le président de la CENI, Denis Kadima Kazadi, est fonctionnelle dans l’objectif de fournir à tout citoyen des informations nécessaire sur le processus électoral.

Pour AfricaNews, le vœu de plus d’un RD-Congolais épris de paix est loin d’être une réalité sur le terrain de la campagne électorale voulue apaisée. Et pour cause ? S’interroge cet hebdomadaire qui note des actes de vandalisme auxquels s’adonnent des militants et autres fans des candidats Président, qui ne sont pas de nature à favoriser le jeu démocratique sur le terrain. Ces derniers, indique ce tabloïd, poussant leur excès de zèle jusqu’à l’extravagance, n’hésitent pas de poser des actes d’intolérance à l’endroit de leurs adversaires politiques, allant même jusqu’à s’en prendre aux effigies des candidats, surtout les plus coriaces. Des échos qui nous parviennent de cette campagne, écrit ce portail, notamment à travers certains coins de la République, font état des disputes entre les militants opposés, et/ou de la tenue des propos peu recommandables, lesquels ne frisent que la haine et la division. Et la cible, fait savoir ce journal, ce sont des leaders ayant pignon sur rue et se trouvant comme les autres en compétition. Où est donc la démocratie? s’étonne et s’interroge AfricaNews.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights