Revue du mercredi 10 janvier.

Plusieurs journaux parus ce mercredi 10 janvier 2024 reviennent sur la confirmation de la réélection de Felix Tshisekedi à la tête de la RDC par la Cour constitutionnelle, mardi 9 janvier à Kinshasa.

Pour EcoNews, malgré toute la hargne qu’il a manifestée à l’audience du lundi devant les neuf juges de la Cour constitutionnelle, Théodore Ngoy n’a pas obtenu gain de cause dans son recours aux résultats provisoires de la présidentielle du 20 décembre 2023, gagné haut la main par le candidat n°20, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, avec 73,34%.

Après examen de la requête et retrait dans le comptage des suffrages exprimés à Masi-Manimba et Yakoma, la Cour constitutionnelle a finalement tranché mardi, proclamant à titre définitif Félix Tshisekedi Président de la République avec 73,47%, fait savoir le tabloïd.

L’étape judiciaire franchie, Félix Tshisekedi se prépare donc à la prestation de serment devant la même Cour constitutionnelle dans une cérémonie prochainement au stade des Martyrs de la Pentecôte, conclut ce journal.

C’en est complètement fini, martèle également La Prospérité. Les rideaux sont tombés. La Cour Constitutionnelle a tranché. Et, désormais, les carottes sont cuites. Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la République, Chef de l’Etat, Commandant Suprême des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et de la Police Nationale Congolaise (PNC), succède à lui-même à la tête de la RD. Congo.

Proclamé provisoirement vainqueur de la Présidentielle 2023, avec 73,34% de voix, par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), il a été confirmé comme tel, de façon définitive, hier mardi 9 janvier 2024, par la Haute Cour, avec une côte revue à la hausse, soit 73,47%, au terme d’une audience publique et solennelle consacrée aux contentieux des résultats publiés par la Centrale électorale, note ce quotidien.

Par ailleurs, cette juridiction du pays habilitée à proclamer les résultats définitifs des scrutins présidentiel et législatif national a pris acte de l’annulation, par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), de la totalité des suffrages dans les circonscriptions de Yakoma dans la province du Nord Ubangi et de Masimanimba dans le Kwilu, précise, quant à lui, Congo Nouveau.

Il rappelle qu’au départ, Félix Tshisekedi était proclamé vainqueur avec 73,34 % des suffrages exprimés suivi de Moïse Katumbi avec 18 % des voix et Martin Fayulu troisième avec 5% de vote exprimé en sa faveur. Le candidat Théodore Ngoy qui conteste cette réélection était arrivé 17ème sur une liste de 26 candidats présents sur le starting-block.

Après le traitement des contentieux électoraux, Félix Tshisekedi, candidat indépendant à l’élection présidentielle, est désormais crédité de 73,47 % des suffrages exprimés d’après la Cour constitutionnelle, note le trihebdomadaire.

Mais bien avant, relève L’Avenir, la Cour constitutionnelle a déclaré recevable, mais non-fondée la requête du candidat malheureux à l’élection présidentielle, M. Theodore Ngoy Ilunga wa Senga, tendant à obtenir l’annulation de toutes les élections et l’organisation des nouvelles par une CENI recomposée. De fil en aiguille, celle (la requête) de M. Etshe Mbala David convergeant avec la précédente, a été déclarée irrecevable pour défaut de qualité, avant d’être jugée de ‘’prématurée’’, la CENI n’ayant pas encore publié les résultats provisoires de toutes les élections, rapporte le quotidien.

A entendre le président de la Cour constitutionnelle, Dieudonné Kamuleta, les arguments avancés par les requérants n’ont pas convaincu, affirme Africa News. Avec cette décision de la Haute juridiction de la RD-Congo, les candidats malheureux n’ont plus d’autres moyens que de prendre acte, conclut ce journal.

Et pour Forum des As, « avec plus de 73 % des voix, le président sortant a obtenu une victoire éclatante, renforçant ainsi sa légitimité ». Ce journal révèle que la Belgique est le premier pays européen à avoir adressé ses félicitations à Felix Tshisekedi après la confirmation de sa réélection par la Cour constitutionnelle.

Dans un communiqué, la ministre belge des Affaires étrangères, Hadja Lahbib, souligne l’importance des défis à relever au cours du nouveau mandat. Elle encourage le président congolais à poursuivre ses efforts en matière de bonne gouvernance, de droits humains, de lutte contre la corruption et de réforme des secteurs de la sécurité et de la justice. La Belgique souhaite également voir progresser l’égalité des genres, les questions sociales et environnementales, ainsi que le climat des affaires, rapporte Forum des As.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights