Revue du mercredi 10 août

Le Député national Jean-Marc Kabund, rapporte « CAS – INFO.CA » a été placé sous mandat d’arrêt provisoire hier mardi, après sa deuxième audition par le Procureur général près la cour de cassation. 

Jean-Marc Kabund a été conduit à la prison centrale de Makala précise « ACTUALITE.CD »

D’après des sources proches du dossier, contactées par « ACTU30.CD », le Procureur général près la cour de cassation justifie sa décision par des indices sérieux de culpabilité qui pèsent sur l’ex-premier vice-président de la chambre basse du parlement. 

A en croire « RFI », le Député national Jean-Marc Kabund a appris au cours de son audition qu’il n’était plus couvert par l’immunité parlementaire. Celle-ci venait d’être levée dans la matinée par le bureau de l’Assemblée nationale.  

« CONGOPOST.NET » rappelle que Jean-Marc Kabund a refusé à deux reprises de répondre à l’invitation du bureau de la chambre basse du parlement demandant à Christophe Mboso de surseoir à la démarche du Procureur général près la cour de cassation qui sollicitait la levée de ses immunités.  

L’ancien vice-président de l’Assemblée nationale, signale « OKAPINEWS.NET » est accusé entre autre d’outrage au Président de la république, Félix Tshisekedi. 

Pour les avocats de Jean-Marc Kabund, cités par « ELECTION-NET.COM », la procédure n’a pas été respectée.  

De son côté, le Parti politique Alliance pour le changement dénonce une main noire derrière la détention provisoire de son président Jean-Marc Kabund. Selon le secrétaire général de ce parti, interrogé par « ACTU30.CD », les preuves apportées par Jean-Marc Kabund pour justifier ses propos n’ont pas été reçues par le magistrat à charge du dossier, simplement dans l’optique de mettre sous silence l’ancien premier vice-président de l’Assemblée nationale. 

Selon « FORUM DES AS », la procédure ayant conduit au transfert de JeanMarc Kabund à la prison de Makala est aussi critiquée par des défenseurs des droits humains. Cas de Jean-Claude Katende qui parle de l’écroulement de l’état de droit tant vanté par le Président de la république, Félix Tshisekedi. 

Diplomatie. Le Secrétaire d’état Américain, Antony Blinken est arrivé hier mardi à Kinshasa. Selon « RADIOOKAPI.NET », il a été accueilli à l’aéroport international de N’djili par le VPM en charge des affaires étrangères, Christophe Lutundula. 

Interrogé au sujet du rapport des experts de l’ONU qui confirme que le Rwanda est intervenu militairement dans l’est de la RDC, « 7SUR7.CD » affirme que le secrétaire d’état Américain a indiqué que son pays accorde beaucoup d’attention au dit rapport. Dans la foulée, Antony Blinken a rassuré qu’il abordera cette question avec le Président Rwandais Paul Kagamé lors de sa visite ce mercredi à

Kigali. 

La RDC a saisi Antonio Guterres pour solliciter l’examen et la publication du rapport des experts de l’ONU qui confirme le soutien du Rwanda au M23. Selon « 7SUR7.CD », c’est le VPM en charge des affaires étrangères, Christophe Lutundula, qui l’a affirmé hier mardi, au cours d’une conférence de presse animée conjointement avec Antony Blinken. 

Au sujet de tension entre Kinshasa et Kigali, Antony Blinken mise sur les médiations Kenyane et Angolaise nous fait savoir « FORUM DES AS ». D’après le chef le patron de la diplomatie Américaine, Washington est opposé à toute violation de l’intégrité d’un quelconque pays. D’où son soutien tous azimuts à la médiation. 

Pour « LA REPUBLIQUE », la visite d’Antony Blinken, est une déception. Contrairement à ce que beaucoup des Congolais attendaient, Washington, explique le journal, se refuse de condamner le Rwanda, simple bras séculier de sa politique d’exploitation des minerais Congolais. 

La visite d’Antony Blinken, écrit « AFRICANEWS », coïncide avec la publication, le même jour, d’un communiqué du département d’état Américain insistant sur la tenue des élections transparentes, crédibles et inclusives auxquelles Washington consacre un soutien financier de 23,7 millions de dollars Américains. 

Pendant ce temps, Hermann Cohen plaide pour la levée des sanctions contre l’ancien Président de la CENI, Corneille Nangaa. Pour ce diplomate Américain, relayé par « ECHOCONGO.NET », les sanctions infligées contre l’ancien président de l’organe chargé d’organiser les élections en RDC n’ont plus leur sens d’être maintenues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.