Revue du mercredi 01 novembre.

Certains journaux parus ce mercredi reviennent sur le communiqué de sept candidats présidents de la république au lendemain des arrêts de la Cour constitutionnelle, siégeant en matière des contentieux des candidatures à l’élection présidentielle.

Sept des vingt-six candidats retenus donnent de la voix, dans une déclaration commune, pour dénoncer le «manque délibéré de transparence» dans le processus électoral en cours, rapporte Africa News.

«Il est nécessaire qu’à quelques jours de la campagne électorale, des mesures urgentes soient prises pour sauver le processus électoral», préviennent Moïse Katumbi, Martin Fayulu, Seth Kikuni, Delly Sesanga, Marie-Josée Ifoku, Franck Diongo et Denis Mukwege, ajoute le trihebdomadaire.

Parmi les points qui inquiètent ces opposants, figurent en bonne position les contraintes financières, logistiques et organisationnelles des élections qui, combinées au «flou entretenu par la CENI», dressent le lit à «des élections chaotiques», note pour sa part Forum des As.

« Le déficit de transparence dans la conduite des opérations se double de l’opacité dans le processus de financement et dans la gestion des finances de la CENI qui se caractérise par la généralisation des marchés de gré à gré», ont ajouté les sept candidats, non sans appeler à l’inclusivité des scrutins, avec la participation des populations de Masisi, Rutshuru, Bunagana et Kwamouth, jusque-là exclus, à ces scrutins combinés du 20 décembre, a ajouté le quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights