Site icon SPHYNXRDC

Revue du mardi 09 janvier.

Plusieurs journaux parus ce mardi 09 janvier 2024 reviennent sur les contentieux électoraux à la présidentielle,la cour constitutionnelle a pris l’affaire en délibéré, après avoir écouté les deux requérants.

Radio Okapi.net ouvre cette revue et note que l’un des candidats à l’élection présidentielle du 20 décembre 2023, Théodore Ngoy, demande à la Cour constitutionnelle d’annuler toutes les élections de décembre dernier pour violations flagrantes du cadre légal des élections.
La Cour constitutionnelle est en train de statuer depuis ce lundi 8 janvier matin sur la requête de Théodore Ngoy.
Siégeant exceptionnellement à la Cour de cassation en matière de contentieux des résultats provisoirement publiés par la CENI, la Cour a reçu une longue plaidoirie du requérant empreinte des anecdotes personnelles, des situations socio-politiques du pays et des irrégularités des opérations électorales.
Partant de l’enrôlement des électeurs à la prorogation de sept jours des opérations de vote. Il estime que la loi électorale n’a pas été respectée. Par conséquent, il plaide notamment pour l’annulation de tous les scrutins et pour la recomposition d’une autre CENI devant organiser de nouvelles élections.

7sur7.cd indique pour sa part que du côté Felix Tshisekedi, vainqueur provisoire de la présidentielle avec 73,34 %, on retrouve Me Coco Kayudi et bien d’autres avocats.
Prenant la parole, Théodore Ngoy a commencé par attaquer le délai de la tenue de cette audience à compter de la date où il a déposé sa requête et de celle où il a été notifié. L’audience qui vient de commencer se poursuit.

Actualité.cd rajoute que la Cour constitutionnelle a examiné aussi ce lundi 8 janvier 2024, la requête de Ehetshe Mpala David, sollicitant l’annulation des élections du 20 décembre 2023. C’est la deuxième requête après celle de Théodore Ngoy.
Prenant la parole, le requérant a lu sa requête et dénoncé de nombreuses irrégularités et fraudes ayant émaillé les scrutins, notamment la détention des matériels de vote par certains candidats.
Réagissant à cette requête, les avocats du candidat Félix Tshisekedi, les représentants de la CENI et même le Ministère public dans son avis, ont demandé l’irrecevabilité de la requête pour défaut de qualité dans le chef du requérant qui n’est pas candidat aux élections présidentielles.
Plusieurs irrégularités et fraudes sont dénoncées lors des élections présidentielles, législatives nationales et provinciales ainsi que celle des conseillers municipaux prévues le 20 décembre mais qui se sont étendues jusqu’au 27 décembre 2023. En dépit de cette situation, les principaux candidats de l’opposition dont Moïse Katumbi et Martin Fayulu n’ont pas saisi la Cour constitutionnelle qui considèrent comme inféodée au pouvoir.

Agence congolaise de presse,ACP déclare pour sa part également que la Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo a pris en délibéré lundi à Kinshasa, l’affaire Théodore Ngoy contre la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et rendra avant le 12 janvier son arrêt, en réponse à la requête en annulation du scrutin présidentiel de décembre.

« La décision de la Cour interviendra demain ou après-demain, mais pas au-delà du 12 janvier », a déclaré le président de la Cour constitutionnelle, Dieudonné Kamuleta.

« Plaise à la Cour constitutionnelle de déclarer la requête recevable, mais non fondée et de confirmer les résultats tels que proclamés par la Céni », a dit pour sa part, le procureur général près la Cour constitutionnelle dans son avis.

Quitter la version mobile