Revue du lundi 13 novembre.

Le chef de l’Etat va s’adresser aux députés et sénateurs réunis en Congres ce mardi. Mais quoi Félix Tshisekedi va parler au cours de son dernier à la nation pour ce premier quinquennat ? Les journaux parus à Kinshasa ce lundi 13 novembre tentent de répondre à cette question.

Félix Tshisekedi, en fin de mandat à la magistrature suprême, prononcera le discours sur l’état de la nation devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès, annonce Le Potentiel.

« En tant que candidat à sa propre succession, le cinquième président de la République démocratique du Congo est dans l’obligation de convaincre, à travers son discours, le peuple congolais des actions entreprises pendant son quinquennat pour espérer briguer un deuxième mandat », estime le quotidien.

Félix Tshisekedi a ainsi l’occasion de mettre en relief la résilience congolaise, poursuit le tabloid, marquée par sa détermination à bâtir un avenir meilleur pour le Congo, en se basant sur trois objectifs : la sécurité, la prospérité et les opportunités de progrès pour tous.

Pour L’Avenir, le chef de l’Etat va rappeler les efforts qui sont fournis pour la montée en puissance des FARDC, avec pour mission de ramener la paix dans cette partie du pays et permettre à toutes ces populations d’exercer leur droit de vote.

« Au cours de son discours, Félix Tshisekedi ne manquera pas d’évoquer la question du retrait ou du départ de la force des pays de l’Afrique de l’Est et de la MONUSCO », poursuit le quotidien.

Ce discours se tient à quelques jours de la campagne électorale, souligne La Tempête des tropiques, qui parlent de derniers actes du Parlement et du Gouvernement. Les deux Chambres du Parlement de la République Démocratique du Congo, l’Assemblée nationale et le Sénat, vont officiellement fermer leurs portes ce mercredi 15 novembre, annonce le journal.

Vendredi 10 novembre, le Gouvernement de la République dirigé par le Premier ministre JeanMichel Sama Lukonde a pour sa part tenu la dernière réunion du Conseil des ministres. Il s’est agi d’une réunion d’évaluation et d’adieux pour les membres de l’exécutif national qui ont travaillé dur dans des c i r c o n s t a n c e s particulièrement difficiles et pendant quelque deux ans seulement, selon le tabloïd.

Cependant, renchérit La Prospérité, « les ministres candidats pourront garder leurs postes ministériels pendant la campagne électorale mais ils se devront de se garder de faire usage des moyens de l’Etat ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights