Revue du jeudi 23 mai

 

Plusieurs journaux parus ce jeudi à Kinshasa ont eu les yeux rivés sur l’hémicycle du Palais du peuple, où jusque tard dans la nuit les membres du bureau définitif de l’Assemblée nationale ont été élus et puis installés.

 

Le journal Le Phare ouvre le bal et titre en sa Une : « Bureau définitif de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe : le grand retour 15 ans après ! ». Dans cet article, ce quotidien rapporte qu’il n’y a pas eu de surprise mercredi 22 mai en la salle des congrès du Palais du Peuple. Ce tabloïd signale que Vital Kamerhe a été élu ou plébiscité président de l’Assemblée nationale, à l’issue du vote organisé en vue de mettre en place le Bureau définitif de la chambre basse du Parlement avec 371 voix sur 407 votants, 36 bulletins nuls et blancs confondus. En effet, indique ce portail, les choses ne pouvaient pas se passer autrement du fait que le concerné avait déjà validé son ticket comme candidat unique de la majorité parlementaire, à ce poste, lors des «primaires» qu’il avait remportées haut la main face à ses deux concurrents, tous membres de l’Union Sacrée de la Nation, à savoir Modeste Bahati et Christophe Mboso. Donc, note le Phare, son élection n’est que la confirmation, mieux la conséquence de ce qui était déjà levé comme option. Ce journal rappelle que Vital Kamerhe retrouve le poste qu’il avait occupé, il y a quinze ans.

Infos 27 reste sur la même voie et fait savoir que le présidium de ce bureau définitif est complété par Jean-Claude Tshilumbayi de l’UDPS et Christophe Mboso N’Kodia Pwanga de l’ACRD, respectivement en tant que 1er et 2è vice-président. Ce tabloïd révèle que Jacques Djoli a été élu rapporteur. Infos 27 estime que cette nouvelle configuration traduit un renforcement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale. Comme il l’avait dit, à l’issue de victoire lors des primaires, rappelle ce portail, Vital Kamerhe a promis à ses collègues députés une nouvelle ère de transparence et un engagement de restaurer l’image ternie de la chambre basse du Parlement en tant que le véritable temple de la démocratie. Ce journal écrit que le nouveau president du bureau de l’Assemblée national a souligné l’importance de renforcer le contrôle parlementaire pour garantir une gouvernance transparente et responsable. Élu en février 2007 président de l’Assemblée nationale de la première législature, souligne ce quotidien, Vital Kamerhe n’avait pas terminé son mandat. Il avait été évincé en 2009 de manière cavalière, non démocratique, deux ans seulement après avoir été porté à la tête du Bureau définitif de l’Assemblée national de ce temps, ajoute Infos 27.

Pour Forum des As, Vital Kamerhe promet de travailler sur les lois impartiales en faveur de la RDC et de son peuple; pour le contrôle parlementaire sans complaisance, pour la démocratie parlementaire agissante; pour l’archivage numérique des résolutions et autres documents relatifs aux activités de la Chambre basse et la police de débats équilibrée.

La Prospérité estime, pour sa part, que l’Assemblée nationale déjà dotée d’un Bureau définitif devra investir, très prochainement, le Gouvernement de la Première ministre Judith Suminwa Tuluka dont la composition traîne encore dans les dépendances des tractations politiques. Puis, poursuit ce quotidien, le Sénat, de son côté, devra, à son tour, si tout va bien, se doter de son propre Bureau définitif qui, normalement, devrait prendre les rênes des affaires pour faire asseoir le caractère bicaméral du Parlement congolais. Pour ce tabloïd, l’attentes a été à la fois, longues et complexes des réformes structurelles dont l’obligation des résultats incombe aux gouvernants, pour œuvrer à la satisfaction des intérêts vitaux du peuple congolais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights