Revue du jeudi 19 octobre.

Les journaux parus jeudi 19 octobre font l’état des lieux du processus électoral, à un mois du début officiel de la campagne pour les élections générales du 20 décembre.

Dans exactement un mois, soit le 19 novembre 2023 à minuit, sera officiellement lancée la campagne électorale sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo, annonce La Tempête des Tropiques, déplorant tout de même la précampagne électorale à laquelle se livrent déjà certains candidats.

« C’est de la tricherie », tranche le journal, signalant que le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) a déjà interpellé plusieurs médias contre cette campagne électorale précoce.

Un autre problème relevé par le tabloïd touche à la mobilité des candidats : « Et à un mois des élections, un problème de disponibilité d’avions se pose au sein de Congo Airways, la compagnie nationale. Et si la situation ne change pas, plusieurs candidats connaitront un sérieux problème de mobilité dans le Congo profond ».

Pour sa part, La Prospérité publie « la typologie des candidats et potentiels de victoire électorale », élaborée par Hubert Kabasu Babu Katulondi, écrivain et président d’Agir New Congo.

« Beaucoup de candidats ont publié des documents appelés «programme électoral», mais qui sont en écart avec les normes en la matière et affublés des budgets illusoires. Ce sont donc de simples amalgames de souhaits dénués de rationalité gouvernologique et politologique », note-t-il.

Réinventer la RD Congo, selon le document, « passe inéluctablement par la réinvention de notre électoralisme : c’est une responsabilité nationale. La RD Congo doit donc se libérer de l’électoralisme artisanal régressif ».

Entre-temps, le ministre de l’Intérieur, Peter Kazadi, cité par Le Potentiel, rassure du renforcement de la sécurité à Rutshuru, Masisi et Kwamouth pour y permettre la poursuite du processus électoral :

« Je voudrais réaffirmer la volonté du gouvernement d’organiser les élections dans ces parties de la République. À l’Est, nous sommes en train de renforcer la sécurité. Quelques unités de la police, environ mille éléments, doivent aller occuper ces territoires jadis occupés par les forces négatives ».

L’Avenir rapporte par ailleurs la « note positive » ayant sanctionné la mission du Conseil consultatif électoral de la SADC en RDC. Cette mission était venue prioritairement, poursuit le journal, pour « évaluer si l’environnement politique et sécuritaire du pays est propice à la tenue d’élections libres, équitables, transparentes, crédibles et pacifiques, conformément aux principes et lignes directrices révisés de la SADC. Mais également jauger le cadre légal et constitutionnel régissant les élections présidentielle, législatives et des conseillers communaux du 20 décembre 2023 ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights