Revue du jeudi 19 janvier.

Plusieurs journaux parus ce jeudi 19 janvier 2023 reviennent sur la violation du processus de Luanda par les mouvements terroristes du M23,et sur ce la RDC est prête à se défendre contre ses agresseurs.

Radio okapi.net signe que le gouvernement congolais a pris acte, mercredi 18 janvier, du refus du M23 d’exécuter les recommandations du sommet de Luanda, qui lui exige de se retirer de ses positions au Nord-Kivu.
Le ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula l’a indiqué dans un communiqué sur la situation sécuritaire au Nord-Kivu, dont une copie est parvenue à Radio Okapi.
Le chef de la diplomatie congolaise a rappelé que ce mouvement rebelle devrait quitter ses positions au plus tard le 15 janvier conformément à la programmation de la force de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC).
Ce retrait, selon lui, devrait permettre le rétablissement de l’autorité de l’Etat dans ces zones et le retour des populations congolaises à leurs milieux d’origine.

ACP titre de son côté : »Violation du processus de Luanda : la RDC prête à se défendre contre ses agresseurs ».

Ce journal ajoute que la République démocratique du Congo est prête à se défendre contre ses agresseurs, après avoir constaté la violation du processus du mini-sommet de Luanda par les terroristes du M23, selon un communiqué signé, mercredi, par le vice-Premier ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula, parvenu à l’ACP.
«La RDC est prête à toute éventualité et se défendra par tous les moyens, dans la ligne droite de la déclaration du Chef de l’Etat le 20 septembre 2022, à la 77ème session ordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU : « Nous, Peuple congolais, sommes décidés, cette fois-ci, à mettre fin à l’insécurité à l’Est de notre pays, quoi qu’il en coûte » », relève ce communiqué du Gouvernement en rapport avec la situation sécuritaire au Nord-Kivu.

Forum des As indique également que le Gouvernement congolais a pris acte du non-respect des engagements par le Rwanda et le M23. Dans un communiqué émis hier mercredi 18 janvier par son ministre des Affaires étrangères, la RDC interpelle la Communauté internationale, l’UA et les organisations de la sous-région à sanctionner le Rwanda et le M23.

Mediacongo.net déclare aussi que le texte prévoit encore que « si le M23 refuse de se désengager et de libérer les territoires qu’il occupe actuellement, les chefs d’Etat de la CEA instruiront la force régionale à faire usage de la force pour les pousser à se soumettre ».
Le mini-sommet de Luanda évoque aussi « la fin des soutiens politico-militaires au M23 et à tous les groupes armés locaux ou étrangers qui opèrent dans l’est de la RDC ».

Dans le même esprit,Actu7.cd nous informe que les activités socio-économiques sont restées paralysées ce mercredi 18 janvier 2023 dans plusieurs régions de l’Ituri, particulièrement à Bunia, chef-lieu de la province, cela, sur appel de la société civile pour l’observance de trois (3) journées ville morte en mémoire des victimes des atrocités de différents groupes armés depuis le début de l’année 2023.
Les portes des boutiques, magasins, officines pharmaceutiques, voire écoles sont restées hermétiquement fermées.

Politico.cd rajoute qu’une manifestation organisée ce mercredi 18 janvier 2023, par les mouvements citoyens en ville de Goma (Nord-Kivu) a été réprimée par les éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC).
Interdite la veille par l’autorité urbaine, cette manifestation avait pour mission de demander le départ des troupes de l’EAC, qui deviennent plus « spectateurs » sur la ligne de front contre les rebelles du M23. La manifestation a été réprimée pendant que les manifestants se dirigeaient vers la mairie. Ils ont été empêchés, par la police, de remettre leur mémo au gouverneur militaire pour le transmettre à qui de droit.
Les éléments de la PNC ont usé des bombes à gaz lacrymogènes pour disperser ces manifestants déterminés à user de leur droit constitutionnel. Certaines sources révèlent que quelques journalistes ont été touchés par les éclats de bombes lacrymogènes. Jusque-là aucune arrestation signalée.
Cette manifestation connait le soutien de la société civile qui a menacé, il y a peu le gouvernement et l’EAC, de demander de soulèvements populaires contre cette force.

7sur7.cd revient sur la rencontre de la RDC face à la côte d’ivoire pour le compte de la deuxième journée de la 7 ème édition du CHAN Algérie 2022,de ce mercredi Les Léopards de la RDC ont concédé encore un match nul face à la Côte d’Ivoire ce mercredi 18 janvier pour le compte de leur deuxième match du groupe B au Championnat d’Afrique des Nations (CHAN).
Avec 6 changements dans son Onze de départ par rapport au premier match, la RDC n’a réussi à faire mieux dans cette deuxième rencontre.
Les congolais comptent à présent 2 points en 2 matchs et doivent gagner le dernier match pour se qualifier en quart de finale.
Dans 4 jours, soit le 22 janvier prochain, les Léopards vont affronter les Lions de la Teranga du Sénégal, leader provisoire du groupe.
En attendant le 2e match qui va opposer le Sénégal aux crânes de l’Ouganda plus tard ce soir, la RDC occupe la 2e place du groupe.

Actu30 indique de son côté que les Ivoiriens ont tout de même fini à la rencontre en infériorité numérique suite à l’expulsion de Zougrana.

Avec ce deuxième nul consécutif,la RDC compte désormais deux points en deux sorties,et jouera sa qualification contre le Sénégal dimanche prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *