Site icon SPHYNXRDC

Revue du jeudi 09 novembre.

Des journaux parus ce jeudi à Kinshasa dénoncent les stratagèmes de la rébellion du M23, soutenue par le Rwanda, pour déstabiliser la ville de Goma, au Nord-Kivu.

Comme en 1998, dans le Kongo central, rappelle le Potentiel, le Rwanda est fidèle à sa stratégie de tous les temps. Selon ce quotidien, une méthode qui consiste à asphyxier la population congolaise, en lui priver d’eau et d’électricité, à éliminer physiquement des nouveau-nés dans des couveuses, à paralyser le social, et autres. Ce tabloïd indique Kinshasa avait connu ce pire scénario qui illustre la politique criminelle, voire le terrorisme du Rwanda, qui était derrière le Rassemblement des Congolais pour la démocratie (RCD) en guerre contre le pays sous le président Laurent-Désiré Kabila, avec la prise du barrage d’Inga. Du RCD jusqu’en arriver au M23, l’ADN reste le même. Ce portail rapporte que les meurtres et les massacres des civils dans les zones occupées par ces groupes terroristes en témoignent. Ainsi, note ce journal, les sabotages répétés par le M23/RDF des lignes électriques de Virunga Energies, alimentant la ville de Goma, constituent clairement une stratégie criminelle de la part de Kigali. Le mercredi 8 novembre, souligne le Potentiel, la direction générale de Virunga Energies a fait savoir que la ligne de moyenne tension, réparée le mardi 7 novembre, a subi des dégâts à cause des affrontements. Par conséquent, Virunga Energies est dans l’incapacité d’assurer la distribution du courant à Goma et ses environs.

Sur le même sujet, la Reference plus écrit que lundi 6 novembre courant les combattants ADF avaient lancé un obus à partir de Kibumba (27 kilomè[1]tres au nord de Goma) qui a endom »magé deux lignes de haute tension du courant électrique de la société Virunga Énergies qui a mis en noir la ville de Goma et ses environs. « Nous remercions nos équipes des techniciens qui ont réussi à réparer d’une manière temporaire l’une des deux lignes endommagées par les affrontements » a indiqué, mardi dernier, le directeur général de la société Virunga Energies, M. Ephrem Balole qui, par la même occasion a félicité ses techniciens qui se sont exposé pour rétablir le courant au plus vite et limiter ainsi l’impact humanitaire de la coupure de l’électricité observée depuis le lundi 6 novembre 2023 aux environs de 18h30′. Ce quotidien signale que cette satisfaction du directeur de Virunga Energies n’a été que de courte. La coalition RDF/M23 a encore endommagé la même ligne moyenne tension. Comme les Willy Ngoma, Bertrand Bisimwa et autres traitres aujourd’hui, rappelle ce tabloïd, ceux du RCD en 1998 avaient, à l’époque, nié toute implication rwandaise dans la rébellion. Selon ce portail, avec ce qui se passe à Kibumba pour asphyxier la ville de Goma, la similitude des faits de 2023 et de 1998 est totale et indéniable.

Pendant ce temps, signale l’Avenir, la Commission européenne a décidé à cet effet d’allouer 13,3 millions d’Euros supplémentaires pour renforcer la réponse humanitaire face à l’escalade de la violence et la détérioration de la situation humanitaire dans l’Est de la RDC. Ce quotidien précise que le montant alloué à la RDC représente la moitié de l’enveloppe globale de 26,7 millions d’Euros destinés à répondre à de multiples crises humanitaires, aggravées par les conflits et les catastrophes liées au climat dans la région des Grands lacs et dans la corne de l’Afrique, plus précisément au Soudan du Sud, en Ouganda, en Somalie et en RDC. « En Afrique de l’Est et dans la région des Grands lacs, l’insécurité alimentaire-due aux conflits ou aux catastrophes provoquées par le climat-augmente », a averti le commissaire européen, repris dans les colonnes de ce tabloïd. Depuis le début de l’année, rappelle ce portal, l’Union européenne a déjà engagé près de 96 millions d’euros, en plus des EUHAF (European Humanitarian Air Flights et des ponts humanitaires aériens organisés pour appuyer la réponse à la crise humanitaire dans l’Est de la RDC. Preuve qu’elle garde un œil sur toutes les crises partout dans le monde, poursuit ce journal.

L’État et la REGIDESO pour l’amélioration des conditions de production d’eau

Sur un autre chapitre, signale Forum des As, le gouvernement congolais, représenté par la ministre d’État, ministre du Portefeuille, le ministre des Finances et celui de ressources l’hydraulique a signé avec la REGIDESO le contrat de performance, mercredi 8 novembre en la salle des réunions. Prenant la parole, indique ce quotidien, la ministre d’État Adèle Kayinda a déclaré que ce nouveau Contrat est centre sur la réorganisation structurelle et opérationnelle de la REGIDESO, en plus de l’amélioration de la qualité de sa gouvernance. Selon elle, note ce tabloïd, le nouveau contrat prend en compte notamment l’épineuse question des tarifs pour assurer l’équilibre financier de cette entreprise du portefeuille ainsi que les recommandations de la Commission technique mixte sur la réforme du mode de gestion des consommations d’eau et d’électricité de l’État instituée au niveau du ministère du Portefeuille sur instruction du Premier ministre. Ce journal ajoute que la patronne du Portefeuille a souligné que ces recommandations visent principalement la rationalisation des consommations de l’État, la maîtrise et la réduction de sa facture ainsi que le paiement régulier de ses consommations.

Pour clore, la Prospérité rapporte que Cette activité ne se limitera pas qu’à la signature des procès-verbaux de conciliation de dettes et des créances croisées entre l’Etat et la REGIDESO, mais qu’il aura effectivement de paiements croisés entre les deux parties. Ce quotidien souligne que c’est le vœu émis par Adèle Kayinda Mahina, qui rappelle que ce contrat de performance devrait être décliné à l’intérieur de la société jusqu’au plus petit exécutant des actions y relatives. Représentant ainsi l’Etat à cette cérémonie, poursuit ce tabloïd, la ministre du Portefeuille assure que l’Etat congolais qui est l’autorité normative et régulatrice du secteur, va, cette fois-ci honorer ses engagements vis-à-vis de la REGIDESO. Ce membre du gouvernement salue la vision de la nouvelle équipe de gestion de cette entreprise qui donne une lueur d’espoir dans la réalisation de performances opérationnelles et financières de cette société, conclut ce portail.

Quitter la version mobile