Réforme de la Ceni: Modeste Mbonigaba plaide pour un vote intelligent

Modeste Mbonigaba est l’une des rares figures de la crème intellectuelle congolaise qui suit de près la situation du continent africain depuis son indépendance. Auteur de plusieurs ouvrages dont « Pourquoi vote-t-on ». Cet ancien élève des pères jésuites et analyste politique s’intéresse surtout à la problématique des élections en Afrique noire et plus particulièrement celles de son Congo natal. A l’heure où une proposition de loi vient d’être adoptée à l’Assemblée nationale par la majorité des députés nationaux, ce dernier en bon gardien du temple, interpelle l’opinion publique sur deux préalables qui passent par le droit de vote qui n’a autre conséquence de l’obligation d’un vote intelligent de la part du souverain primaire. C’est ce que cet ancien de l’Université de Lovanium fait ressortir dans cette approche dont nous vous proposons la quintessence.

La réforme de la CENI en RDCONGO ‹‹ Pour avoir les meilleurs élus d’Afrique, voire du monde, Modeste MBONIGABA plaide pour un vote plus intelligent

Modeste Mbonigaba soutient tout haut que toute réforme de la comission électorale nationale indépendante , Céni, passe préalablement par l’émergence d’une nouvelle intelligentsia congolaise. Pour lui, l’élection devrait concerner d’abord les intellectuels. Intellectuel au sens propre du terme qui ne s’arrête pas au plan académique mais au plan de la morale et de l’ethique. Modeste Mbonigaba propose donc:

« Une organisation différente de la vie politique, donc, d’un système électorale , peut nous permettre de faire émerger les meilleurs élus aussi bien au niveau local, provincial que national . Parce qu’aujourd’hui tout le monde dit que nous avons une classe politique qui n’est pas à la hauteur des espérances ,des attentes des congolais mais on oublie de dire que cette classe politique est en fait l’émanation de la société congolaise telle qu’elle fonctionne aujourd’hui. C’est cette société congolaise qui produit cette élite congolaise ».

Un mémo sur la reforme de la Céni remis par Modeste Mbonigaba au Président de l’Assemblée nationale

Pour atteindre une bonne gouvernance

L’auteur du vote intelligent estime qu’ il faut donc changer la base d’organisation de cette société en émergeant les meilleurs d’entre nous qui nous gouvernent. Nous pouvons atteindre la bonne gouvernance. L’Afrique meurt par la faute des ses dirigeants et si nous voulons changer nous devons imaginer des formules nouvelles notamment, celle-ci qui permette ce que seuls les meilleurs d’entre nous peuvent effectivement émerger, nous représenter non seulement au niveau national mais aussi régional pourquoi pas continentale car la vocation du Congo est de montrer la voie,car la société aura tellement changé qu’elle sera elle même vigilante pour surveiller les faits et les gestes de son gouvernance, juste la façon de choisir peut changer radicalement la gouvernance, c’est le parcours de la personne qui doit être scruté à la loupe pour s’assurer qu’ont n’a affaire effectivement à quelqu’un qui sur le plan morale et étique sera le meilleur d’entre nous toutes les élections sont importantes mais elles n’ont pas les mêmes enjeux alors il faut connaître le travail que la personne choisi doit exercer. Il faut désigner selon la capacité de chacun ».

Modeste Mbonigaba explique le bien fondé du vote intelligent

In fine, Modeste Mbonigaba exige que l’on mette la personne qu’il faut à la place qu’il faut. Au cas contraire, si on met une personne qui n’est pas à la hauteur, elle va tout détruire. Tout élection intelligente qui privilégie l’émergence des meilleurs produits de la société est une panacée pour des élections crédibles. Ceci renvoie à la pensée de Koffi Annan, ancien secrétaire général des Nations Unies qui ne cessait de clamer: » L’Afrique meurt par la faute de ses dirigeants ». Et s’il faut remettre en question le système hérité de la colonisation pour se décoloniser mentalement( Mabika Kalanda). Il faut imaginer des formules nouvelles , notamment, qui permettent que seuls les meilleurs de la société puissent effectivement émerger pour représenter cette communauté au niveau provincial, national, continental voire mondiale. La vocation du Congo reste celle de montrer la voie pour toute l’Afrique.

intervention de Modeste Mbonigaba sur le vote intelligent

Jacques Kalokola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.