Réélection de F. Tshisekedi : Les méandres d’une victoire légendaire ( Tribune de Tina Salama, porte-parole du président de la République)

Les élections du 20 décembre dernier sont l’aboutissement d’une volonté politique ferme du Président Tshisekedi et d’un processus laborieux qui était émaillé de beaucoup d’anicroches.  Plus de deux ans et quatre mois s’étaient écoulés pour que finalement un accord soit trouvé entre les confessions religieuses, structure habilitée à porter la candidature du Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante. Après le feuilleton Malonda, finalement, c’est la candidature de Monsieur Kadima qui sera présentée pour nomination par le Président de la République. Encore une fois, des voix se sont levées pour discréditer le nouveau patron de la CENI prétextant qu’il serait un proche du Président Tshisekedi. Fort heureusement, jusqu’à ce jour, aucun élément probant n’a été présenté pour justifier ces allégations.

Ainsi, le Bureau de la CENI a dû s’atteler à tout mettre en œuvre pour soumettre à la classe politique un calendrier électoral respectueux du délai constitutionnel. C’est donc ce calendrier qui a fixé la date du 20 décembre 2023.

Du reste, il faut se demander si toutes ces tergiversations autour de la désignation des dirigeants de la CENI n’avaient pour mobile que le souci de perfectionner le processus électoral ou encore que cela était le résultat d’une subtilité subversive émanant des officines politiques en quête de positionnement !  

En effet, depuis plusieurs décennies, la classe politique congolaise était habituée à accéder aux responsabilités publiques par des voies non démocratiques. A cet effet, des crises artificielles étaient souvent créées, pour permettre à des groupes d’individus d’avoir droit au chapitre.

Cependant, durant près de deux années, les regards des politiciens étaient plus focalisés sur un probable dialogue que sur le calendrier électoral publié par la CENI. Cette culture de dialogue, concertation, conférence débouchant au partage du pouvoir a été à la base de l’impréparation de la majorité d’acteurs de l’opposition à ces élections. 

Pourtant, tout au long de ce processus, le Président Tshisekedi s’est distingué par son attitude combien républicaine. Qu’il s’agisse de certaines initiatives telle que la proposition de la loi Tshiani qui préconisait que le candidat à l’élection présidentielle soit issu de père et de mère congolais ou de la requête qui sollicitait l’invalidation de certaines candidatures dont celle du candidat Moïse Katumbi, le Président Tshisekedi avait laissé les instances habilitées faire leur travail, et ce, loin de toute ingérence politique. 

Avant le lancement de la campagne électorale, la CENI avait mis en place un cadre d’échanges censé permettre à la celle-ci d’éclairer la lanterne des candidats à l’élection présidentielle sur le déroulé des activités électorales. Aussi, elle s’est fait le devoir de recevoir les plaintes, avis et suggestions des différents candidats. Là encore, le Président Tshisekedi a eu à donner une grande leçon d’humilité à ses challengers. Il s’est soumis aux exigences de la CENI comme tous les candidats présents.   

Une autre institution qui a un rôle majeur à jouer tout au long du processus électoral en RDC, c’est la Cour Constitutionnelle. Cette plus haute instance judiciaire de notre pays a été mise à l’épreuve à plusieurs reprises. 

Lors de la publication de la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle, tout le monde s’attendait à l’invalidation de la candidature de M. Katumbi. Pourtant, la cour confirmera sa candidature. A cette occasion, le candidat Katumbi avait même jeté des fleurs à cette instance. Fort malheureusement, quelques temps après, c’est le même candidat qui remet en question la légitimité de ladite cour, avant même qu’elle n’intervienne dans le cadre des missions électorales lui assignées par la Constitution. 

Les méandres de la victoire légendaire du Président Tshisekedi.

Une élection est avant tout une affaire d’homme, de vision et d’action.

L’homme : l’humanisme du Président Tshisekedi ne fait l’ombre d’aucun doute dans l’opinion. Avec lui, le mythe du dirigeant transcendantal a cédé la place à la réalité du dirigeant qui émane du peuple et y demeure attaché. Simplicité, sociabilité, humilité et disponibilité sont ses traits qui ont marqué l’opinion.

Il faut ajouter à cela, l’ancrage politique évident du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo consécutif à la longue lutte politique de son parti, l’UDPS et son leader Etienne Tshisekedi wa Mulumba d’heureuse mémoire.

C’est grâce à cet ancrage que Kinshasa, la capitale de la RDC, de tout temps bastion de l’opposition, a accordé un suffrage massif au Président Tshisekedi.

La vision : Depuis la nuit des temps, les élections en RDC constituent un enjeu de survie nationale.

Pour ce faire, la nation a comme jauge à l’égard des différents candidats leurs prises de position, notamment sur les questions majeures de l’heure, le cas échéant, l’identification du Rwanda comme agresseur de la RDC et les voies de solution à apporter. A cette problématique, le Président Tshisekedi est resté égal à lui-même. Ainsi, il sied de relever que le caractère dubitatif du candidat Katumbi sur cette question l’a sérieusement desservi.

L’action : la stratégie mise en place par le Président Tshisekedi a été déterminante.

Le Président Tshisekedi a disposé d’une machine politique à plusieurs tentacules. Plusieurs leaders de l’Union Sacrée ont fait le tour de la république pour lui baliser la voie. Dans ce cadre, le travail titanesque abattu par JP Bemba dans l’équateur, le Kwilu, le Mai-Ndombe etc. est à saluer. Les grandes mobilisations réalisées par M. Bahati, M. Kamerhe, M. Lihau, M. Paluku, M. Mohindo pour ne citer que ceux-là, sont à placer à l’actif de ce succès.    

En outre, le Président Tshisekedi s’est livré à toutes les tribunes pour attirer l’attention du peuple sur les enjeux de l’heure ainsi que sur les acquis à consolider.

Le Président Tshisekedi est allé partout, non seulement pour battre campagne, mais aussi, pour écouter le peuple. Pour beaucoup de congolais, c’était une première fois de voir le Président de la République dans certaines entités territoriales du pays.

Ainsi, le 20 décembre, jour tant attendu est finalement arrivé. Pour beaucoup, cette date n’incarnait qu’une chimère. Malgré toutes les assurances apportées par la CENI, plusieurs leaders avaient réussi à convaincre beaucoup de congolais d’un probable report de ces élections.

Prenant tous les sceptiques au dépourvu, le 20 décembre est apparue dans plusieurs états-majors comme une surprise désagréable, cela simplement parce que les gens ne préparaient pas les élections, mais plutôt un dialogue visant le partage du pouvoir. 

C’est en fin de cette journée que même les sceptiques s’étaient rendus compte qu’il faudra inventer un autre narratif que celui de la non organisation des élections. 

Jamais telle convergence ne s’est autant dégagée dans les différents rapports des missions d’observation des élections lors d’un scrutin. Dans leur quasi majorité, les missions d’observation électorale ont salué la tenue de ces élections. Qu’il s’agisse de la mission d’observation de UE, de celle de la SADC, de la CEAC ou des missions diplomatiques, il ressort de leurs rapports que les élections étaient bonnes et apaisées. Toutes ces structures s’accordent sur une côte largement au-dessus de la moyenne. 

En outre, lors des cycles électoraux précédents, nous étions habitués à voir les ressortissants étrangers être évacués. Ceux qui restaient en RDC étaient soumis à un régime sécuritaire très restrictif.

Rien de tout ça n’a été constaté. Le caractère apaisé des élections du 20 décembre dernier a été un élément déterminant dans l’agir tant des nationaux que des étrangers qui vivent en RDC.

Plusieurs chancelleries installées en RDC, souvent critiques à l’endroit des administrations électorales congolaises ont communiqué dans le sens à saluer la bonne tenue de ces élections.  

Par ailleurs, il a été fait mention des difficultés logistiques qui ont été à la base du retard enregistré dans le lancement du vote. Cela a eu pour conséquence la prolongation du vote aux jours suivants.

Outre le retard constaté dans le lancement du vote, il y a eu quelques cas d’irrégularités. Cependant, toutes ces missions s’accordent sur le fait que l’ampleur ne saurait remettre en question les suffrages exprimés en faveur du candidat Tshisekedi. 

Face à cette évidence du vote massif en faveur du Président Tshisekedi par les congolais, les opposants ont affiché plusieurs postures contradictoires.

Il sied de rappeler que la non-participation des opposants aux élections était la première option prise par eux. Ensuite, ils avaient conditionné leur participation à l’audit du fichier électoral. Enfin, ils avaient pris la décision de participer aux élections suivant le calendrier de la CENI.  

A la clôture du vote du 20 décembre, les premières déclarations scandant victoire venaient de l’opposition, violant ainsi le code d’éthique auquel les candidats avaient souscrit auprès de la CENI. Le caractère artificiel et non persuasif de l’enthousiasme de certains leaders de l’opposition en disait long.

D’autres opposants par contre, le soir du vote, avaient demandé, sans toute autre forme de procès, l’annulation de ces élections.  

La publication des premières tendances des résultats par la CENI a commencé à mettre au grand jour ce que ces différents leaders de l’opposition savaient déjà.

D’où, des revendications croisées et le changement de ton dans les discours des opposants.

  • L’opprobre jetée sur les institutions censées proclamer les résultats provisoires et définitifs ;
  • Des appels au soulèvement populaire lancés par les opposants pour obtenir l’annulation des élections etc.

Malgré tous les appels au soulèvement de la population contre ces résultats, la quiétude règne dans le chef de la population.

En outre, il faut épingler la vague des messages des félicitations des Etats de la sous-région, des Etats de la région et de la communauté internationale.

Du Président Hakainde de la Zambie, en passant par le Dr Lazarus Chakwera du Malawi, Macky Sall du Sénégal, Faure Essozimna GNASSINGBE du Togo, Joao Lourenco de l’Angola, le Roi Mohammed VI du Maroc, Akinwumi A. Adesina de la BAD etc.

La Chine, la France, la Belgique, la Russie etc. ne sont pas en reste

Ainsi, la date du 20 décembre 2023 a vécu et le peuple a suivi l’option du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, celle de consolider les acquis en évitant de faire un saut vers l’inconnu ou de repartir à zéro.

Tina SALAMA

Porte-parole du Président de la République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *