RDC: une soixantaine d’organisations de la société civile exigent à la CENI de publier le calendrier électoral définitif

RDC: une soixantaine d’organisations de la société civile exigent à la CENI de publier le calendrier électoral définitif

0 0
Read Time:3 Minute, 5 Second

Elles sont au nombre de 68 ces organisations de la société civile et ces personnalités congolaises et internationales qui exigent à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) de publier le calendrier électoral définitif dans la perspective des élections générales de 2023.

C’est en substance ce qui ressort de leur déclaration lue devant la presse, ce jeudi 17 mars 2022, à l’hôtel Memling de Kinshasa.

« Nous appelons la CENI à respecter son engagement à fonctionner de manière transparente, indépendante et inclusive, et à remplir son mandat crucial d’organiser des élections libres, crédibles, transparentes, inclusives, et démocratiques. Il ne peut être question de lier ce processus électoral à d’autres qui pourraient le retarder. Ainsi, nous demandons à la CENI de publier au plus vite le calendrier électoral définitif », a déclaré Jérôme Bonso, Secrétaire permanent de l’ONG « Agir pour les élections transparentes et apaisées » (AETA).

Pour ces ONGs et personnalités, il faudrait tout mettre en oeuvre pour éviter les erreurs du passé. Elles font en effet allusion aux nombreuses difficultés enregistrées lors des cycles électoraux de 2011 et 2018 ayant été entâchés tant à la fois au niveau de la légitimité que de la fiabilité des résultats.

Dans la même déclaration, les signataires ont appelé la CENI à s’activer dans la mise en exécution de sa feuille de route afin d’achever toutes les étapes nécessaires pour garantir le respect des délais, la transparence et la crédibilité des élections.

Publiée il y a quelques semaines, la feuille de route de la CENI est assortie de nombreuses contraintes.

Face à cette situation, ces ONGs et personnalités appellent « le Président de la République, le Premier Ministre, le Parlement congolais et les autres acteurs étatiques à s’acquitter de leur devoir en mettant à la disposition de la CENI tous les moyens nécessaires pour la réalisation de ses objectifs. »

Si les précédents processus électoraux ont été émaillés de critiques de toutes parts, ce groupe d’organisations de la société civile considère que les prochains scrutins constituent « une opportunité de rétablir la confiance entre toutes les parties prenantes ».

Pour ces organisations, personnalités congolaises et internationales, la présente déclaration est le point de départ de la campagne de mobilisation citoyenne pour que les prochaines élections se tiennent dans les délais constitutionnels.

Déterminées, elles ne menageront, comme elles le disent, aucun effort pour jouer leur rôle de gardiennes du processus électoral.

« Nous pensons que les observateurs de la société civile, tant des organisations congolaises qu’internationales, doivent bénéficier de toutes les autorisations et libertés nécessaires pour observer les prochaines élections et en rendre compte. C’est pourquoi nous en appelons aux institutions internationales éprises de paix et de démocratie d’apporter tout le soutien nécessaire aux efforts d’éducation civique et d’observation électorale », indiquent-elles dans leur déclaration.

Dans cette optique, elles n’ont pas manqué de saluer l’appel du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, à l’observation électorale internationale.

C’est même dans cet ordre d’idées que ces ONGs et personnalités appellent à la mobilisation des Nations-Unies, de l’Union Africaine, de l’Union Européenne, des États-Unis d’Amérique et de tous les amis du Congo pour passer à l’action.

Sur la liste de 68 signataires de la déclaration, il y a 49 organisations congolaises et 19 structures internationales. Il s’agit notamment de : la Ligue des Électeurs (LE), Agir pour des Elections Transparentes et Apaisées (AETA), l’Observatoire de la Dépense Publique (ODEP), la Lutte pour le changement (LUCHA), Filimbi, Unis, Human Rights Watch (HRW), The Sentry, Afrikki, Panzi foundation, Jewish World Watch, Crane Center for Mass Atrocity, Prevention, Elizabeth Barad, Member et Anthony W. Gambino.

Zoom-Eco

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
A la une Actualité politique societé société Societe kinshasa