RDC/POLITIQUE : Indigné de la situation sécuritaire à l’Est du pays, l’ANADEC reprend désormais avec le port de son Beret bleu.

Insécurité à l’Est de la République Démocratique du Congo, l’ANADEC réitère tout son attachement à l’intégrité territoriale du pays dans ses frontières traditionnelles de 1960, et rappelle à la population congolaise qu’en 2020, il avait organisé une marche et avait saisi la monusco pour exiger soit le départ de cette dernière de la République Démocratique du Congo, soit l’érection d’un mûr de séparation entre le Congo, le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi des voisins haineux et jaloux des richesses Congolaises, c’est ce qu’a déclaré le secrétaire général de ce parti dans une interview accordée à la presse locale.
« Au regard de l’endurcissement des massacres qui perdurent à Béni et Butembo, aujourd’hui considérés comme axe de la mort, l’ANADEC invite les autorités compétentes à n’aménager aucun effort pour que la sécurité puisse être recouvrer dans cette partie de la République.
l’ANADEC se joint aux mouvements citoyens et forces Vives de l’est de la République, qui ont exigé le départ de la monusco mais aussi une ville morte de 10 jours, il invite par ailleurs tous les partis et regroupements politiques ainsi que tous les congolais en général à se concentrer sur cette question de l’insécurité à l’Est du pays, parce-que l’intégrité territoriale est menacée. » A-t-il déclaré.

Concernant la présence des casques bleus de la Monusco, Docteur Ivan ILUNGA NGINDU Nkoy n’a pas manqué des mots :

« On sabote à gauche, les mamans sont éventrées et violées à droite, les enfants sont tués chaque matin, nous devons être solidaires à ce peuple de l’Est meurtri abandonné à son Propre triste et macabre sort.
l’ANADEC sentinelle de la République annonce à l’opinion tant nationale qu’internationale qu’il reprend désormais le port de Beret bleu en guise de son combat et de sa lutte au regard de l’échec constaté par la Monusco. » A-t-il ajouté.

Rappelons que le vice-premier Ministre, ministre de l’intérieur, avait interdit dans un communiqué signé par son directeur de cabinet il ya une année passée, tout port de Beret en RDC par les partis politiques, signe d’entretien des milices.

Oscar Lukusa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.