RDC :Les députés nationaux et ministres qui ont opté pour la réélection de Félix Tshisekedi en 2023 (Sondage Echos d’Opinion)

Les membres du gouvernement devant l’Assemblée nationale

Au lendemain de la mise en place de la plateforme de l’Union sacrée de la nation, députés et ministres qui ont choisi de se ranger derrière le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, avaient pris l’engagement de tout mettre en œuvre pour l’accompagner dans la matérialisation de sa vision principalement axée sur le progrès du pays et le bien-être du peuple congolais. Ces élus du peuple ainsi que les ministres du gouvernement de la République, travaillent et regardent donc dans la même direction que le chef de l’Etat.

Ainsi, que ce soit à l’Assemblée nationale ou au gouvernement de la République, tout est fait pour qu’au terme de son premier mandat, le président de la République puisse présenter au peuple congolais, un bilan digne de ce nom, grâce à des réalisations qui concernent tous les secteurs de la nation. Et au moment où ce mandat s’achemine lentement mais sûrement vers sa fin, ces députés nationaux et ministres patriotes paraissent se fixer un autre défi de taille à relever, celui de faire réélire Félix Tshisekedi en 2023. Pour y arriver, ils estiment que chacun, dans son domaine d’action, se doit de travailler avec efficacité.

Pour mieux faire connaître ces députés nationaux et ministres qui se sont fixés cette mission capitale, l’Institut Sondage d’Opinion, a dépêché ses agents sur terrain pour interroger les Congolais de tous âges, tous sexes, toutes professions et religions confondues.

Durée: du 19 octobre au 30 novembre 2021.

Technique: Question posée directement aux populations.

Motif: Recueillir les opinions des populations sur le travail accompli pendant cette période par députés nationaux et ministres en faveur de la vision du chef de l’Etat Félix Tshisekedi, et d’assurer sa réélection en 2023.

Ce travail de sondage d’opinion a été effectué d’une manière qualitative et quantitative

Qualitative: Le travail scientifique répond nécessairement aux normes exigées en  la matière. La qualité en est une. Etant classé dans cette catégorie, le sondage d’opinion doit répondre aux mêmes critères que tout autre travail du genre.

Ainsi les variables positives liées au sexe, le niveau d’étude et la stratification par tranche d’âge ont été retenues. Par contre, variables liées aux appartenances politique, ethnique, tribale, linguistique et régionale, n’ont pas été prises en compte. Elles ont été considérées comme contraire au but visé, celui de l’objectivité.

Quantitative: La réalisation d‘un sondage d’opinion dans notre pays rencontre plusieurs obstacles. Sur le terrain, les agents se butent à beaucoup de difficultés telles que le peu d’engouement des gens à se soumettre à l’enquête, l’exigence de se déplacer sans répit, car ceux qui acceptent malgré préfèrent répondre oralement plutôt que sur base d’un questionnaire écrit.

Après le traitement des données récoltées, les noms de Députés nationaux et Ministres qui ont, jusqu’à présent, bien rempli leurs missions, se présentent comme suit :

Ministres du Gouvernement de l’Union sacrée de la nation:

Dr Jean Jacques Mbungani: 

Jean Jacques Mbungani, Ministre de la Santé

Le Ministre de la Santé qui a longtemps représenté le MLC dans le Benelux, donne la preuve d’un ministre qui se consacre réellement à son secteur d’activité, le plus sensible, d’autant qu’il est question de la santé du peuple congolais. Il a le mérite de sensibiliser régulièrement la population sur les risques de la contamination de coronavirus, et d’avoir donné l’exemple en se faisant vacciner lui-même. Il est aussi fortement apprécié pour avoir ramené le calme au sein du personnel de santé, et d’avoir obtenu un financement pour la réhabilitation de l’hôpital Mama Yemo resté longtemps à l’abandon.

Serge Nkonde:

Serge Konde, Ministre du Sport et Loisirs

Ancien Commissaire provincial aux sports du Haut-Katanga de 2016 à 2019, puis Député de Sakania, Serge NKonde maitrise parfaitement les arcanes du secteur sportif. Dès lors, pour lui, sa nomination aux fonctions de ministre national des sports n’est pas le fait du hasard. Il est la suite logique des succès remportés pendant son mandat dans le Haut-Katanga où, avec le TP Mazembe, il avait gagné les coupes d’Afrique.

C’est ainsi que dans son programme d’action, il s’était engagé à obtenir le déblocage de la loi sportive n°11/023 du 24 décembre 2011 qui traine à l’Assemblée nationale, d’organiser des Jeux de la Francophonie à Kinshasa en 2022, de placer l’homme qu’il faut à la tête de la Fédération congolaise de football, de rénover les stades pour permettre à la RDC d’envisager l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations –CAN- ou du CHAN avant la fin du mandat du chef de l’Etat, et de nommer un nouveau comité de gestion au stade des Martyrs de Kinshasa qui est non conforme aux normes internationales. Il pense que si les fédérations mènent une politique sportive ambitieuse afin de professionnaliser les compétitions et d’améliorer les structures, beaucoup de joueurs resteront plus longtemps en Afrique.

L’enthousiasme manifesté par les sportifs congolais montre que le ministre Serge Nkonde travaille effectivement pour faire gagner Félix Tshisekedi en 2023.

Mme Antoinette Kipulu Kabenga: 

Antoinette Kipulu, Ministre de la Formation professionnelle

La ministre en charge de la Formation professionnelle et Métiers se dit constamment déterminée à tirer son secteur de l’oubli et d’en faire le vecteur de la main-d’œuvre qualifiée dont notre pays aura demain besoin pour sa reconstruction. Mme Kipulu est par ailleurs parvenue à clarifier la situation entre son ministère et celui de l’EPST, et à faire respecter le cadre organique, l’harmonisation de la situation salariale de ses agents et cadres, l’acquisition des moyens des transports pour le personnel, etc.

Modero Nsimba Matondo, Ministre de Tourisme

Modero Nsimba, Ministre du Tourisme

Le souci de doper le tourisme en RDC est l’un des atouts majeurs de l’actuel Ministre du Tourisme. Les travaux de modernisation du jardin zoologique de Kinshasa, qu’il vient de lancer dernièrement de manière à le conformer aux standards internationaux, ont encore rehaussé son estime auprès des Congolais. Comme il l’a affirmé, le zoo deviendra non seulement le lieu de détente pour passer du temps en famille mais aussi pour permettre à nos enfants dans le cadre de sortie scolaire d’observer de près les espèces sauvages, exotiques qu’ils voient à la télévision. En d’autres termes, il sera un objet didactique et une carte postale de la faune congolaise. Il servira également à faire penser à la conservation des espèces sauvages dans ce jardin zoologique et même dans les airs protégés du pays.

Mme Eva Bazaïba Masudi:   

Eve Bazaiba, VPM de l’environnement

Eva Bazaïba Masudi. La dame de fer, comme l’appellent les Congolais, s’est attaquée, le plutôt possible ; en sa qualité de vice-Première ministre, et ministre en charge de l’environnement, conservation de la nature et développement durable, à la mafia qui a longtemps gangrené l’exploitation forestière en RDC. Elle s’emploie à  assainir le secteur afin que nos forêts jouent réellement un rôle majeur pour la préservation du climat.  Les résultats obtenus de sa dernière participation active à la COP26 de Glasgow, en Ecosse, lui valent encore l’admiration des Congolais.

En effet,Eve Bazaïba a plaidé pour qu’en échange, le monde ait une totale compréhension des efforts de protection et de préservation des différentes ressources environnementales de la RDC qui doivent être compensés avec réalisme. «Nous lançons ici à Glasgow un message aux dirigeants du monde: celui de prendre leurs responsabilités et mettre en œuvre avec urgence des moyens d’investissement prioritaires en faveur des pays comme la RDC qui détient non seulement une grande partie des forêts humides au monde, mais également des minerais stratégiques qui sont essentiels à la transition énergétique», avait-elle déclaré.

Le déblocage de 500.000.000 dollars par le gouvernement britannique n’est qu’un premier pas vers un financement à la mesure des enjeux. Les populations estiment donc que Eve Bazaiba travaille en faveur du chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

Jean Pierre Lihau: 

JP Lihau, VPM de la Fonction publique

Le vice-Premier ministre, ministre de la Fonction publique, de Modernisation de l’Administration et de l’Innovation du Service public a gagné la confiance d’une grande majorité de la population.

Au Conseil des ministres, il a plaidé en faveur des octogénaires et centenaires qui ne peuvent plus attendre la programmation normale de la mise en retraite. L’on apprécie aussi sa visite de consolation aux victimes et membres des familles du naufrage qui a eu lieu dans la province de la Mongala.

Jean-Pierre Lihau est un homme d’Etat au sens élevé de responsabilité, qui privilégie le dialogue pour régler les problèmes des fonctionnaires. Grâce à cette méthode, il a réussi à mettre fin à la grève des fonctionnaires. Il a largement contribué aux négociations de Mbuela Lodge entre le banc syndical enseignant et le ministère de l’EPST. La démarche consistant à aller tâter la réalité sur terrain dans l’arrière-pays avant de procéder à la modernisation de la Fonction Publique, mettre fin à la disparité des salaires selon que l’on se trouve en milieu urbain ou en campagne, ainsi que le traitement réservé à la carrière des fonctionnaires, lui a attiré le grand estime de la population.

Il faut également retenir à son compte sa volonté implacable d’éradiquer le triste phénomène de fictifs, doublons et autres fraudeurs. L’application de ces mesures va très sensiblement améliorer le sort du fonctionnaire et de sa famille. Les Congolais trouvent dans toutes ces démarches une stricte et judicieuse application du mot d’ordre du chef de l’Etat: « le peuple d’abord».

Nicolas Kazadi, ministre des Finances

Nicolas Kazadi, Ministre des Finances

Natif de Kinshasa, il a été proche de feu Etienne Tshisekedi. Les Congolais voient de bon œil sa nomination en qualité de ministre des Finances. Ils croient en sa personnalité et à la rigueur dont il a fait montre pour colmater les brèches de l’assiette fiscale par laquelle coule la majeure partie des recettes de l’Etat. Les populations sont d’avis que Nicolas Kazadi est déterminé à assurer une gestion transparente, ce qui a convaincu le FMI à conclure avec la RDC un accord de prêt pour 1,5 milliards de dollars. Le ministre des Finances lui-même justifie ce choix comme un effort de transparence et le souci d’accompagnement. Sa volonté de voir le FMI, comme un auditeur pour venir attester des efforts que fournissent les dirigeants congolais pour améliorer la situation macroéconomique et ouvrir la voie à plus d’investissements, à une meilleure répartition des revenus et à un progrès économique et social, est perçue comme fait sans précédent au pays.

Aminata Namasia: vice-Ministre de l’EPST

Aminata Namasia, élue du Bas-uele

Aminata Namasia Bazego, née le 10 mars 1993 à Dingila, est une femme politiquedéputée congolaise. Elle a été nommée le 12 avril 2021 vice-ministre de l’enseignement primaire, secondaire et techniques dans le gouvernement Sama Lukonde. Aminata Namasia est née le 10 mars 1993 à Dingila dans la province du Bas-Uele. Elle a fait ses études primaires au Complexe scolaire Golpas. En 2017, elle obtient un diplôme en économie monétaire de la faculté d’administration des affaires et sciences économiques de l’université protestante au Congo (UPC)

Aminata Namasia est élue députée nationale dans la circonscription de Bambesa, dans la province du Bas-Uele, lors des élections législatives du 30 décembre 2018. Membre du Parti congolais pour le développement (PCD), elle a remporté le seul et unique siège de la circonscription électorale de Bambesa face à seize candidats hommes et quatre concurrents femmes.

En décembre 2020, le président de la RépubliqueFélix Tshisekedi met fin à la coalition Front commun pour le CongoCap pour le changement (en) (FCC-Cach) et crée autour de lui l’Union sacrée.

Le 8 décembre 2020, à la suite de la déchéance du Bureau de l’Assemblée nationale, conformément à son règlement intérieur, le député le plus âgé, accompagné de deux benjamins prennent la direction du Bureau, avec mission d’organiser et installer le bureau définitif. Aminata Namasia, la plus jeune députée en exercice de la chambre basse du parlement au côté de Gael Bussa, est désignée comme questeur du Bureau d’âge de l’Assemblée nationale.

Le 12 avril 2021, elle est nommée vice-ministre nationale de l’Enseignement primaire, secondaire et technique. Aminata Namasia est promotrice d’une fondation qui porte son nom et dont le siège social se situe dans le territoire de Bambesa au Nord-Est de la République démocratique du Congo. Créée en 2016, le champ d’action de la fondation est l’éducation des jeunes filles, la promotion des cantines scolaires, l’autonomisation des femmes et la promotion du sport en milieu rural.

Sénatrice: Carole Agito

Carole Agito, élue du Bas-uele

Carole Agito Amela est incontournable dans le Bas-Uélé. La sénatrice et questeure du Sénat l’a démontré récemment quand elle a mobilisé la population en faveur de la Première dame Denise Nyakeru de passage dans son fief. Ses 61%, elle les doit à bien plus que cet ancrage sociologique. Cette brave dame est connue pour avoir bien fait fonctionner la société nationale d’assurances-SONAS.

Avec sa province d’origine, le Bas-Uélé, c’est surtout l’histoire d’un amour réciproque. Carole Agito lui doit tout. Elle y est née et y a grandi avant de s’y épanouir. Pour lui rendre l’ascenseur, elle s’est engagée depuis des lustres pour le bien-être de la population du Bas-Uélé.

De même ; on lui crédite de plusieurs actions à caractère social menées, notamment la construction du marché moderne «Carole Agito», l’implantation d’une radio communautaire, et récemment, l’installation de l’éclairage public dans les artères de la ville de  Buta.

Députés Nationaux:

Elles sont épouses et dirigeants politiques, des femmes ayant pris l’engagement de contribuer à l’amélioration des conditions sociales de la population, particulièrement des couches vulnérables. Elles sont opératrices économiques, activistes de droits de femmes, et parlementaires. Leurs actions ont, à ce jour, un impact non négligeable sur la vie des Congolais.

Henriette Wamu : Députée Nationale

Henriette Wamu, élue de Kinshasa

la Député nationale Henriette Wamu s’impose dans le domaine parlementaire. Elle est vivement appréciée pour ses actions sociales, son implication dans la réalisation de la vision du Chef de l’Etat et son activité parlementaire. 

En effet, Henriette Wamu brille par ses actions sur le terrain. Élue de la Funa, elle a gagné en popularité dans son fief. L’autorité morale de l’APC est très appréciée chaque fois qu’elle se penche sur le sort des couches vulnérables. On lui attribue notamment

  • la remise des dons aux couches défavorisées de la population;
    – la remise des matériels de protection contre Covid-19 aux habitants de certains quartiers de Kinshasa;
    – la sensibilisation contre Covid-19;
    – l’engagement pour le soutien aux enfants et les personnes vulnérables, lequel a été couronné par sa nomination au Conseil d’Administration chargé de coordonner le secteur sanitaire de l’archidiocèse de Kinshasa par le Cardinal Fridolin Ambongo.

A la tête du Réseau des parlementaires pour la vaccination depuis 4 mois, Henriette Wamu mène un grand plaidoyer pour la vaccination de routine des enfants de notre pays. Du Haut-Katanga au Kongo Central, l’élue de la Funa a convaincu les deux chefs des exécutifs provinciaux à mobiliser les moyens pour soutenir la vaccination de routine.

Auprès du gouvernement central, sa voix a été aussi entendue. 15 millions de dollars seront débloqués pour la vaccination.

A Kinshasa, l’élue de l’Udps excelle par ses actions sociales. Pourtant en cette période de crise sanitaire, elle le fait à ses risques et périls. Elle brave la peur de se faire contaminer au Covid-19 pour venir au secours de la population. Une manière pour elle de répondre à l’appel à la solidarité lancé par Félix Tshisekedi.

Christelle Vuanga: Députée Nationale

Christelle Vuanga a initié la Commission permanente des Droits de l’homme. Elle a fait cette déclaration lors de sa visite à l’hôpital général de référence de Panzi et à la Fondation Panzi, le lundi 23 septembre 2019. « Depuis Kinshasa, j’entends parler des œuvres du Dr Mukwege et de la Fondation. Je suis venue à Panzi pour rencontrer une valeur, les qualités d’un homme capable de mettre sa vie au service de l’intérêt de sa communauté» a-t-elle déclaré.

Christelle Vuanga, élue de Kinshasa

A peine admise à la chambre basse du Parlement congolais, Christelle Vuanga, une jeune parlementaire de la circonscription de la Funa, a initié «La commission permanente des droits de l’Homme», une commission qui n’a jamais existé depuis que l’Assemblée nationale existe en RDC. Selon l’initiatrice de cette loi, ce projet se justifie dans la mesure où en croisant les faits avec tout ce qui se passe actuellement dans notre pays, il faut une volonté politique; il faut qu’il y ait des hommes et des femmes capables de se lever et de dire «non maintenant, ça doit s’arrêter». Cette commission n’a pas pour mission simplement de rétablir le droit. « On ne peut pas rester muet devant les bourreaux de viols. Ceux qui sont auteurs de violences sexuelles vis-à-vis de femmes congolaises doivent payer », martèle Christelle Vuanga.

En endossant cette loi,  la Députée nationale s’engage à porter haut les voix de ces femmes qui ont été violées, mutilées et qui ont été réparées par la suite psychologiquement et physiquement. La visite de Panzi a permis ainsi à cette représentante du peuple de vivre les réalités des femmes victimes de violences sexuelles dans cette partie du pays. L’occasion lui a ainsi été offerte d’encourager toutes ces femmes et ces hommes anonymes qui se mettent au service de victimes afin de leur apporter le sourire.

L’honorable députée  Christelle Vuanga, prend les commandes  de la commission Genre, Enfant et Famille de l’a chambre base du parlement congolais, en remplacement de Cathy Musengi. Elle est Cadre du parti politique Alliance des Mouvement du Kongo (AMK). A la tête de cette nouvelle commission, elle aura notamment pour mission principale de mobiliser les parlementaires dans la défense et la promotion des droits des femmes, des enfants et des familles en République Démocratique du Congo. Il sied de noter que, l’honorable Christell Vunga, est l’unique femme à avoir été élue à la tête d’une commission parlementaire.

Le résultat de ce sondage réalisé sur la période allant du 15 octobre au 30 novembre 2021, met en évidence quelques ministres et députés nationaux qui se font apprécier par leur travail,  de manière à influencer la population en faveur de la réélection de Félix Tshisekedi en 2023.

Sondage Echos d’Opinion

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*