Site icon SPHYNXRDC

RDC: le président Tshisekedi a réitéré son appel à la mobilisation générale

Screenshot_20240401-162700

Lors du dernier conseil des ministres du gouvernement Sama Lukonde 2, le président de la République démocratique du Congo (RDC) et commandant suprême des forces armées du pays, Félix Tshisekedi, a appelé à la mobilisation générale afin de vaincre l’ennemi et mettre fin à la guerre dans l’est du pays. C’est ce qu’a rapporté le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, ministre de la Communication et des Médias.

« Le président de la République a réitéré son appel à la mobilisation générale face à l’agression et aux défis de la paix et de la sécurité de notre pays, gage de notre développement économique. Il revient donc aussi bien au gouvernement […] de redoubler d’efforts à tous les niveaux pour que nous parvenions ensemble à vaincre l’ennemi, et qu’à la guerre succède une paix durable. »

Évoquant le sommet extraordinaire de la troïka de l’organe de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) qui s’est tenu le 23 mars à Lusaka, en Zambie, le porte-parole a souligné que les participants avaient « passer en revue la situation prévalant sur le théâtre des opérations au Nord-Kivu où les troupes de la SAMIRDC [mission de la SADC en RDC] sont engagées en appui aux forces armées de la République démocratique du Congo ».

Situation sécuritaire à l’Est

Le Mouvement du 23 mars (M23) poursuit son offensive dans le Nord-Kivu contribuant ainsi à une escalade dans l’est du pays. Bintou Keita, représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU et chef de la mission pour la stabilisation en RDC (Monusco) des Nations unies, a récemment appelé au retrait de toutes les troupes étrangères présentes sur le sol congolais. Depuis le début de l’année en cours, plus de 200 civils ont été tués dans le Nord-Kivu et l’Ituri suite à des affrontements entre les forces armées congolaises et le M23 ainsi que suite à des conflits interethniques. Le retrait du contingent militaire de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) a permis au M23 de prendre des positions clé près de Sake et Goma, villes d’importance stratégique. Le déploiement de la troupe de la SAMIRDC vient à peine de commencer.

En fin février, la Monusco a annoncé le retrait de ses troupes du pays. Le premier stade supposait la remise de sa base militaire dans le Sud-Kivu, dans l’est du pays. La mission compte actuellement près de 15.000 Casques bleus qui sont déployés dans les trois provinces les plus troublées: le Sud et le Nord-Kivu, ainsi que l’Ituri.

Les relations entre le RDC et le Rwanda se sont envenimées suite à la montée en puissance du M23 dans l’est du pays, Kinshasa accusant Kigali de soutenir les combattants de ce dernier. Formé en 2012 par des déserteurs des forces armées congolaises, le M23 a lancé une offensive dans l’est de la RDC en janvier 2021, avant de s’emparer de plusieurs villes et villages dans le Nord-Kivu. Ils tentent actuellement de s’approcher de la ville de Goma dont la population compte 2 millions d’habitants.

DPN

Quitter la version mobile