SPORT : le football congolais en deuil, Korando s’en est allé

Le ciel congolais s’est assombri, un éclair fulgurant vient de s’éteindre. Jean Mukulu Kasongo, l’inoubliable « Korando », a tiré sa révérence ce vendredi, laissant derrière lui un héritage flamboyant et le souvenir d’une carrière gravée au fer rouge dans le cœur des supporters.

Ailier virevoltant, « Korando » avait fait chavirer les tribunes de Kinshasa sous le maillot vert et or de l’AS Vita Club dans les années 90. Sa vitesse supersonique, son dribble déroutant et sa frappe chirurgicale en avaient fait l’un des attaquants les plus redoutés du continent.

Mais c’est en 1998, lors de la CAN au Burkina Faso, que « Korando » entre dans la légende. Menés 4-1 par les Étalons burkinabés lors du match pour la troisième place, les Simbas, portés par un esprit combatif et le génie de leurs attaquants, réalisent une remontée historique. « Korando », tel un lion indomptable, fait trembler les filets adverses, inscrivant le but du 4-2, véritable étincelle d’une incroyable remontada. La suite appartient à l’histoire : victoire aux tirs au but et médaille de bronze pour des Léopards galvanisés par leur numéro 11.

D’aucuns congolais se souviennent de cette fameuse chanson : « Jean Mukul a pesi Mamale, Mamale a sali centre eeeh, tala mutu ya Fish eeeeh ». Une chanson qui est resté gravé dans les cœurs des milliers de footeux congolais.

Après cette renommée continentale, « Korando » s’envole pour l’Europe, défendant notamment les couleurs de Wolfsburg en Allemagne.

Aujourd’hui, c’est toute une nation qui pleure la disparition de ce footballeur d’exception, dont le talent et la combativité ont marqué à jamais le football congolais.

Adieu l’artiste, adieu le magicien. Ton nom résonnera encore longtemps dans les stades, et ton souvenir continuera d’enflammer les cœurs des passionnés du ballon rond.

Glad NGANGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights