RD Congo : après l’éruption du volcan, incertitudes et galère pour les habitants de Goma

Depuis l’entrée en éruption du volcan Nyiragongo, situé à une quinzaine de kilomètres de la ville congolaise de Goma, le 22 mai, la vie quotidienne est chamboulée entre secousses sismiques, coupures d’électricité, manque d’eau. De nombreux habitants sont déplacés. Nos Observateurs racontent comment la population fait face à une catastrophe inattendue.

Dans la nuit du 22 au 23 mai, la population prise de panique a commencé à fuir vers l’ouest ou vers le Rwanda voisin. Elle n’avait pas été avertie de l’imminence de l’éruption par l’Observatoire volcanologique de Goma comme cela aurait dû être le cas, l’établissement étant fermé faute de financements.    

Si les coulées de lave se sont arrêtées aux communes périphériques de Goma, les habitants sont sur le qui-vive :

« Les secousses sismiques à répétition fragilisent les bâtiments, certains menaçant de s’écrouler. De nombreuses familles ont donc décidé de dormir à la belle étoile. Nous dormons à la belle étoile….peur de secousse et effondrement des bâtiments. ll y a trop de secousse à répétition« . 

Au moins quinze personnes sont décédées suite à l’éruption, selon un bilan provisoire du 25 mai. Deux d’entre elles ont été calcinées par les laves, les autres ayant péri dans le cadre du mouvement de panique qui a secoué la ville : les passagers d’un bus et des détenus ayant tenté de s’échapper de la prison.

Depuis le dimanche 23 mai, la vie des habitants de Goma a été profondément chamboulée : la route nationale reliant la ville au reste de la région a été coupée par les coulées de lave, ce qui rend le ravitaillement très difficile. Mardi 25 mai, des secousses continuaient d’être enregistrées, bien que moins nombreuses. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.