Politique : La RDC, malade de ses dirigeants

Dans un tableau politico-économique marqué par des pratiques contestables, les 28 ministres du gouvernement Sama 2 ont fait le choix discutable de cumuler diverses fonctions, bafouant ainsi l’éthique et l’intégrité attendues de nos représentants politiques.

La liste des cumulards est longue, du premier d’entre les ministre; Sama Lukonde, en passant par 4 de ses 5 vice-premiers ministres dont Peter Kazadi, Jean-Pierre Lihau, Christophe Lutundula, Vital Kamerhe sans oublier les ministres d’État, ministres et vice-ministres.

D’aucuns jonglant entre les postes ministériels, de députés nationaux et provinciaux, notamment le
Vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur et securité Péter Kazadi Kankonde, député national de Mont-Amba, et élu provincial de Lemba, son collègue Patrick Muyaya (ministre de la communication et médias) est député national de la Funa et élu provincial de Bandalungwa, Aimé Boji Sangaré Ministre d’État en charge du Budget, Député National de Bukavu et provincial de Bukavu Ville.

Cette accumulation de pouvoirs n’est pas sans conséquences sur la santé financière de la RDC, déjà fragilisée par des années de mauvaise gestion.

La décision du Président Tshisekedi d’autoriser ces cumuls de fonctions ne fait qu’accentuer les maux d’un pays déjà meurtri par la corruption et l’injustice sociale. Les ministres députés, bénéficiant de rémunérations exorbitantes et d’avantages indus, semblent vivre dans un monde parallèle, déconnectés des réalités de la population congolaise.

Les palpitations stomacales des congolais, en particulier les enseignants et fonctionnaires publics vont atteindre leur paroxysme du fait que, certains ministres élus à la fois à l’Assemblée nationale et aux assemblées provinciales, bénéficieront de trois émoluments (triple salaires), d’autres mêmes sont déjà en lice pour la sénatoriale où ils peuvent avoir jusqu’à 4 émoluments.

Dans un élan de népotisme et de conservation du pouvoir à tout prix, déjà élu national et maintenu comme premier ministre, Sama Lukonde vient de déposer à la CENI, sa candidature pour le poste de sénateur du Haut Katanga, avec comme première suppléante sa sœur biologique.

Cette pratique, critiquée et qualifiée d’abus de pouvoir, met en lumière les dérives d’un système politique gangrené par le népotisme et la cupidité. Les aspirations démocratiques du pays sont ainsi mises à mal par ces manœuvres éhontées visant à perpétuer un pouvoir oligarchique.

À la deuxième Institution du pays, l’Assemblée Nationale, l’on signale une lutte âpre et acharnée entre le camp Mboso et le camp Bahati pour la tête de cet hémicycle.

Que dire du Sénat où, malgré la démission de 6 de 7 membres composant le bureau sortant pour siéger à la chambre basse du parlement, les membres démissionnaires sont revenus pour tenter de manœuvrer et de regagner leurs anciens postes.

Le sénateur Sanguma Mossai, deuxième vice-président du Sénat, qui fait partie de ces 6 élus, avait préféré se faire remplacer par sa femme à la chambre basse du parlement. Après un passage de pouvoir à l’amiable à la tête du Sénat, il fait face désormais à un affrontement avec l’honorable Bahati Lukwebo qui tient mordicus à récupérer son fauteuil.

Il est impératif que la société civile et les citoyens se mobilisent pour dénoncer ces dérives et exiger des mesures concrètes pour assainir la sphère politique congolaise. La transparence, la responsabilité et l’éthique doivent prévaloir pour garantir un avenir meilleur à la RDC, loin des turpitudes de quelques élus avares de pouvoir et d’argent.

Ci-dessous la liste des ministres « warriors » députés (28)

Sama Lukonde, Eve Bazahiba, Peter Kazadi, Antoinette Samba,Tony Mwaba, Nicolas Kazadi, Guy Loando , Aimé Boji, O’Niege Sele, Wivine Moleka, Mohindo Nzangi, Julien Paluku, Vital Kamerhe, Marc Ekila ,Jean Pierre Lihau , Christophe Lutundula, Claudine Ndusi, Désiré Kashmir Eberande, Patrick Muyaya, Didier Budimbu, Adrien Bokele, Pius Muabilu, Samy adubango, Molendo Sakombi, Pascal Betika, Aminata Namansia, Antipas Mbusi et Kilumbu Séraphine.

NGK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *