Pascal Mukuna : « Le recensement d’abord, les élections après »

Dans une récente sortie médiatique sur la chaîne « 10e Rue », l’évêque de l’Assemblée chrétienne de Kinshasa (ACK), Pascal Muku, a parlé des élections générales qui doivent dépendre du recensement administratif de la population, des activités de son église, du social de la population et de l’IGF.

De commencer, Pascal Mukuna regrette de n’avoir pas délivré la carte d’identité depuis le départ du Maréchal Mobutu du pouvoir.

« Kabila n’a pas donné la carte d’identité aux congolais durant ses plus de 20 ans au pouvoir. Un étranger qui arrive en RDC se comporte comme il veut et Kabila l’a fait parce que lui aussi est venu comme eux, alors que dans tous les pays du monde, les citoyens ont chacun sa carte d’identité. C’est pourquoi, nous devons d’abord faire le recensement pour connaitre combien sommes-nous dans les 26 nouvelles provinces que compose le pays. C’est après cette opération d’identification des congolais de chaque province que l’on peut aller aux élections », a fait savoir Pascal Mukuna.

A propos de son église ACK, le pasteur- politologue Mukuna a précisé que les choses ne marche pas comme avant.
« Après avoir sorti d’une longue période de confinement, on a espéré reprendre le souffle, mais le couvre-feu est venu intervenir. Les activités de l’église sont réduites, nous avons les cultes que le dimanche », a-t-il regretté, avant d’ajouter que l’église Assemblée chrétienne de Kinshasa (ACK) est établie dans toutes les 24 communes de la capitale et elle est représentée dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis d’Amérique, au Canada, en Afrique du Sud et ailleurs.

Mukuna reconnaît que jusque-là, le peuple n’a pas encore trouvé ce qu’il a besoin, dont le « social ».
« Le social n’est pas encore atterri dans l’assiette de la population. Elle souffre encore comme avant et c’est là que le gouvernement doit vite agir pour la faire oublier le régime de Kabila », a reconnu l’évêque Mukuna.

Quant au travail abattu par l’Inspection Générale des Finances (IGF), il n’a pas manqué des éloges.
« L’IGF fait correctement son travail. Grâce à elle que l’on comprend maintenant que les services de l’État sont pillés sous le régime de Kabila. L’IGF doit continuer à traquer tous ces voleurs afin de permettre au trésor public d’accumuler les recettes, bien que ceux qui sont dans la magouille sont contre l’opération initiée par le chef de l’État Félix Tshisekedi », s’est exprimé le chef spirituel de l’ACK, Pascal Mukuna.
Gel Boumbe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.