Musique : proclamation des fils de Djanana comme ambassadeurs, une insulte en mémoire des pionniers de la rumba congolaise

Musique : proclamation des fils de Djanana comme ambassadeurs, une insulte en mémoire des pionniers de la rumba congolaise

1 0
Read Time:3 Minute, 45 Second

La proclamation de deux frères musiciens et fils de l’artiste musicien Djuna Djanana, Gandhi Gims et Dadjou( Dalida – Djanana) comme ambassadeurs de la rumba congolaise par le chef de l’état Félix Tshisekedi le dimanche 30 janvier fait tâche d’huile.

Karmapa, l’un des héritiers de la rumba congolaise

En effet, plusieurs réactions ont été enregistrées depuis l’annonce de cette nouvelle par le service de presse de la présidence. C’est le cas de l’artiste musicien Karmapa qui a accordé une interview exclusive à 7sur7.cd ce lundi 31 janvier et qui pense que Félix Tshisekedi n’a pas de considération pour les musiciens congolais :

« Je ne sais pas ce qui a motivé le président pour décorer nos frères, les ambassadeurs de la Rumba congolaise. D’abord, Dadju n’est pas congolais. C’est ce que le président devrait savoir. Est-ce que vraiment ils jouent de la Rumba ? Il y a des musiciens qui méritent plus et qui sont installés au Congo et le président devrait penser à eux aussi. Mais bon, c’est une décision du chef de l’État, on ne peut pas commenter ! Je dis tout simplement, on a pris acte. On a vu ce que le président a fait (…) Nous demandons aux autorités de nous considérer quand-même, c’est comme-ci il ne fait attention à nous », a déclaré Jean-Jacques Kibinda Pembele.

Dans la foulée, cet artiste natif de la commune de Matete dans la partie Est de la ville de Kinshasa, pense que c’est par manque des structures sérieuses que les musiciens congolais ne triomphent pas à travers le monde.

« Les musiciens congolais souffrent de beaucoup de choses. Il y a déjà ce manque de considération (…) Si aujourd’hui on écoute Gim’s et Dadju c’est peut-être parce qu’ils sont installés en France. Ils se considèrent déjà comme français et les structures qu’ils ont trouvées en France je pense que ça les aide à s’épanouir. Nous, on ne nous aide pas et ils ne nous considérèrent pas », a-t-il conclu.

La duchesse, pure Rumba congolaise par Le Karmapa

Ces propos de Karma love est soutenu par Petit Pierre, l’un des survivants d’Africa Jazz et ancien batteur lors de la soirée de l’indépendance à la table ronde de Bruxelles qui s’est confié à la rédaction de sphynxrdc.com, avait insisté sur le fait que la rumba congolaise était essentiellement basée sur la percussion avec une danse exécutée à partir du nombril où les prestataires s’y jettent à coeur joie sans beaucoup d’efforts et sans transpirer. Pour lui, Franco et son Tout puissant Ok Jazz fut le pionnier de la rumba congolaise avec la danse  » Odemba ». Kalle Djeff et son Africa Jazz ainsi que d’autres groupes vont emboîter le pas au grand maître quelques temps après.

Parafifi, une reprise de Sam Mangwana

Comme on peut suivre cette chanson, il n’y a rien à comparer avec le genre de musique produite par les deux frères.

les deux frères Djanana dans leur style Urbain music

Une autre réaction et pas la moindre est celle d’un opérateur culturel congolais vivant en Australie,Kwanza Cruz , se dit très surpris par cette nouvelle. Il se demande si le Chef de l’état Félix Tshisekedi connait la dure épreuve que la corporation des artistes et scientifiques ont traversé durant des années pour arracher l’inscription de la rumba congolaise dans le patrimoine de l’UNESCO :

 » Je pense que le chef de l’état a posé ce geste par sentiment et sous l’effet de l’émotion d’être honoré par la visite de ces deux jeunes stars. Il devrait prendre du temps pour une telle décision au lieu de se précipiter de cette manière. C’est une insulte en la mémoire des pionniers de la rumba congolaise. Je me demande même si l’actuel ministre de la culture et des Arts connait quelque chose sur l’inscription de la rumba congolaise dans le patrimoine de l’UNESCO, je ne pense pas. »

zunguluke, de la rumba congolaise à revisiter d’Impopo Lowayi

Il faut rappeler que les deux frères musiciens sont venus présenter un projet dans la production musicale qui pourra démarrer d’ici peu. Certains mélomanes de la rumba congolaise se demandent pourquoi ne pas donner ce titre d’ambassadeur à leur géniteur qui est encore vivant et qui a beaucoup apporté dans la musique congolaise dans plusieurs orchestres dont Viva la Musica de Papa Wemba, Langa Langa Stars des 7 patrons où il a pu composé et interprété des chansons comme « Dalida » d’où le nom du Benjamin de cette famille :Dadjou: « Dalida et Djanana ».

Dalida Djanana

Don Petit N’Kiar

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Actu Actualité Culture Diplomatie Musique politique societé Societe kinshasa