Musique: L’orchestre « Bana Odemba » tient les Kinois en haleine!

Le rendez – vous des férus des anciens succès de la musique congolaise a désormais une adresse chez « Mwana Kin », sur avenue Oshwe dans la commune de Kalamu, où les dissidents de l’orchestre Bana Ok du feu Ndomanweno Lutumba Simaro , dit « le poète « , Bana Odemba, tient en haleine les amoureux des anciens succès de la musique congolaise. Les vieilles chansons sont interprétées d’une manière méticuleuse par des musiciens de talent comme Épine Nzuzi, chef d’orchestre,Pacha Mwanda, Japan, le petit Madilu à l’attaque chant; Sarah solo, une dame à la guitare solo et qui imite magistralement le grand guitariste de la musique congolaise de tous les temps et ancien patron du T.P Ok Jazz, Franco Luambo Makiadi, petit Simaro, un jeune soliste avec une pincée de guitare assez particulière , et autres. Un vrai puzzle, de quoi vous couper le souffle chaque dimanche.

Sarah solo, un artiste tout fait

Quand les melomanes arrivent chez Mwana Kin le dimanche aux environs de 15 heures, c’est généralement pour voir une dame qui peut interpréter les chansons d’Abeti Masikini, Pongo Love et, en même temps , prendre la guitare qu’elle gratte sans rater les accords. Sarah solo est une ancienne étudiante de l’institut national des arts, Ina, découverte par le poète Simaro Masiya qui l’a gardé à ses côtés jusqu’à ses derniers jours. Cette virtuose a gagné l’admiration du grand public, non seulement comme une dame, mais surtout par sa prestation sur scène jusqu’à couper le souffle aux amoureux des hanches  » élastique  » comme les Kinois aiment bien dénommer les dames aux hanches souples en pleine période de confinement.

Sarah solo en pleine démonstration

Les  » Ngembo » de retour

Une vieille pratique des personnes qui n’ont pas droit au chapitre, faute de moyens de consommation, a repris surface chez Mwanda Kin depuis que l’orchestre Bana Odemba s’est pointé pour amuser les Kinois. En effet, on peut observer à travers les barres de fer qui encerclent cet endroit, un groupe de garnements prêts à envahir le lieu, une fois que l’accès et droit de consommation leur étaient accordés. Tel n’est pas le cas, car les  » grands Bwana » réservent déjà leur place.

Les  » Ngembo  » chez Mwana Kin« 

Quand on veut se la couler douce, Bana Odemba accompagnerait bien la matinée dominicale avec un répertoire bien garni avec des grands tubes comme « Éminence, « Nzela ya Bandundu », « Ebale ya zaire », « Faute ya commerçant », « Magali »et autres chansons.

Jacques Kalokola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.