Matata Ponyo éventre le boa : les conclusions de l’audit de l’IGF ont des relents politiques

De gros soupçons qui continuent de peser sur l’ancien Premier ministre, Matata Ponyo, dans l’affaire Bukanga-Lonzo; ont été portés sur la place publique vendredi 22 février 2021. Comme il faillait s’y attendre, « l’homme à la cravate rouge » n’est pas allé par quatre chemins pour étaler toutes les élucubrations fomentées à son encontre.

Prenant l’opinion à témoins, Matata Ponyo a balayé d’un revers de la main toutes les allégations, estimant que c’est sa tête qui est recherchée. “Pendant que j’étais premier ministre, plusieurs membres du PPRD mon parti, et plusieurs membres du FCC cherchaient à m’éjecter…et l’un des éléments sur ça, c’était cette affaire de Bukanga Lonzo” , a clamé l’ancien chef de l’Exécutif congolais.

Au cours de sa conférence de presse qu’il a consacrée exclusivement sur l’enquête de l’inspection générale des finances (IGF), Matata Ponyo a étalé les insuffisances de l’IGF avant de confirmer la non existence d’études proprement dites sur le parc agro industriel de Bukanga-Lonzo.

Selon l’ex-Premier ministre, la confirmation de l’IGF est dénuée de tous fondements dans la mesure où l’Inspection ne lui a jamais transmis la partie du rapport le concernant. Par voie de conséquences, les conclusions de l’audit de l’IGF ont effectivement de relents politiques…et ce, avec plusieurs insuffisances techniques et professionnelles.

Connus pour sa rigueur et son sens de responsabilité dans la gestion des finances publiques, l’ancien premier ministre de Joseph Kabila pendant 4 ans a décelé deux insuffisances de taille de l’IGF: “à propos de la passation des marchés publics et le principe de gré-à-gré était justifiable pour plusieurs raisons”.

Raymond Okeseleke

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.