LETTRE OUVERTE DE M. BONDOKO W. DONPEPE, EXPERT EN ANALYSE DES SITUATIONS ET ÉTUDE DES STRATÉGIES, AU CHEF DE L’ETAT

LA RDC EN PATURE, LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, M. FELIX ANTOINE TSHISEKEDI TSHILOMBO INTERPELLE.

Sous le régime du Feu le Marechal MOBUTU SESE SEKO, Président de la République du Zaïre, un groupe des Libanais véreux, parmi lesquels le tristement célèbre KHANAFER, s’étaient organisés au vu et su de tout le monde pour fabriquer la monnaie nationale d’alors, le Zaïre-monnaie. Et cela en complicité avec certaines autorités politico-militaires du pays.
Grace à la vigilance des services et à la lucidité des décideurs d’alors, la République Démocratique du Congo avait fini par mettre un terme à cette scandaleuse affaire en expulsant du territoire congolais, ce groupe des Libanais véreux qui durant plusieurs années ont commis des actes dont les conséquences ont contribué énormément au débâcle de l’économie du pays.
Au jour d’aujourd’hui, d’autres familles Libanaises, très en vue, ont repris le flambeau de la maffia en République Démocratique du Congo sous le nez et la barbe des plus hautes autorités du pays sans que cela n’émeuve qui que ce soit.
Au regard de la situation économique délétère et du malaise observé par certains à travers le pays consécutivement aux pratiques inacceptables et inappropriés sous d’autres cieux, mais perpétrés par certains sujets expatriés d’origine Indo-pakistanaise et Libanaise en République Démocratique du Congo, le Président de la République, M. Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, est appelé par ses compatriotes congolais à se pencher effectivement sur cet épineux problème de gestion des expatriés résidant et opérant sur le territoire congolais.
Car certains d’entre eux se sont introduits dans les cercles les plus élevés du pouvoir en République Démocratique du Congo par le biais de certains proches des plus hautes autorités en utilisant des pratiques peu orthodoxes, particulièrement la corruption en distribuant allègrement des cadeaux, des prébendes, ainsi que des généreux pourboires et autres.
Pour votre gouverne, les sujets expatriés tels que les Libanais, les Indo-pakistanais ainsi que les autres ressortissants des pays africains et occidentaux en séjour prolongé dans notre pays sont à la base d’un certain nombre des problèmes pour lesquels, si l’on y tient garde, nous n’aurons que nos yeux pour pleurer notre indépendance chèrement acquise au prix de plusieurs sacrifices.
Des Libanais et Indo-pakistanais véreux tiennent des commerces pratiquement sur toute l’étendue de la République, ils ont mis en place un système de corruption à grande échelle pour faire échapper au contrôle de leur marchandise en provenance de l’étranger. Leur système de corruption fait que le contrôle sur la qualité du produit qu’ils exportent et qu’ils commercent dans leur magasins et supermarchés, échappent aussi à la vigilance de l’Office Congolais de Contrôle, car parfois périmés.
Des grands corrupteurs, pour leur sale besogne, ils ont réussi à prendre le système judiciaire congolais en otage. Il manipulé à leur guise les juges, influencent les jugements et empêchent même la mise en exécution des décisions de justice surtout en matière de spoliation et autres abus dans le domaine de l’immobilier.
Outre les faits énumérer précédemment, certains Indo-pakistanais demeurent un fléau pour la République Démocratique du Congo. Tenez ! Des charters entiers en provenance de leur pays d’origine sont organisés chaque jour à bord des avions de Ethiopians Airlines.
A Kinshasa comme ailleurs à travers le pays, ces expatriés dont la plupart travaillent en RDC en toute irrégularité, car ne disposant nullement des permis réguliers de travail, ni visas en bonne et due forme abusent de la bonne foi des Congolais.
Le cas le plus probant est celui de cette agence reliée à un hôpital de la place appartenant à un sujet d’origine indo-pakistanais, qui organise régulièrement des charters des médecins venant du Pakistan et de l’Inde qui œuvrent dans différents Centres Hospitalier de cette institution au mépris des lois du pays. Ils ne sont, pour la plupart, pas répertoriés au niveau de l’Ordre National des Médecins en République Démocratique du Congo.
Le plus ahurissant, c’est le fait que ces expatriés se sont tous arrangés pour ne pas procéder au transfert de technologie vers les congolais qu’ils emploient dans leur différente société. Leurs faisant très souvent subir aussi des traitements humiliants et dégradants.
Le non-respect de la loi relative à la sous-traitance par ces-derniers, malgré la volonté exprimée par la plus haute autorité congolaise de voir le vécu quotidien des congolais s’améliorer.
Ils continuent à assurer des salaires dérisoires à leurs employés de nationalité congolaise en République Démocratique du Congo. Ces employés n’obtiennent non plus, les autres avantages sociaux prévus dans la loi y relative. Ceux du secteur minier est aussi montré du doigt pour ces-mêmes questions.
Ils ont même réussi à organiser des réseaux de prostitution des jeunes filles Congolaises, ainsi que des réseaux qui ont pour objectifs, la spoliation du patrimoine immobilier de l’Etat congolais.
Certains parmi eux ont même réussi à faire élire leurs amis ou proches dans les Assemblées nationales et provinciales. Le cas le plus patent, c’est l’élection d’un député provincial bien connu du grand public à travers la ville de Kinshasa au bureau de leur Assemblée provinciale. Ce Député provincial a bénéficié tout le long de sa campagne électorale de l’accompagnement matériel et financier d’un Directeur Général d’origine Libanaise connu notamment pour ses frasques dans les boites de nuit de la haute ville, ainsi que pour son implication dans plusieurs affaires de spoliation des biens de l’Etat et des citoyens congolais dans le secteur de l’immobilier en République Démocratique du Congo.
Ce même sujet Libanais est régulièrement vu dans toutes les manifestations officielles. Il dit à qui veut l’entendre, qu’il se fait inviter à toutes ces manifestations officielles, y compris celles privées de la famille présidentielle, à coup des billets de banque qu’il distribue à satiété à des fonctionnaires véreux.
Des questions fusent de partout pour savoir, si le Chef de l’Etat est suffisamment informé sur les pratiques perpétrés par cette catégorie des sujets expatriés véreux d’origine étrangères dont les actes, si l’on n’y prend garde, risquent de nous faire perdre, l’indépendance chèrement acquise par les Congolais après plusieurs années de colonisation par la Belgique.
Des questions pertinentes, du genre, Porte-t-il suffisamment attention soutenue aux différents rapports lui transmis à ce sujet-là ? Fait-il un suivi adapté par rapport à l’évolution du traitement de ces dossiers par ses collaborateurs conformément à ses instructions ? Suit-il avec considération les observations et propositions formulés par ses collaborateurs sur la manière de gérer ces dossiers impliquant ces sujets expatriés véreux ? Prend-il les mesures et décisions qui s’imposent pour remédier à ce problème tant décrié par tout le monde ?
Seul l’avenir nous le dira !
Nous pensons, qu’il est grand temps que celui qui a le premier en charge les questions de sécurisation, nous avons cité, le Président de la République, Chef de l’Etat, M. Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO pour qu’il prenne le problème de la résolution de ces questions de sécurité nationale à bras-le-corps pour qu’il continue à garantir au peuple congolais, le bien-être.
Le Peuple d’abord !!!

Pierre Louis BONDOKO W. DONPEPE
Editeur-Journaliste,
Expert en Analyse des situations
et Etude des stratégies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.