Les recettes descomptes spéciaux seront élevées à 1.249,8 milliards de CDF en 2022 contre 702,6 milliards de CDF en 2021

Dans sa quête de renflouer les caisses du trésor public, le gouvernement de la République a, à travers son projet de Loi des Finances pour l’exercice 2022 déposé à l’Assemblée nationale, ambitionné d’élever le niveau de collecte des recettes des comptes spéciaux, à 1.249,8 milliards de CDF au cours de l’exercice 2022.

Ces recettes devraient connaître un taux d’accroissement de 77,9% par rapport à leur niveau fixé à 792,6 milliards de CDF dans la Loi des Finances 2021.

Il faut noter que, les recettes des comptes spéciaux se rapportent aux opérations des comptes d’affectation spéciale répertoriés à ce jour, notamment le FONER (Fonds national d’entretien routier) ; le FPI (Fonds de promotion de l’industrie) ; le FPC (Fonds de promotion culturel) ; le FPEN (Fonds de promotion de l’éducation) ; le Fonds de contrepartie ; l’OPEC (Office des petites et moyennes entreprises du Congo) ; le FFN (Fonds forestier national) ; le CAMI (Cadastre Minier) ; le FPT (Fonds de promotion du tourisme) ; le FOMIN ( Fonds Minier pour les générations futures) ainsi que la Régies des voies aériennes (RVA) à travers la taxe Go-Pass.

A noter que pour le premier semestre 2021, soit à la fin du mois de juin dernier, les recettes des comptes spéciaux se sont chiffrées à 421,4 milliards de francs congolais, contre des prévisions linéaires de 351,3 milliards de francs congolais.

Quid de l’amélioration des conditions sociales

Au-delà de toutes les augmentations réalisées ça et là, les conditions sociales des populations ainsi que des agents et fonctionnaires de l’État, ne s’améliorent toujours pas. Au contraire, l’État s’emploie tous les jours, à gonfler les effectifs des agents, au lieu de payer un salaire décent à ceux qui prêtent depuis plusieurs années, et trouver des moyens conséquents de les envoyer à la retraite, au lieu de tendre quotidiennement la main vers les partenaires extérieurs.

Créer des emplois pour absorber le chômage, est une bonne chose, mais donner des meilleures conditions de vie aux employés, est une très bonne chose, voire une meilleure façon pour le gouvernement, d’améliorer les conditions sociales de ses travailleurs. Ce qui n’est malheureusement pas le cas en RDC, où la mobilisation des ressources financières publiques ne rime qu’avec l’augmentation des enveloppes des institutions officielles ( Présidence de la République, Sénat, Assemblée nationale, gouvernement )

Aaron Kikadi

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*