Les Bolloré réunis pour les 200 ans de l’entreprise familiale

Les Bolloré réunis pour les 200 ans de l’entreprise familiale

0 0
Read Time:2 Minute, 38 Second

Les Bolloré étaient réunis dans leur fief à Ergué-Gabéric, jeudi 17 février, pour fêter les 200 ans de l’entreprise familiale.

Passation de pouvoir en mode traditionnel, jeudi 17 février, à la chapelle de Kerdevot, à Ergué-Gabéric. Vincent Bolloré et ses deux fils Yannick et Cyrille en costume glazik ont été accueillis au son de la cornemuse et de la bombarde avant une cérémonie religieuse. La tradition familiale était respectée, ce qui a été l’occasion pour Cyrille Bolloré, le successeur de Vincent Bolloré à la tête du groupe de rappeler son attachement personnel au berceau familial d’Ergué-Gabéric où la dynastie s’est ancrée en 1822.À lire sur le sujetUn fauteuil pour deux

Vieux amis

Ce jeudi, l’ambiance était décontractée devant la chapelle. Vincent Bolloré, arrivé tout sourire, a salué le petit groupe arrivé en avance, vers 10 h 30, dont les sonneurs du bagad d’Ergué-Gabéric, chargés de donner l’aubade. Il fallait patienter en attendant l’arrivée des invités parisiens. Deux wagons du TGV pour Quimper avaient été réservés pour l’occasion.

La cérémonie se voulait intime. Vincent Bolloré a salué des amis de plusieurs décennies. Bernard Poignant, l’ex-député maire de Quimper, Roger Le Goff, le maire de Fouesnant, Hervé Herry, le maire d’Ergué-Gabéric, quelques anciens ouvriers, des relations d’affaires parisiennes… Il y avait aussi trois sœurs augustines de Malestroit (56), rappelant que le grand-père, René Bolloré, avait financé, en 1927, la clinique attachée au monastère.

Une fois les invités rentrés dans la chapelle, la famille Bolloré s’est mise en ordre de marche sur le tapis bleu (glazik), pour fermer solennellement le cortège. C’est Cyrille, 36 ans, le dauphin, qui portait la croix, entouré par son frère Yannick (42 ans) et sa sœur Marie (33 ans). Vincent Bolloré fermait la marche. Son fils aîné, Sébastien, était absent. Il demeure en Australie, mais ne s’était pas fait oublier, son épouse ayant donné naissance à un enfant le jour même. « Nous attendons la photo pour l’ajouter sur l’arbre généalogique », commentait un proche.

Une douzaine de manifestants

À la sortie un comité d’accueil resté à l’écart jusqu’au dernier moment s’est manifesté avec chants et banderoles. « Merci pour l’Afrique. Merci patron. Merci pour Zemmour », ou encore « L’argent est une drogue dure » : les slogans étaient criés au nez des participants à la cérémonie, ce qui n’a pas empêché Cyrille Bolloré de saluer, dos tourné à la petite troupe, les invités.

« J’ai un attachement très fort à Ergué-Gabéric, a-t-il dit avant de partir. Je suis très optimiste pour la société, où nous investissons 70 M€ par an. Nous voulons toujours développer les batteries électriques pour les bus. Et nous travaillons sur le recyclage et l’indépendance énergétique. »

Le discours de passation de pouvoir de Vincent Bolloré a ensuite eu lieu à Lestonan. La fête parisienne, qui pourrait accueillir un millier d’invités, est prévue le 7 juillet au Chalet des Iles à Paris.

Le Télégramme

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
A la une Actualité Economie Emploi Finances Infrastructures société