Le mois de la femme a vécu

Le mois de mars est dédié à la femme. La célébration de cet événement commence le 8 mars de chaque année.
En République démocratique du Congo cette date a été respectée. C’est ce qui explique l’organisation des manifestations féminines à travers le pays.
Pour l’année 2021, le thème général choisi pour cet événement était « Leadership féminin d’excellence: société égalitaire et numérique à l’ère de la Covid-19 ». C’est tout au tour de ce thème général que les réflexions ont tourné.
Dans leurs exposés, elles ont fait savoir que cette date est une opportunité leur offerte pour évaluer les actions menées sur le terrain. Ce qui leur permettra de rectifier le tir pour un lendemain meilleur. Avant de noter que la commémoration du mois de la femme est aussi une occasion d’apporter un plus à ce qui doit être fait par les femmes dans la société.
Au regard de leurs plaidoiries, elles réclament qu’elles soient prises en compte dans la répartition des postes de responsabilité.
A ce sujet, un effort remarquable est observé au niveau du Parlement. Pour preuve, trois femmes ont été élues au bureau définitif du Sénat. Tandis que deux autres trônent au perchoir de l’Assemblée nationale. Du côté du gouvernement Lukonde, on ose croire que les femmes seront représentées. C’est leur souhait le plus ardent.
Tout au long du mois de mars, des nombreuses structures féminines étaient au rendez-vous. A l’Inspection générale des finances par exemple, les femmes ont été interpellées. La méritocratie a été présentée comme la clé de réussite. La femme doit se dépasser pour donner le meilleur d’elle-même. C’est par un travail de qualité qu’elle doit être promue. Là où elle travaille, elle doit être leader. C’est-à-dire visionnaire. Elle doit avoir la capacité d’apporter des solutions aux problèmes de son environnement. C’est cette catégorie des femmes que le Congo a besoin pour son décollage.
Mputu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.