Le dossier Chebeya refait surface

Le président de l'ONG la Voix de sans voix a été assassiné en 2010 dans des conditions déplorables. Il en est de même que son chauffeur Bazana. Depuis toujours? la vérité n'a jamais était au rendez-vous. Quelques années plus tard, de nouvelles révélations viennent de tomber. Ce qui pousse les activistes de la Société civile à réagir. Dans une déclaration à la presse, le coordonnateur de la Nouvelle Société civile congolaise, Jonas Tshiombela, est monté au créneau: "Le moment est venu de nous unir pour réclamer la justice pour Floribert Chebeya et son compagnon Fidèle Bazana". Cette interpellation vaut son pesant d'or. Surtout; quand on sait que des zones d'ombres planent encore sur cet assassinat ignoble. C'est aussi une façon de demander à la justice congolaise de poursuivre ses enquêtes sur ce dossier en tenant compte de récentes révélations.

Que s'est il passé réellement après ?

Une version qui viendrait innocenter l’ancien officier de police Paul Mwilambwe qui a toujours clamé son innocence dans cette affaire. "Face aux nouveaux éléments que l’adjudant Hergile Ilunga et le brigadier Alain Kayeye viennent d’apporter, cela confirme mes révélations et mes témoignages et cela prouve mon innocence. Je confirme que les deux policiers que je viens de citer font partie de ladite section de la police qui a exécuté les deux défenseurs des droits de l’homme", confie Paul Mwilambwe.


Peu de temps après cet assassinat, les officiers de police qui avaient assisté à ce crime avaient été envoyés au Katanga. 


Révélations et avancées du dossier ?

Les nouveaux éléments qu’ils ont relatés permettent de mieux comprendre le rôle qu'aurait joué le commando de la police chargé de commettre ce double assassinat, comme le précise Paul Nsapu, président de la Ligue des électeurs et secrétaire général adjoint de la Fédération internationale des droits de l’homme.

"Par rapport aux révélations de Paul Mwilambwe, dans les déclarations du policier Ilunga Hergile, ce dernier précise leur responsabilité et le rôle joué par chacun d’eux en tant que membre du commando qui a exécuté les deux défenseurs des droits de l’homme au siège de la police à Kinshasa. Il va même jusqu’à citer les noms des commanditaires de qui dépendait le commando et de qui ils recevaient hiérarchiquement les ordres", insiste Mr. Nsapu.

Audio révélateur
Hergile Ilunga :
 "C’est dans le véhicule que je conduisais qu’on a tué Fidèle Bazana"
Qu’ils aient été présents sur les lieux de ce double assassinat en tant qu’exécutants ou simples observateurs, pour Adu Cole, le président de la fondation Clinton pour la paix, tous ceux qui sont cités dans cette affaire doivent être livrés entre les mains de la justice:
 "Pour nous, toutes les personnes impliquées, qu’ils soient exécutants ou complices, doivent être arrêtés. Nous demandons que toutes les personnes citées dans cette affaire de double assassinat soient traduites devant la justice."

Une justice congolaise qui est la seule aujourd’hui capable de condamner les commanditaires de ces crimes, comme le souhaitent les familles Bazana et Chebeya.
A. Mputu






   





Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.