Urgent: ça brûle à la Rva où l’intersyndicale exige le départ de Pambu Pambu

Le PCA Liyota Ndjoli tape du poing sur la table !

C’est depuis ce lundi matin que les agents de la Rva exigent le départ du Dg intérimaire qui a brillé par une incompétence notoire dans la gestion de cette grande entreprise en procédant seul à une nouvelle mise en place sans consulter le conseil d’administration comme l’explique si bien cet article du très serieux journal Le Journal qui revient surla tension qui y règne.

Situation tendue à la Rva

Habitué à gérer la RVA comme une boutique du coin de la rue, le DG ai Pambu Pambu vient une fois de plus de narguer les esprits lucides en violant intentionnellement les décisions prises par le Conseil d’Administration de l’entreprise au cours de la réunion tenue le 27 novembre 2020 en rapport avec son intérim à laquelle il a été présent, ainsi que l’instruction du Ministre du Portefeuille du 23 décembre de la même année relative à la procédure à suivre pour opérer tout mouvement du personnel au sein des entreprises publiques transformées en Sociétés commerciales. Et ce, jusqu’à nouvel ordre.

Tout sauf Pambu Pambu


Enfreignant cette interdiction de la hiérarchie, le DG ai de la RVA a, en date du 21 Mai 2021, procédé à la mise en place quasi générale du personnel au sein de l’entreprise. L’intéressé s’est, pour maquillé sa manoeuvre, appuyé sur sa décision N°RVA/DG169/2021 du 21 Mai 2021 portant désignation de quelques cadres de la RVA.
Cette action qui nargue toutes les règles établies n’a pas été faite pour plaire au Conseil d’Administration de la RVA dont le président Bienvenu Liyota vient d’adresser en date du 25 Mai 2021, une correspondance à Monsieur Pambu Pambu, DG ai de l’entreprise. Cette missive dont notre rédaction a pris connaissance se fait le devoir de rappeler au concerné que lors de la réunion à laquelle il fait allusion dans sa décision survisée, le Conseil d’Administration avait décidé à l’unanimité, par vote à main levée, de le désigner pour assumer l’intérim du Directeur Général de la RVA SA empêché en limitant expréssement cet intérim par les mesures suivantes: -Interdiction de procéder au mouvement du personnel, sauf pour faute lourde ou en cas de force majeure, auquel cas il faut réquerir une dérogation expresse du Conseil d’Administration; -Limitation de la hauteur des engagements financiers à 250.000 USD. Au délà de ce montant, et en toute nécessité, obligation de s’en référer au Conseil d’Administration; -Obligation d’instaurer un contre seing (deuxième signature) à apposer par le Directeur Financier sur tous les documents financiers; -Obligation de rendre régulièrement compte au Conseil d’Administration et avoir une concertation permanente avec celui-ci à travers son Président;-Obligation de gérer l’entreprise et le personnel en bon père de famille.
Et la lettre de rappeler au DG ai de la RVA que l’article 29 des Statuts harmonisés de l’entreprise donne pouvoir au Conseil d’Administration de déterminer l’étendue des pouvoirs délégués au Directeur Général Adjoint en cas d’intérim sur pied de l’article 491 de l’Acte uniforme relatif aux sociétés commerciales et au Groupement d’intérêt économique qui stipule qu’en cas d’empêchement temporaire ou définitif du Directeur Général, le Conseil d’Administration pourvoit à son remplacement immédiat en nommant un nouveau Directeur Général. “En l’espace, la décision du Conseil d’Administration est conforme et aux statuts harmonisés, et au Droit OHADA”, ajoute la correspondance qui ajoute qu’il sied aussi de noter que les diverses considérations auxquelles le DG ai se réfère en lien avec les mesures conservatoires antérieurement édictées par le Directeur du cabinet du Chef de l’Etat ne lui confèrent aucun pouvoir d’opérer un mouvement aussi important du personnel de commandement sans l’aval préalable du Conseil d’Administration.
“Par ailleurs, par sa correspondance N°1751/MINPF/JRD/CK/2021 du 23 Décembre 2020, le Ministre du Portefeuille a instruit toutes les Entreprises du Portefeuille de respecter la procédure portant sur le recrutement ou le mouvement du personnel en leur sein, lesquels devraient d’abord être examinés par les organes statutaires sur base d’un tableau prévisionnel indiquant les besoins de l’entreprise, les qualifications et les postes à pourvoir tout en déterminant la période qui peut s’étendre sur une ou plusieurs années”, écrit le PCA qui ajoute: “Il me revient également que vous avez passé outre cette instruction ayant pour visée, pourtant, de préserver le climat social dans toutes les Entreprises du Portefeuille de l’Etat dont la RVA SA”.
Pour conclure sa correspondance, le PCA demande au DG ai de surseoir immédiatement à sa décision qui n’a pas requis la dérogation expresse du Conseil d’Administration. Faute de quoi, le Conseil d’Administration se verrait obligé de rétracter sa décision concernant la désignation du DG ai Pambu Pambu en cette qualité. Comme quoi, qui vivra verra.
Le Journal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.