Lac Edouard : Une dizaine des pêcheurs congolais torturés par la marine ougandaise

Dans la nuit de lundi à mardi 16 février, au moins douze pêcheurs congolais ont été de nouveau torturés par les marins ougandais. Et comme d’habitude, l’incident a eu lieu dans la zone frontalière Congolo-ougandaise sur le lac Edouard.  

Le secrétaire exécutif de la Fédération des pêcheurs individuels du lac Edouard, Josué Mukura, qui a livré l’information, ajoute que quatre moteurs hors-bords appartenant à ces pêcheurs ont aussi été saisis par la marine ougandaise.  

Il affirme que cet incident qui n’est pas le premier du genre, plonge les pêcheurs congolais du lac Edouard dans la pauvreté criante.
Il demande par ailleurs au gouvernement de trouver une solution définitive à ce problème.

De la saisie hors du commun

Mbusa Mukanda Aimé, l’un des notables de Rutshuru, estime aussi que ces incidents appauvrissent de plus en plus les pêcheurs congolais qui subissent tortures et saisis de leurs outils de travail.

« Depuis 2015 à 2021, les matériels que nos compatriotes ont perdu est une énorme fortune. Plus de 136 pirogues, 106 moteurs hors-bord et plus de 6.800 filets des pêcheurs congolais sont détenus en Ouganda. La marine ougandaise traverse parfois les limites pour tracasser les pêcheurs congolais. Aussi, plus de 5.000 litres de carburant ont été saisis, équivalant au moins à 10 millions de francs congolais », demontre-t-il en ajoutant : « Nous demandons qu’il y ait au moins une diplomatie de deux côtés, Ouganda-Congo, afin de mettre fin à cette aventure ougandaise ! »

La Fédération des. pêcheurs individuels du lac Edouard (FECOPEILE) ne cesse de plaider pour une action urgente de deux gouvernements, congolais et ougandais, afin de baliser les frontières lacustres.

Elle rappelle que trop c’est trop car, il y a au moins une trentaine des pêcheurs congolais de Kyavinyonge et de Kisaka qui avaient été arrêtés et torturés par la même marine ougandaise, en l’espace d’une semaine sur le lac Edouard, dans les territoires de Beni et de Lubero.
Six autres pêcheurs congolais de Kisaka, qui avaient été arrêtés un jeudi, ont été sérieusement fouettés et torturés, avant d’être relâchés.

Le secrétaire général de FECOPEILE, Josué Mukura, relève aussi que 21 autres pêcheurs de Kyavinyonge, dans le territoire de Beni avaient subi le même sort, arrêtés, tabassés et saisie des 7 moteurs et 5 pirogues.
Josué Mukura déplore ces cas de tracasseries devenus recurrents et parle de plus de 150 moteurs hors-bord et autres matériels des pêcheurs congolais saisis par la marine ougandaise depuis 2015.
Gel Boumbe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.