Kisangani : un fils Lumumba chef du mouvement rebelle « Nzambe Lumumba »

L’attaque armée de ce vendredi 19 février 2021 à Kisangani a causé trois morts et dix sept miliciens capturés dont deux militaires Fardc et un assaillant. Le Gouverneur de la Tshopo, Wale Lufungula, qui a fait ce bilan après avoir présidé une réunion du conseil provincial de sécurité, a aussi indiqué que trois autres personnes ont été blessés dont deux soldats et un assaillant.
Les forces régulières ont aussi capturé 17 de ces éléments incontrôlés et leurs dépendants parmi lesquels 9 femmes et 10 hommes. Autre grosse prise : Guy Lumumba, fils cadet de Patrice Emery Lumumba.
Hier vendredi, la quiétude de la ville de Kisangani a été troublée par des tirs ayant opposé les forces régulières et un groupe d’hommes armés. Cédé tirs étaient localisés au quartier Musiciens, juste derrière le gouvernorat dans la commune de Makiso. Ces hommes armés ont été identifiés comme de présumés membres de la milice Simba opérant de connivence avec le mouvement mystico-religieux Nzambe Lumumba dirigé par Guy Lumumba.
La neutralisation de ce groupe avait préalablement été organisée au cours d’une réunion de sécurité provinciale restreinte sur base des informations annonçant une attaque imminente de la ville de Kisangani pour libérer un des chefs Simba.

Un coup monté?

D’après certains spécialistes de renseignement, que ces miliciens aient parvenus à s’introduire jusqu’au centre ville serait inexplicable. Pire encore, les assaillants ont tué deux militaires des Fardc et blessé quatre sans que l’un d’eux soit ni tué, ni blessé? Est ce un montage des services des renseignements? La question reste posée.

Deux militaires Fardc tués

JK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.