Justice: Prince Funga soutient le rapport mapping

Le président intérimaire de la Cour Constitutionnelle, Evariste Prince Funga Molima, a échangé le mercredi 20 janvier dans son cabinet de travail avec le consortium de la Société civile , Eglise et Mouvements citoyens sur le rapport Mapping. En effet, cette délégation accompagnée par le Secrétaire général de l’Eglise Protestante du Congo, le Révérend Eric Nsenga, est venue chercher le soutien du numéro un de cette cour, afin que les responsables des crimes odieux commis à l’est du pays jusqu’aujourd’hui soient punis et que les préjudice soient réparés à travers une justice transitionnelle:

« C’est pour faire un plaidoyer pour la mise en œuvre des résolutions du Rapport Mapping . Il y a des résolutions, il faut une juridiction spécialisée au claire qui pourra avoir compétence de connaître ces infractions. Il y a la question de la réparation des dommages subis par les victimes et en même temps, il y a la garantie que nous devons nous donner comme peuple de non répétition de ces graves crimes et il est inacceptable de rester silencieux face à ces crimes que l’on n’a jamais connu dans notre génération. Nous sommes au seuil des civilisations. Nulle part au monde on assiste à ces choses auxquelles nous assistons notamment à l’Est du pays et au moment où nous parlons , on continue à égorger, on continue à tuer parce que le cycle n’est jamais arrêté. Le socle c’est de parvenir à un véritable réconciliation en vue de consolider l’unité nationale, établir les responsabilités, sanctionner les coupables, obtenir des réparations mais aussi des excuses publiques ».

Attention soutenue

Le Président de la Cour Constitutionnelle, Evariste Prince Funga a suivi avec une attention particulière cette délégation et s’est dit très préoccupé par cette situation qui n’a fait que trop durer. Il a ainsi promis un soutien en mettant en place un point focal en vue de faciliter la communication entre son institution et d’autres institutions impliquées dans ce lobbying de grande envergure.

Jacques Kalokola

« 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.