Insurrection militaire au camp Kokolo

Quelques éléments des Fardc du camp colonel Kokolo situé dans la commune de Bandalungwa sont descendus dans la rue ce vendredi 29 janvier pour revendiquer leur salaire. En effet, ils réclament le paiement de plus de trois mois de salaire.  Les témoins au niveau de l’avenue du haut commandement parlent des actes de vandalisme sur les passants et certains taximen ont même été victimes de rançonnage sur le tronçon Lingwala vers Kitambo. Cette situation laisse perplexes certains curieux qui pensent qu’il faut chercher le vrai mobile ailleurs : « Les militaires et policiers sont les premiers à être payés et régulièrement.»

La vraie raison

Selon un officier supérieur des Fardc qui a gardé l’anonymat, il s’agit d’un groupe des déserteurs à l’intérieur qui refusent de rejoindre leur poste d’affectation. Les soldes de ces récalcitrants considérés comme des déserteurs sont envoyés dans leur lieu d’affectation sans qu’ils y soient. C’est ce qui a conduit les autorités de l’armée à stopper ces paies pour vérifier physiquement ceux qui ne se présentent pas : « C’est un groupe des militaires FARDC  composé des blessés de guerre ainsi que des militaires non vus au récent du contrôle des effectifs qui ont manifesté ce 29 janvier vers 9h30 du matin devant l’actuel Etat -Major des Forces terrestres sur l’avenue  du Haut commandement. Ils ont brulé des pneus pour réclamer 3 mois de leurs « Ration convertis en argent, RCA, ainsi que la ration des festivités. La situation est devenue calme ».

Pour d’autres, il y a anguille sous roche en cette période trouble due aux tractations politiques. Cependant, aucun révolté n’aurait été arrêté.

Jacques Kalokola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.