Financement du Grand Inga: le DG Fabrice Lusinde présente les agrégats de la SNEL SA à une délégation de la Banque Mondiale(vidéos)

Le DG de la SNEL donnant des explications à la délégation de la Banque mondiale.

La quête d’une énergie propre, durable et abondante est un enjeu majeur pour de nombreux pays à travers le monde, et la République Démocratique du Congo (RDC) ne fait pas exception. Au cœur de cette quête se trouve le projet Grand Inga, une initiative ambitieuse visant à exploiter le potentiel hydroélectrique du fleuve Congo pour répondre aux besoins énergétiques croissants du pays.

Dans cette optique, le Directeur général de la Société nationale d’électricité (SNEL SA), Fabrice Lusinde wa Lusangi Kabemba, a conduit une délégation de la Banque Mondiale lors d’une visite de prospection au centre hydroélectrique d’Inga ce vendredi 16 février 2024. Cette visite revêt une importance capitale dans le cadre du financement et de la mise en œuvre du projet Grand Inga, offrant ainsi un aperçu des avancées et des défis à venir dans le secteur de l’énergie en RDC.

Cette visite, qui intervient après 35 ans depuis la dernière inspection sous Mobutu, fait suite au financement du projet d’Inga 3 par les bailleurs de fonds. Fabrice Lusinde a présenté avec clarté et enthousiasme ce projet, soulignant son importance pour l’État qui conserve encore le monopole de la fourniture d’électricité, couvrant ainsi 80% du territoire national.

Fabrice Lusinde présentant le central hydroélectrique d’Inga à ses hôtes


Prenant la parole, Fabrice Lusinde a souligné l’urgence d’investir dans ce projet, surtout avec une population en croissance prévue d’ici 2050, qui dépend actuellement largement de l’énergie issue du bois. Il a également vanté les mérites du système de distribution d’électricité SNEL SA & Moi, citant l’exemple de la cité de Kisantu dans la province du Kongo central, où ce système est de plus en plus adopté par la population.

Fabrice Lusinde présente les agrégats de la SNEL SA à ses hôtes

À son tour, le Directeur de production de la SNEL SA, Henri Makap A Muteb, a ensuite pris la parole pour expliquer en détail l’importance de ce projet pour le développement de la République Démocratique du Congo (RDC), mettant en avant les bénéfices potentiels pour les générations futures.

Le Directeur de production présentant l’historique de la SNEL SA

Après leurs interventions, Fabrice Lusinde a emmené ses hôtes dans plusieurs sites hydroélectriques, dont Inga II, le poste de dispersion et la station de conversion d’Inga SCI. La délégation a également visité Moanda avant une nouvelle séance de travail prévue le lendemain.

vue d’Inga II par le balcon

Deux réformes majeures se démarquent dans les réalisations de la Société nationale d’électricité : la digitalisation des réseaux urbains et la stabilisation des finances de l’entreprise.

Il faut noter que le projet pilote de digitalisation lancé à Kisantu a été bien accueilli par les habitants du quartier Genève, qui préfèrent le système prépayé au système de facturation forfaitaire. En effet, le système de facturation forfaitaire a entraîné d’importantes pertes pour la société en 2023, tandis que le système prépayé a triplé les recettes produites cette année.

En termes financiers, l’administration de Fabrice Lusinde a réussi à stabiliser les finances de l’entreprise, évitant ainsi le recours à des lignes de crédit externes.
La visite de prospection au centre hydroélectrique d’Inga, menée par Fabrice Lusinde et la délégation de la Banque Mondiale, marque un jalon significatif dans la réalisation du projet Grand Inga en République Démocratique du Congo.

Cette initiative promet non seulement de répondre aux besoins énergétiques croissants du pays, mais également de favoriser son développement économique et social à long terme. En investissant dans des infrastructures énergétiques durables et innovantes, la RDC se positionne comme un acteur clé dans la transition vers une économie verte et émergente.

Toutefois, la réussite de ce projet dépendra de la coopération continue entre les différentes parties prenantes, ainsi que de la volonté politique de surmonter les défis logistiques, financiers et environnementaux. En définitive, le projet Grand Inga incarne l’espoir d’un avenir énergétique meilleur pour la RDC et ses citoyens, tout en contribuant à la lutte mondiale contre le changement climatique.

Fabrice Lusinde et son cabinet ovationnés par la population d’Inga.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *