Extradition de Willy Bakonga: un exemple d’école

Le ministre sortant de l’EPST, Willy Bakonga, a été extradé en RDC par les autorités du Congo-Brazzaville. Accusé de détournement de fonds publics, il sera mis à la disposition de la justice pour qu’il ŕeponde aux accusations portées contre lui.
Après l’inspecteur général de l’EPST et le directeur général du SECOPE, c’est le tour du minîstre honoraire de l’éducation nationale.
Son arrestation est un cas d’école dans la mesure où elle s’inscrit dans le cadre de la lutte contre l’impunité. A partir de ce cas, d’autres ministres pourront réfléchir deux fois avant de détourner les deniers publics.
Depuis quelque temps, l’impunité a pris le dessus dans notre pays. Les responsables à divers niveaux pouvaient se permettre de tout faire parce que les sanctions ne suivaient pas. C’est pourquoi tout était permis quand bien même tout n’était pas utile.
La République démocratique du Congo a des lois qui doivent être respectées par tous. C’est de cette manière que le pays doit être gouverné. La politique de deux poids, deux mesures n’est pas bonne. Surtout, quand on sait que nul n’est au dessus de la loi.
La RDC a beaucoup de défis à relever. Pour y arriver, elle a besoin des moyens financiers conséquents. D’où la gestion saine des ressources nationales.
C’est pour cette raison que la justice doit faire son travail afin de décourager ceux qui utilisent abusement les moyens mis à leur disposition. L’arrestation des personnes impliquées dans le détournement de fonds publics est un cas d’école. Elle doit servir d’exemple pour les autres.
Mputu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.