Abbé José Mpundu : » Munzihirwa, martyr de la justice et de la paix à la manière de Jésus Christ ».

Consécration lors de la messe

La Fraternité Christophe Munzihirwa a organisé, à la paroisse Sacré-Cœur de la Gombe, une célébration eucharistique pour commémorer le 26e anniversaire de l’assassinat de Mgr Christophe Munzihirwa. Pour rappel, Mzee Christophe Munzihirwa a été assassiné le 29 octobre 1986 alors qu’il se rendait à l’archevêché de Bukavu pour présider une réunion sur le développement de son diocèse.

De gauche à droite Docteur Sonji et Modeste Mbonigaba

Dans son intervention, l’abbé José Mpundu est revenu sur la personne de Mgr Christophe Munzihirwa qui s’est battu toute sa vie pour la paix, la justice, la vérité, la liberté et l’amour. Telles sont les valeurs évangéliques pour lesquelles Munzihirwa a accepté de mourir.

Le couple Muongo Bashizi

Ce prêtre de l’archidiocèse de Kinshasa reconnu par son engagement dans le groupe » Amos » avec le Professeur Thierry Nlandu et autres, pour le respect des droits humains, a clôturé cette célébration en recourant à une confession du patriarche grec Athénagoras à l’occasion de la rencontre au cours de laquelle le Pape Saint Paul VI est allé lors de son pèlerinage en Terre sainte en 1964:

Pour une guerre qui mène à la paix (Athénagoras)

« La guerre la plus dure, c’est la guerre contre soi-même.
Il faut arriver à se désarmer.
J’ai mené cette guerre pendant des années, elle a été terrible.
Mais je suis désarmé.
Je n’ai plus peur de rien, car l’amour chasse la peur.
Je suis désarmé de la volonté d’avoir raison,
de me justifier en qualifiant les autres.
Je ne suis plus sur mes gardes, jalousement crispé sur mes richesses.
J’accepte et je partage.
Je ne tiens pas particulièrement à mes idées, à mes projets.
Si l’on m’en présente des meilleurs,
ou plutôt non, pas meilleurs, mais bons,
j’accepte sans regrets.
J’ai renoncé au comparatif.
Ce qui est bon, vrai, réel, est toujours pour moi le meilleur.
C’est pourquoi je n’ai plus peur.
Quand on n’a plus rien, on n’a plus peur.
Si l’on se désarme, si l’on se dépossède,
si l’on s’ouvre à l’Amour qui fait toutes choses nouvelles,
alors, l’Amour efface le mauvais passé
et nous rend un temps neuf où tout est possible ». 

Monseigneur Christophe Munzihirwa forever

Modeste Mbonigaba, Président de la Fraternité Monseigneur Christophe Munzihirwa

A la clôture de cette messe d’action des grâces commémorant le 26e anniversaire de l’assassinat de l’archevêque de Bukavu, l’un de ses proches amis et président de la Fraternité Monseigneur Christophe Munzihirwa, Monsieur Modeste Mbonigaba, a rappelé à l’assistance qu’il faut toujours garder une pensée pieuse pour ce grand prophète mort pour une cause noble, celle de la cohésion entre les peuples.

La belle chorale de la Fraternité Monseigneur Christophe n’a pas hésité à rendre grâce à Dieu pour ce grand Prophète et Archevêque de l’église corps du Christ de Bukavu.

Don Petit N’Kiar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *