Économie nationale: Acacia Bandubola droite dans ses bottes.

Contrairement aux allégations faites à la Ministre de l’économie nationale, Acacia Bandubola Mbongo, sur un éventuel détournement des fonds estimé à des millions de dollars, la cellule de communication de ce ministère vient éclairer la lanterne de l’opinion dans un message parvenu ce dimanche 4 avril à notre rédaction signé par Monsieur Guy Blaise Kitiki, chargé de communication et presse, dont voici la quitescence:

Quelques précisions
Le ministère de l’économie nationale est l’autorité régulatrice du marché intérieur, car nous sommes dans une économie libérale. La règle est que l’opérateur économique qui fixe le prix, et le ministère fait le contrôler à postériori, voir l’article 6, de la loi n°18/020 du 09 juillet 2018 relative à la liberté de prix et à la concurrence. Et l’exception, l’article 8 de la même loi, autorise au ministre ayant l’économie nationale de fixer le prix des hydrocarbures. A ce titre, les produits pétroliers rentrent dans ce qu’on appelle produits stratégiques, seul l’Etat qui en fixe le prix.
Dans le cas d’espèce, depuis des années durant, le prix des produits pétroliers est à travers la nomenclature dénommée Structure des Prix, où siège tout un comité de suivi de produits pétroliers qui associe les experts du Gouvernement (la présidence, la primature, les hydrocarbures, les finances, l’économie nationale et de la DGDA) et de l’autre part la corporation pétrolière, ensemble Ils ont pour mission de trouver un modus vivendi quant au prix du carburant. En effet, 3 paramètres entrent en ligne de compte, à savoir, le PMF (prix moyen frontière), le volume et le taux de change. Il suffit qu’un des paramètres connaisse un flottement, toute la structure de prix doit changer, soit à la hausse, soit à la baisse.
Ainsi, depuis 2015 l’Etat a pratiqué la politique de gel de prix à la pompe. Mais cela a conduit l’Etat à payer le manque à gagner des sociétés pétrolières, donc le Gouvernement devait suppléer pour éviter la flambée des prix du litre à la pompe. Cependant, en 2019 l’Etat congolais devait soulager la trésorerie de sociétés pétrolières, à hauteur de 100Milliosn US sur un montant de 300 millions US, du fait de gel de prix à la pompe, qui empêchait ces dernières de s’approvisionner et de renouveler leur stock sur toute l’étendue du territoire national.
A l’arrivée de madame Acacia BANDUBOLA MBONGO au ministère de l’économie nationale, beaucoup choses ont changé, notamment certains frais et intérêts bancaires qui ne faisaient qu’alourdir la dette de l’Etat vis-à-vis des pétroliers, la Jeanne d’Arc les a supprimés au profit de l’Etat. Madame ACACIA ministre de l’économie nationale a hérité d’une dette latente de 200Millions $ du secteur pétrolier. Apres avoir mis en place des mécanismes de mutualisation qui ont permis, l’augmentation de volume, et par ricochet un gain supplémentaire l’Etat. Bref, en 6 mois soit de décembre 2019 jusqu’en juin 2020, par ses efforts, elle a su baisser la dette de l’Etat auprès des pétroliers tenez-vous bien à hauteur de 75Millions US alors que celle-ci a connu une accumulation haussière depuis 2015 une première dans l’histoire de manque à gagner.
Toute chose égale par ailleurs, les efforts consentis par madame la ministre de l’Economie Nationale Acacia BANDUBOLA MBONGO ont permis de baisser le prix du litre à la pompe à 1.995FC/litre avec un taux de change qui a grimper à 2.000FC , alors que bien avant nous achetions le Litre à 2.245FC, Un exploit que SEUL DES VÉRITABLES PATRIOTES, et mais aussi des Hommes intelligents savent apprécier .  Ainsi, en cette période et contexte difficile caractérisés par la COVID -19 qui a paralysé les économies du monde en général et de la RDC en particulier, et eu égard à l’accumulation de la dette des pétroliers, La trésorerie de ces sociétés pétrolières se trouvait dans une impasse, fortement en difficulté. Ainsi, une situation chaotique serait survenue dans l’approvisionnement des produits pétroliers sur toute l’étendue du territoire national, entraînant ainsi la grève et la fermeture des stations services. Cependant, Le Ministère de l’économie dans son rôle de régulateur de l’activité économique se doit obligé d’alerter le gouvernement sur des éventuels crises pétrolières si la trésorerie de ces sociétés n’est soulagée, c’est ainsi que l’initiative à été prise pour le paiement de 40 % de cette dette, soit le montant de 80 Millions US, paiement effectué dans sa totalité par le ministère de finances .  Toutefois, il est impérieux de relever avec force détails que, dans la même correspondance, il n’est fait mention nulle part, d’une soi-disant rétro-commission.
De tout ce qui précède, depuis les démêlés du dossier de 15 Millions US, la prétendue rétro-commission a été interdite et prohibée.  Toute chose étant égale par ailleurs, les 12 Millions ne sont pas à rechercher chez madame ACACIA. Quiconque aurait des informations contraires peut saisir l’IGF ou la justice il est évident que ceci sont des pièces maladroitement rafistolées  dans des officines politiciennes pour des besoins de positionnement dans le gouvernement SAMA LUKONDE.
En lieu et place de décourager des efforts de la digne fille du pays, qui dans l’exercice de son mandat a eu comme objectif de changer des mentalités souvent tournées vers la corruption et le détournement de derniers publics, il serait mieux d’encourager des patriotes qui agissent dans l’idéologie du peuple d’abord. Il y a peu, certains médias irresponsables ont fait de la ministre de l’Economie nationale, une milliardaire possédant des comptes en Luxembourg, Acacia BANDUBOLA MBONGO reste droite dans ses bottes et sereine, concentrée à servir son peuple. Etant une femme politique et publique, l’on parlera toujours d’elle en bien ou en mal, pourvue que le mal ne se confirme pas. A dit un penseur.
‘’Le changement de mentalité est très difficile pour de gens habitués à la corruption, le changement c’est maintenant, BOKOMESANA, le peuple d’abord.’’
Me Guy Blaise KITIKI
Cellule de communication ECONAT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.