Economie nationale/Dossier 80 Millions Usd : Un vrai miroir aux alouettes

La cellule de communication du Ministère de l’Economie nationale dirigée par Me Guy Blaise Kitiki a convié les journalistes à un point de presse-bilan le mercredi 7 avril à l’immeuble intelligent. Ce rendez-vous s’est révélé un moment très capital et enrichissant au vue de la qualité pédagogique et technique de l’intervenant surprise du jour à savoir: Monsieur Paul Luwansangu, Directeur de Cabinet Adjoint du même Ministère.

Paul Luwansangu, Dircaba Econat.

En effet, il a fallu que ce dernier puisse s’adresser aux professionnels de médias par des termes clairs comme dans un auditoire pour que ceux-ci éclairent à leur tour la lanterne du public.

En deux points, ce enseignant de formation et professeur en devenir a brossé le bilan largement positif de Madame le Ministre de l’Economie nationale, Acacia Bandubola Mbongo.

  • Principales réalisations (prix de carburant et créance des sociétés pétrolières) ;
  • Processus de certification des pertes et manque à gagner des sociétés pétrolières. Nous vous présentons ici la quintessence du message du Directeur de Cabinet Adjoint, Paul Luwansangu, tout en soulignant que la fameuse lettre qui a fait couler beaucoup d’ancres et de salives, ne fut en tout qu’une lettre d’information sur la ventilation qui revoie à la répartition des créances par sociétés bénéficiaires.

POINT DE PRESSE

——————————————————————————————————

Principales réalisations du Ministère de l’Economie nationale durant le mandat de Son Excellence Acacia BANDUBOLA MBONGO

Points à aborder :

  • Principales réalisations (prix de carburant et créance des sociétés pétrolières) ;
  • Processus de certification des pertes et manque à gagner des sociétés pétrolières;

S’agissant des réalisations du Ministère de l’Economie Nationale, il convient de noter ce qui suit :

  • La stabilisation du prix du carburant à la pompe des produits pétroliers.
  • Au  mois de mai 2020, le prix du carburant a été revu à la baisse à 1995 FC le litre de l’essence contre 2.190 FC auparavant, et ce, malgré la forte dépréciation du taux de change de plus de 12%.
  • Ce prix de 1995 FC pour l’essence est resté inchangé à ce jour, ce qui a contribué à préserver la stabilité du prix des transports en commun, des biens sur le marché et du pouvoir d’achat de la population.
  • La consolidation de la stabilité du prix des produits pétroliers a été rendue possible  grâce aux mesures suivantes :
  • La mutualisation des volumes des produits pétroliers de toutes les sociétés de logistiques pétrolières au depuis du mois de mai 2020. Cela a permis de faire passer le volume réseau à plus de 56.089 m3  à fin septembre contre moins de 30.000 m3 avant avril 2020 ;
  • La baisse des prix moyens frontières commercial ;
  • Défis à relever : pour consolider davantage cette stabilité des prix à la pompe, les efforts du Ministère de l’Economie Nationale consiste actuellement à :
  • Faire en sorte que toutes les sociétés qui commercialisent les produits pétroliers sur le territoire national, en particulier dans la zone Ouest, intègre le réseau pétrolier et le fasse dans le respect de la structure des prix publiée par le Ministère de l’Economie nationale. Cela permet d’éviter une concurrence déloyale et la fraude ;
  • Eviter la rupture des stocks des produits pétroliers, et par ricochet la spéculation sur les prix à la pompe, la résurgence du phénomène « KADHAFI » de triste mémoire, avec de produits de mauvaise qualité,  et tout ce que cela a comme implication sur l’économie et le sociale de la population.

Pour ce faire, le Gouvernement déploie des efforts pour :

  • apurer la créance des sociétés pétrolière liée notamment aux pertes et manques à gagner accumulés du fait de l’application des prix fixés par le Gouvernement à travers le Ministère de l’Economie. Cela permet de soulager la trésorerie de ces entreprises et de financer leurs importations;
  • relancer les activités de la Société Nationale des Hydrocarbures (SOHAHYDROC) et son déploiement sur le territoire national, au moyen de la subvention dans le cadre de la structure des prix des produits pétroliers. 
  • La réduction de la créance des sociétés pétrolières sur  l’Etat
  • Afin 2019, l’Etat devait aux sociétés pétrolières un montant de 192 millions de dollars au titre de pertes et manques à gagner.

Un comité technique permanent, appelé comité d’amortissement, constitué des délégués de la Présidence, de la Primature, des ministères des Hydrocarbures, des Finances, de l’Economie et de la Profession pétrolière, a procédé au croisement des créances des sociétés pétroliers sur l’Etat et inversement.

Ils ont pu prendre en compte le gain réalisé par l’Etat au niveau de :

  • Prix moyens frontières qui était en baisse au cours du premier semestre 2020 ;
    • Et le volume des produits pétroliers mis en consommation qui est en augmentation grâce à la mutualisation.
  • Parallèlement, le Ministère de l’Economie a travaillé à l’assainissement de la structure des pertes et manques à gagner, par la suppression des coûts financiers jadis supportés par l’Etat.

Ce travail a permis de ramener la créance de sociétés pétrolières à 116 millions de dollars, et d’effacer  une surcharger de plus de 75 millions de dollars ;

  • La commission d’amortissent a également procédé à la ventilation de ladite créance par société bénéficiaire ;
  • Un PV cristallisant ce travail de la Commission a été élaboré et signé par toutes les parties prenantes, y compris le tableau de certification. Il a été par la suite transmis à Son Excellence Madame le Ministre de l’Economie Nationale ;
  • Le 07 janvier 2021, par Note d’information, Son Excellence Madame le Ministre de l’Economie a communiqué à Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, les conclusions du travail de la Commission d’amortissement, avec copie à la haute hiérarchie.
  • Il y a également évoqué les difficultés de trésorerie des entreprises pétrolières en raison notamment du non-paiement de leurs créances, et donc la nécessité de trouver une solution à ce problème.  
  • C’est dans ce cadre qu’un montant de 80 millions dollars a été payé aux bénéficiaires de cette créance. De sorte que le stock de créance a baissé à 36 millions actuellement.
  • La stabilisation des prix des produits de grande consommation
  1. Durant son Mandat, Son Excellence Acacia BANDUBOLA a mis un accent particulier sur la surveillance des prix et le contrôle économique dans certains cas. Cela a porté sur des produits aussi divers tels que les vivres frais, les pains, le sucre, le ciment, le barre de fer, …
  2. Le travail fait par les équipes des inspecteurs , avec le concours d’autres services de l’Etat a permis de mettre en lumière certaines pratiques des prix préjudiciables à la population et à une saine concurrence, des pratiques des prix illicites.
  3. Ces pratiques consistent notamment, dans le chef de certaines entreprises à :
    1. Fixer des prix au-delà de ceux communiqués au Ministère de l’Economie,
    1. Réduction du grammage des pains, avec un niveau des prix inchangé.
  1. Dans un cas comme dans l’autre, ces pratiques ont permis à leurs auteurs de réaliser  des marges bénéficiaires au-delà de ce que la loi autorise. 
  2. Face à cette situation, le Ministère de l’Economie a appliqué la rigueur de la loi en appliquant des pénalités prévues par la loi sous forme d’amandes transactionnelles, à recouvrer par la DGRAD ;
  3. Parallèlement, les entreprises concernées ont revu leurs prix à la baisse ou améliorer le grammage du pain, et signer des actes d’engagement pour le respect de la loi.

Beaucoup d’autres actions ont été mener par le Ministre de l’Economie Nationales s’assurer d’un approvisionnement régulier du pays notamment en produits de grande consommation, combattre la rétention des stocks et la spéculation par les gros importateurs, et veiller à ce que les prix fixées soient favorable à la population, et ce conformément à la vision du Chef de l’Etat, Son Excellence  Felix Antoine TSHISEKEDI.

Fait à Kinshasa, le 07 avril 2021

                                                                                  Paul LUWANSANGU

Directeur de Cabinet Adjoint au Ministère de l’Economie Nationale.

In fine, la jeune Ministre de l’Economie nationale, Acacia Bandubola Mbongo, venue de France et méconnue du grand public, a réussi là où nombreux parmi ses prédécesseurs se sont cassés la gueule.

Acacia Bandubola Mbongo dans son calme légendaire

En vraie économiste et politique, celle que l’on surnomme désormais « Jeanne d’Arc » de l’Economie nationale, pour sa rigueur a pu démontrer à la face du monde que, contrairement à ce que l’on dit sur les alliés de Félix Tshisekedi qui seraient moins performants, que l’impossible n’est pas Bandubola. Cet esprit managérial très avancé vaut de la chandelle.

Les congolais l’attendent désormais de pied ferme dans le prochain gouvernement issu de l’Union nationale où elle pourra encore s’exprimer mieux sans les coups bas du fameux Fcc-Cach, d’heureuse mémoire.

Chapeau bas!

Jacques Kalokola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.