Economie: La RDC lance l’Entreprise Générale du Cobalt, EGC

Le lancement de l’Entreprise Générale du Cobalt (EGC) est intervenu le jeudi 31 mars. La société a été créée par décret en novembre 2019. Selon un communiqué de l’EGC, l’objectif est d’encadrer l’achat et la commercialisation du cobalt artisanal responsable en RDC.

Le cobalt congolais représente plus de 63% de la production mondiale de cobalt, dont 20% provient de l’exploitation artisanale du cobalt à elle seule. Plus de deux millions de citoyens congolais vivent de cette exploitation artisanale du cobalt.

Cette entreprise permettra au pays de profiter de la bonne santé du secteur de cobalt. La demande mondiale s’est accrue  grâce au développement de l’industrie des véhicules électriques et le déploiement de nouveaux réseaux et combinés mobiles. Les congolais sont attentifs à la croissance du secteur des combinés mobiles 5G qui nécessitent 20% de cobalt en plus que les modèles 4G équivalents. 

Le même communiqué indique que des projections estiment que la demande mondiale de cobalt va doubler d’ici 2030, passant de 145 000 tonnes en 2020 à 290 000 tonnes en 2030, avec une part plus importante de la production mondiale fournie par la RDC », dit un communiqué de l’EGC.

En partenariat avec l’Autorité de Régulation des Marchés des Substances Minérales Stratégiques (ARECOMS), l’EGC va aider le pays à formaliser la chaîne d’approvisionnement du cobalt produit artisanalement. 

Seul l’EGC détient le monopole du cobalt en RDC

 L’EGC détient le monopole pour l’achat, le traitement, la transformation, la vente et l’exportation de cobalt extrait par des mineurs artisanaux ou des entreprises minières artisanales en République Démocratique du Congo. La société s’est vu confier par les hautes autorités du pays la mission d’organiser et d’encadrer l’exploitation minière artisanale et à petite échelle du cobalt en RDC, en développant une chaîne de valeur responsable.

L’EGC a structuré son activité autour de deux pôles stratégiques : un pôle production et un pôle commercialisation, souligne le Directeur général de l »EGC, Jean-Dominique Takis. 

Jean-Dominique Takis, DG EGC
  1. La phase de production de EGC couvrira l’extraction des minerais de cobalt par les miniers artisanaux depuis les zones d’exploitation artisanale, leur transit en centre de négoce et leur transformation dans des usines locales en hydroxyde de cobalt. Cette phase, qui fait appel à un grand nombre d’intervenants, nécessite l’exécution des activités contractuelles avec les sous-traitants en charge de l’accompagnement opérationnel et de la mise en œuvre effective des différentes activités sur les sites, notamment en accompagnant les miniers artisanaux ainsi que les communautés voisines dans leurs activités quotidiennes en matière de sécurité.

2. La phase de la commercialisation, l’EGC a signé un accord commercial avec TRAFIGURA, leader global de négoce en matières premières. Cet accord concerne notamment le développement des contrôles et de la traçabilité associés à la production du cobalt dans les sites concernés et l’identification d’acquéreurs industriels du cobalt commercialisé par EGC. Ce partenariat comprend aussi la création et le financement de zones minières strictement contrôlées ainsi que l’installation de stations d’achat de minerai avec une transparence et traçabilité des coûts liés à la livraison d’hydroxyde de cobalt. 

Présentement, l’EGC est en phase de développement de son premier site de production d’hydroxyde de cobalt qui sera opérationnel dans les prochains mois, et dont l’inauguration sera bientôt annoncée comme l’a déclaré le Président-directeur général de TRAFIGURA:

« Nous sommes tous engagés dans cette démarche et alignés sur une conviction commune ferme de collaborer en toute transparence avec toutes les parties prenantes de sorte à ce qu’ensemble, nous créions des solutions efficaces pour un cobalt responsable. Le cobalt tient un rôle primordial dans la transition énergétique mondiale. L’exploitation minière artisanale est un secteur qui fait vivre des milliers de personnes. A TRAFIGURA, nous sommes fiers de notre rôle dans l’accompagnement de la formalisation de la filière du cobalt à travers le développement et la mise en œuvre de normes de contrôle rigoureuses de traçabilité. Nos efforts s’articulent autour d’une amélioration continue dans un contexte que nous reconnaissons tous comme étant complexe.  Nous sommes donc convaincus qu’un secteur minier artisanal réglementé peut transformer des vies et servir de moteur à la croissance économique en RDC »

L’EGC sera accompagner par ses partenariats dont plusieurs institutions gouvernementales dans plus de 40 pays, L’organisation non-gouvernementale PACT contribuera également à l’amélioration continue des normes d’exploitation minières responsables de EGC comme l’a déclaré le Directeur régionale des Grands Lacs d’Afrique chez PACT, Yves Bawa: 

« La valeur intrinsèque de notre approche intégrée est la capacité d’intervenir sous plusieurs angles pour concevoir des programmes adaptés aux communautés vulnérables, notamment les artisans miniers, afin de permettre aux populations locales de gagner leur vie dignement tout en bénéficiant des avantages de leur environnement »

Yves Bawa, Directeur régional des Grands lacs d’Afrique chez PACT

Déclarations positives

Le lancement de l’activité de EGC a suscité une réaction positive et a été bien accueillie par les différentes parties prenantes de ce projet, tant en RDC que dans toute l’Afrique et le reste du monde. Son Excellence M. Bene M’Poko, Ambassadeur de la RDC en Afrique du Sud, a réitéré la confiance des Hautes Autorités de la RDC en EGC et ses partenaires quant à la formalisation et la supervision de l’exploitation minière artisanale du cobalt, développant ainsi une chaine de valeur responsable:

« L’EGC a pour mission de veiller à ce que la production artisanale et à petite échelle du cobalt soit entreprise conformément aux normes définies pour accroitre l’attractivité économique de la RDC à l’échelle internationale et faire profiter aux citoyens congolais les richesses de leur environnement. Le but de ces normes est d’assurer des conditions de travail décentes et de supprimer les principaux risque sociaux, éthiques, et environnementaux qui ont historiquement affecté la production artisanale du cobalt en RDC »

Ambassadeur Boko M’pene

Cette entreprise vient à point nommé au moment où tous les yeux des multinationaux sont braqués sur la République Démocratique du Congo convoitant cette matière rare. Cette nouvelle entreprise pourra soulager les souffrances des plusieurs congolais tués à l’Est de la Rdc si jamais elle arrive à se mettre d’accord avec d’éventuels acheteurs en toute transparence et traçabilité.

Jacques Kalokola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.