Dossier produits pétroliers réquisitionné à Muanda : l’OCC parle de l’intox et s’en remet à l’expertise de SOCIR pour la régénération (mise au point)

4E424889 6447 48FB BC67 D9EBC57248A6

Les commentaires parsemés dans les réseaux sociaux le mercredi 14 septembre sur les produits pétroliers réquisitionnés en situation d’urgence à Muanda ont été balayés en bloc par le nouveau Directeur général de l’Office Congolais de Contrôle,OCC.

D’après le professeur Franck Mukanya Lusanga, Directeur -Chef de Département de Marketing de cette institution, il y a eu plus de peur que de mal pour un document technique interne qui a été relayé par des détracteurs de l’actuel ministre des Hydrocarbures, Didier Mudimbu.

Des produits consommables

Le Ministre des Hydrocarbures a, illico presto, convoqué le même mercredi dans la soirée les responsables du secteur pétrolier ainsi que la presse pour plus des précisions sur cette matière aussi sensible qui semble paralyser toute une nation.

D’après Didier Budimbu, ces genres de situation sont récurrents dans le domaine des hydrocarbures et des solutions palliatives ont toujours été trouvées pour ramener ce produit à la norme congolaise.

« Nous avons déjà eu, dans le passé, à régler ces genres de situation plus d’une fois. Ce n’est pas une situation dramatique »,

De son côté, le Directeur général de la SOCIR a indiqué que son entreprise est prête à faire la régénération de ces produits pour les rendre conformes à la normale de la République Démocratique du Congo.

« La SOCIR qui procède à ces opérations de régénération est prête à le faire dans ce cadre avec le concours de l’OCC pour que ce produit puisse être mis en consommation selon les normes du pays. Il n’y a pas à s’inquiéter outre mesure. Nous rassurons le Gouvernement et la population que ce produit sera remis à la norme car nous procédons à ces opérations depuis 50 ans ».

Il a, également, indiqué que son entreprise dispose des équipements capables de remettre les produits pétroliers aux normes voulues.

Le Directeur général de l’Office congolais de contrôle (OCC), quant à lui, a expliqué que le contrôle qualité a été mené dans le souci de protéger la population congolaise des produits qui ne répondent pas aux normes voulues par la législation en vigueur dans le pays.

Ce dernier reconnaît, par ailleurs, que la note d’information, du reste destinée à une exploitation à l’interne, ne devrait pas se retrouver dans les réseaux sociaux.

Revenant sur le même sujet qui défraie la chronique, le Directeur général adjoint de COBIL, a noté que les produits pétroliers qui sont arrivés dernièrement sur le sol congolais étaient destinés au Nigeria.

C’est donc suite à l’urgence face au risque de rupture de stock en RDC que ces produits ont été redirigés dans le pays en attendant le stock qui devrait arriver d’ici le 15 septembre 2022.

Selon ce dernier, bien que les normes définies par le Nigeria ne soient pas les mêmes avec celles de la République Démocratique du Congo, ce produit est utilisable après les opérations de régénération par l’entreprise spécialisée en la matière.

Sam Nzita

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.