DES EQUILIBRES GÉOPOLITIQUES A UN ÉTAT CONVIVIAL

Par Musene Santini Be-lasayon

ATTAQUE

La nation rd-congolaise se construira, lentement mais sûrement, au moyen des équilibres géopolitiques mûrement réfléchis et stratégiquement montés au cours des différents régimes politiques dirigeant le pays. Les subterfuges communautaristes des nationalistes égocentriques, qui ont tendance à faire l’essentiel des investissements publics dans leur terroir ethnique ou provincial et à privilégier la nomination des ressortissants de leur ethnie, de leur religion, de leur groupe linguistique ou de leur province d’origine à la plupart des postes de hautes responsabilités publiques, sous de fallacieux prétextes et ce au détriment des qualifications et compétences politiques avérées de tous les autres, conduiraient le pays vers sa ruine.

PEUPLEMENT COMPOSITE

La Rd-Congo est un Etat de peuplement composite. Elle est multiethnique, multiconfessionnelle, multilingue et multiculturelle. Elle compte plus ou moins 250 ethnies, 350 tribus, 350 dialectes, 4 langues nationales et 350 entités culturelles. Outre ses 5 religions principales religions (catholique, protestante, kimbanguiste, islamique et orthodoxe), des milliers d’autres églises, dites de réveil, et de sectes religieuses pullulent à travers le pays. Dans ce contexte, la Rd-Congo est loin de constituer une nation au sens plein du terme. Tout couac ou toute injustice à caractère ethnique, confessionnel, culturel, culturel ou régionaliste pourrait rapidement se transformer en facteur de trouble ou d’implosion de ce pays dont l’intégration n’est pas encore achevée.

EQUILIBRES GÉOPOLITIQUES

Le Canada et la Belgique, pour ne citer que ces deux pays de vieille et de grande expérience politique et démocratique, en savent quelque chose. C’est pourquoi, tout en misant sur les qualifications et compétences éprouvées du personnel politique et des rarissimes leaders d’exception, les équilibres géopolitiques sont toujours objectivement, activement et systématiquement recherchés et pratiqués dans ces pays. Particulièrement lors de la désignation des candidats au sein des partis politiques ou de la nomination discrétionnaire des personnalités à des postes de hautes responsabilités politico-ideologiques, politico-politiques, politico-judiciaires, politico-administratives, politico-economico-financieres, politico-socioculturelles, politico-militaires ou politico-securitaires. Les équilibres géopolitiques sont également et toujours pris en compte lors de la répartition des investissements, dans tous les secteurs d’activités, à travers chaque province et chaque entité politico-administrative de base. D’où l’importance et la nécessité du programme de développement des 145 territoires de la Rd-Congo.

COMPÉTENCES POLITIQUES AVÉRÉES

En effet, les vrais politiques, c’est-à-dire ceux que l’on désigne sous le vocable HOMME D’ÉTAT parce qu’ils se consacrent essentiellement à la vie de leur Etat respectif, ont compris que les rares qualifications et compétences politico-ideologiques, indispensables à l’exercice des fonctions régaliennes de Président de la République, de chef de corps politiques constitués, de ministre ou de toute autre fonction de hautes responsabilités publiques, ne se trouvent jamais concentrées et confinées dans une seule et même famille, dans une seule et même tribu, dans une seule et même ethnie, dans une seule et même religion, dans un seul et même groupe linguistique, dans une seule et même entité territoriale de base ou dans une seule et même province d’origine. Elles sont plutôt trouvables chez quelques rares citoyens de toutes les tribus, de toutes les ethnies, de toutes les religions, de tous les groupes linguistiques, de toutes les entités territoriales de base et de toutes les provinces du pays. Si un leader politique ou un simple citoyen prétend le contraire, sous de fallacieux prétextes, il faudrait alors le tenir à l’œil. Il s’agirait certainement d’un dangereux promoteur du tribalisme, de l’ethnocentrisme, du fanatisme aveugle de son dialecte, de sa langue vernaculaire ou de son entité territoriale de base, de l’intégrisme religieux ou du régionalisme rétrograde. Il porterait en lui les germes de toutes sortes de discriminations. Un tel leader politique ou citoyen serait incapable de se mettre au service de tout le pays et de tous les citoyens. Il serait, en tout cas, politiquement incompétent.

La nation congolaise se construira, lentement mais sûrement, par le biais des équilibres géopolitiques mûrement réfléchis et stratégiquement montés durant les différents régimes politiques dirigeant le pays. Les subterfuges communautaristes des nationalistes égocentriques, qui ont tendance à faire principalement des investissements publics dans leur terroir ethnique ou provincial et à privilégier la nomination des ressortissants de leur propre tribu, de leur propre ethnie, de leur propre religion, de leur propre groupe linguistique, de leur propre entité territoriale de base ou de leur propre province d’origine à des postes de hautes responsabilités publiques, au détriment des qualifications et compétences politiques avérées de tous les autres, conduiraient le pays vers sa ruine.

ÉGALITÉ DES CHANCES

A partir de cette vérité implacable, les chasseurs des têtes politiques bien faites et hautement compétentes doivent s’armer d’intégrité morale, de courage et de volonté politiques leur permettant d’appliquer, toutes souverainetés particulières abolies et tous les échappatoires anéantis, le principe démocratique d’égalité des chances à l’égard de tous les citoyens rd-congolais remplissant les conditions objectives prescrites dans la Constitution. Ils doivent donc se mettre à la recherche objective, active et systématique de ces oiseaux rares dans tous les compartiments de la société et non seulement ou majoritairement dans leurs milieux sociaux d’origine.

ÉTAT CONVIVIAL

Quand tous les rares génies politiques (présidentiables, ministrables, etc) de toutes les tribus, de toutes les ethnies, de tous les groupes linguistiques, de toutes les religions, de toutes les entités territoriales de base et de toutes les provinces du pays deviennent précieux aux yeux de l’écrasante majorité des caciques des partis politiques, de l’écrasante majorité des chasseurs des meilleures têtes politiques et de l’écrasante majorité des électeurs, les droits inaliénables de chaque citoyen rd-congolais sont particulièrement et indistinctement respectés et la Rd-Congo foncièrement intégrée. Une Rd-Congo qui deviendrait, dans ce contexte, une vraie nation dans laquelle tous les citoyens pourraient s’asseoir à la table de la liberté, de l’égalité, de la justice, de la fraternité, de la convivialité que vise tout véritable État-éthique ou de droit.

MUSENE SANTINI BE-LASAYON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.