Site icon SPHYNXRDC

Culture:Conférence commémorative de l’écrivain Nigérian CHINUA ACHEBE 2023 au BARD COLLEGE, ÉTATS-UNIS.

Le Bard College a organisé une célébration intime et incroyable du professeur Chinua Achebe avec une conférence, ce samedi 22 septembre mettant en vedette Nuruddin Farah, Teju Cole, Dinaw Mengestu et Fatin Abbas, ainsi que le musicien et activiste DJ Switch.

L’événement était parrainé par le bureau du président, le centre Hannah Arendt, la bibliothèque Stevenson, Africana Studies et les bureaux du doyen et des anciens élèves.

La famille Achebe remercie Bard College, le président Botstein, la vice-présidente Malia Du Mont et tous les organisateurs pour cette sortie fantastique qui comprenait également un brillant ensemble de danse du Burkina Faso, le dévoilement d’une plaque dans la bibliothèque Stevenson et un dîner à la maison du président.

Des remerciements particuliers vont à Penguin Press et Penguin Classics pour leur soutien en fournissant des exemplaires de The African Trilogy: « Papa aurait été content« , s’est réjoui l’un de ses enfants, Ekenedili Chukwunna !

Parcourt de l’écrivain

Chinua Achebe, né Albert Chinualumogu Achebe le 16 novembre 1930 à Ogidi et mort le 21 mars 2013 à Boston, est un écrivain nigérian d’expression anglaise. Romancier et poète, il débute avec Le monde s’effondre (Things Fall Apart) qui est, avec Le Malaise (No Longer at Ease), son œuvre principale.

Biographie

Albert Chinualumogu Achebe — il change son prénom au cours de ses études pour un prénom Igbo classique — est né dans l’est du Nigeria. Cinquième de six enfants, ses parents, tous deux des Ibos : Isaiah Okafo et Janet Achebe, sont de fervents chrétiens.

Bon élève, Achebe obtient une bourse et poursuit des études au Government College d’Umuahia (une ville qui figure souvent dans ses livres) de 1944 à 1947, puis à l’université d’Ibadan de 1948 à 1953, année où il obtient son diplôme de BA. Avant d’entrer à la Nigerian Broadcasting Corporation (NBC), Achebe effectue quelques voyages en Afrique et aux États-Unis et travaille quelque temps comme professeur d’anglais. Il suit une formation à la BBC, et commence à travailler à la NBC en 1954.

En 1958, il publie son premier roman, Le monde s’effondre (Things Fall Apart). Le 10 septembre 1961, lI épouse Christie Chinwé Okolie avec qui il eut quatre enfants : Chinelo, Cidi, Nwando et Ikechukwu. Il fait partie du Mbari Club, un centre d’activités culturelles composé d’écrivains, d’artistes et de musiciens africains, qu’il aide à fonder et dont il donne le nom, s’inspirant de l’art Mbari.

En 1962, il participe à une conférence controversée sur les écrivains africains au sein de l’université Makerere (Ouganda) et fonde cette même année une collection intitulée AFRICAIN chez un éditeur anglais.

À la fin des années 1960, il s’illustre dans le conflit du Biafra, pendant lequel il soutient le parti sécessionniste du colonel Odumegwu Emeka Ojukwu.

Il est nommé en 1972 rédacteur en chef du périodique Obike. En 1987, le dirigeant de l’un des principaux partis du Nord musulman lui demande d’être son adjoint. Il accepte afin de montrer à ses compatriotes qu’il est possible, venant de l’Est du pays, d’adhérer à un parti du Nord, dirigé par un mollah.

Après avoir enseigné dans de nombreuses universités anglaisesaméricaines et nigérianes, il est professeur au Bard College, dans l’État de New York, puis à l’université Brown.

En 1990, un accident le cloue dans un fauteuil roulant.

Il meurt le 21 mars 2013 dans un hôpital de Boston.

Avec PAWA

Quitter la version mobile