Christopher Ngoy salue la nomination de Guylain Nyembo et les deux ans de Fatshi

Le Coordonnateur nationale de la Sociale civile de la République Démocratique du Congo, l’Ingénieur Christophe Ngoy, s’est confié à la rédaction de Sphinxrdc.com ce mardi 26 janvier pour saluer la nomination d’un nouveau Directeur du cabinet du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi et les deux années de présidence de celui-ci. En effet, pour cet activiste de droit de l’homme, la nomination de Guylain Nyembo est arrivée à point nommé puisqu’il fallait que le Chef de l’Etat puisse avoir une personne bien rodée et ayant la maîtrise des dossiers et du rouage politique de la Rdc comme c’est le cas de l’oiseau rare qui a fait preuve de beaucoup d’expériences et dont le profil n’est entaché d’irrégularités. La deuxième raison est qu’il était plus que temps de libérer Vital Kamerhe de ce titre surtout qu’il est en prison pour détournement. La troisième raison est que le directeur de cabinet intérimaire, le Professeur Eberande, avait déjà fait son temps à ce poste. L’on a tout de même constater quelques zones d’ombre et incohérence entre autre sur la mesure de grâce Présidentielle aux condamnés du dossier Mzee Kabila.

Deux ans d’apprentissage

Christopher Ngoy estime que les deux ans que vient de passer l’actuel chef de l’Etat peut se résumer en trois figures de style. Félix Tshisekedi devrait s’adapter à la situation qu’il avait trouvé pour comprendre les rouages du pouvoir. Les deux autres figures vont concomitamment quand on sait que Tshisekedi fils devrait jouer au retournement de la situation, au renversement du système, et la troisième figure est liée à la complémentarité qui passe par la recherche des forces extérieures pour l’Union sacrée de la nation: « L’union sacrée de la nation est la donne qui met tout le monde d’accord avec comme crédo l’intérêt supérieur de la nation ». Pour lui, le Chef de l’Etat a pu maintenir l’équilibre macroéconomique en évitant de décrocher en cette période particulière due à la pandémie de la Covid-19:  » Arriver à changer les paradigmes, s’arroger tout le pouvoir en deux ans là où il n’avait pas la maîtrise de toutes les institutions à part la présidence fait partie d’une capacité managériale stratégique et managériale hors du commun doublé d’un nationalisme ou d’un nationalisme exceptionnel »

Et la société civile dans tout cela?

Le Coordonnateur de la Société civile de la Rdc, l’Ir. Christopher Ngoy a souligné que la Société civile a été dans le feu de l’action durant les deux années de tractations:  » ceux qui n’ont pas été à l’action ne peuvent pas comprendre. Vous vous souviendrez que la Société civile de la Rdc avait adressé une série de pétitions au Chef de l’Etat dont le premier de lui demander de ne pas nommer au sein du gouvernement des personnes qui ont commis des crimes économiques , crimes de guerre et autres. Tout devrait se passer désormais par l’association de la population dans la gestion de la chose publique à travers le concept de la la socialisation du peuple dans l’acte politique. La deuxième pétition exigeait la fin de l’accord Fcc-Cach et la dissolution de l’assemblée nationale à défaut de la reconfiguration. C’est ce que la Société civile de la Rdc avait demandé et c’est arrivé ».

In fine, Christopher Ngoy pense que l’Union sacrée de la nation doit s’articuler autour des valeurs et des principes:  » les termes de référence pour définir l’engagement des membres de l’Union sacrée et fixer les assignations dont l’informateur comme le formateur doit se servir et qui doivent être suivi par la population, afin que les institutions soient compétitives et soient contrôlées, l’actualisation du profil des acteurs de la société civile, des politiciens, et autres ». Pour lui, le Président de la République Félix Tshisekedi a respecté son contrat social en maintenant le cap vers le changement.

Jacques Kalokola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.