Chansons racontées: « Mundi » et « Femme d’autrui » de Tabu Ley

Le Seigneur Tabu Ley a consacré plusieurs chansons à une certaine Mundi dans sa carrière. Deux chansons avec deux titres différents mais dédiées à une seule personne :  » Mundi » et  » Femme d’autrui ».

Dans ces deux chansons, Rochereau met en garde tous ceux qui lorgnent les femmes d’autrui comme la belle Mundi. Il rappelle même que toute femme est belle pourvu que l’on en prenne soin. Dans  » Mundi », éditée vers les années 70, c’est le début de la belle aventure avec la Mundi que tout le monde trouve comme une volage, la vieille carotte du quartier à interdire à tout nouveau venu. Mais , ce nouveau venu va vanter la Mundi tout en rappelant qu’ils ont déjà des enfants: » Bakopekisa nga balobi keba na Mundi yeh,  yeh, bato banso basi bati ye miso, keba okoya ko bebisa la vie, pour dire: on m’interdit d’aimer Mundi , car tout le monde y est « . 

Dans »Femme d’autrui,  » réalisée vers les années 80, le mari de Mundi semble un homme comblé qui a pû honorer cette femme traitée de tous les maux que tout le monde veut conquérir : » oh lelo oyo, ba luli Mundi, bipayi na bipayi ba lingi se ye. Ba ndumba ba tondi na mboka ba lingi se basi ya bato« , pour dire: aujourd’hui, c’est tout monde qui  court derrière Mundi et alors qu’il y a des femmes libres qui traînent dans la ville.

Deb’s Bukaka

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*