Beni: Incursion des ADF à Kinyatsi dans le territoire de Beni, la société civile dénonce l’infiltration totale de l’armée loyaliste

Les massacres de Beni n’ont rien à voir avec le djihadisme, encore moins avec le terrorisme islamiste. Nous ne le dirons jamais assez.

Par la grâce de Dieu, la dernière incursion des prétendus ADF (préfabriqués) à Kinyatsi a laissé « nus » ses auteurs. Les mêmes qui massacrent la population de Beni-Irumu depuis 2014. Il s’agit des ADF opérant sous couvert du statut de asoldats loyalistes et qui bénéficient intégralement de la logistique des forces armées de la République pour mieux réussir leur mission criminelle dans la région.

Les derniers massacres en Secteur Ruwenzori (Kinyatsi) sont très nettement l’œuvre de ces ADF-soldats des FARDC, passants noirs, dont un élément est tombé heureusement au fond d’une fosse à latrine d’où il n’a pas su se tirer. Les hommes qui étaient à la trousse de l’ennemi pour tenter de retrouver les personnes portées disparues l’ont trouvé immobilisé dans ce trou grâce à la fracture qu’il venait de subir par cette chute libre dans la fosse. La population a préféré le laisser dans cette fosse pour preuve de ce qu’elle a toujours décrié: la complicité au sein de l’armée.

C’est très tôt le matin que le chef hiérarchique de ce soldat-ADF, le Colonel responsable des troupes déployées dans le milieu au Camp de Kibanda, est venu faire le constat du scandale. Cet officier FARDC (ou ADF) n’a pas eu de mot juste pour réagir à cette humiliation. Très honteux de constater que la population a découvert le secret de leur plan criminel, ce Colonel a juste demandé pardon à la population avant de repartir avec son élément. Et comme toujours, il a promis de le juger dans son bureau pour cette forfaiture. Parmi les victimes de cette incursion, figure un adolescent qui venait de déclarer que ces tueries ont été exécutées par les soldats FARDC du Camp de Kibanda qu’il a reconnu.

L’État de siège décrété par le Chef de l’État va être confronté à cette infiltration stratégique déjà réussie par les architectes du calvaire des populations du Grand Nord. La réussite de cet Etat de siège reste conditionnée par un préalable impératif de relever les unités déployées à Beni dont la plupart sont pleines des dangereuses taupes.

On a beau changer des commandants des opérations, mais l’on a négligé chaque fois l’idée d’une épuration des unités déployées dans la suite de ces opérations. Les initiateurs de ces massacres se servent de cette base importante d’infiltrés coordonnés par leurs chefs depuis leurs nouvelles zones d’affection.

Les oeuvres des faux Adf



Des troupes étrangères viendront en appui pour mettre fin à cette nébuleuse, mais il ne trouveront personne dans cette forêt perdue. Parce que l’ennemi est nourri, vêtu, payé, logé et déployé par l’État congolais qui doit décider de l’extirper de ses troupes engagées en région de Beni.

Quand ils opèrent sans être attrapés, ils sont ADF; quand ils sont attrapés (comme ce fut le cas pour Kinyatsi), ils sont appelés brebis galeuses de l’armée. Dans tous les cas, ils sont bien protégés.

John Mupasuli

Tiré de crdhrdc.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.