Bandundu ville : plusieurs sujets rwandais avec munitions interceptés.

Deux sujets rwandais aux arrêts

Deux jeunes ont été arrêtés à Bandundu Ville ce jeudi 23 septembre.
Ces derniers se font passer pour des Bayaka et les Teke qui sèment la désolation au Bandundu. Après un interrogatoire, il a été constaté qu’ils ne parlent ni Lingala, ni le Français mais seulement le Kinyarwanda.
Un autre homme a été arrêté derrière la station de la RTNC Bandundu ce vendredi matin alors qu’il dormait profondément avec munitions. Interrogé, le suspect ne savait s’exprimer qu’en swahili. Aidé par un militaire swahiliphone, ce dernier dira qu’il n’est pas seul. Il remettra, ainsi, un téléphone Android avec des numéros des contacts de certains officiers militaires avec lesquels il est en contact. Avant qu’il ne soit conduit dans un endroit sûr pour être gardé, l’assaillant a demandé aux militaires de l’accompagner reprendre d’autres munitions qu’il avait enfoui sous terre non loin de là. Il sera alors découvert un arsenal des munitions bien caché dans un trou.

La société civile de Bandundu Ville ne cesse de tirer la sonnette d’alarme sur la présence des personnes non autrement identifiées ne parlant ni lingala, ni ki Kongo, ni français sauf le swahili. C’est grâce à la vigilance des motocyclistes, ayant constaté que certains d’entre leurs clients ne connaissaient pas leur destination qu’ils ont préféré de les conduire aux commissariats de police les plus proches où ils été démasqués.

La psychose gagne de plus en plus du terrain devant cette situation qui ne cesse d’inquiéter la population.

La société civile du Bandundu Ville appelle à la vigilance des autorités provinciales comme nationales.

Sam Nzita

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.